Si l’air extérieur est pollué, l’air de nos maisons l’est tout autant. Nous sommes exposés, sans le savoir, à de nombreux produits nocifs. La dépollution de nos intérieurs passe par les plantes.

De nombreux composés organiques volatils se partagent l’intérieur de nos habitations, de nos lieux de travail, des écoles de nos enfants. Du fait de ses multiples applications industrielles, l’un des principaux polluants est le formaldéhyde (ou méthanal ou aldéhyde formique ou formol), gaz incolore, volatil et très léger auxquels nous sommes tous exposés par inhalation. 

Une exposition prolongée à ce gaz peut aboutir au développement d’allergies, et le formaldéhyde a été classé par le Centre international de recherche sur le cancer comme “cancérogène certain”.

Où le trouve-t-on ?

Un peu partout ! Les sources de formaldéhyde sont multiples : sols stratifiés, mousses isolantes, vernis, colles, certains textiles d’ameublement, produits ménagers, combustions du bois (dans lequel il est naturellement présent). Il semble donc illusoire d’envisager de le supprimer totalement, mais on peut lutter contre avec des plantes.

Comment lutter ?

Par la phytoremédiation. La plante purifie l’air en transformant ou stockant dans ses cellules les produits chimiques toxiques.

Quelles sont les plantes les plus performantes ?

Certaines plantes sont renommées pour leur capacité à assainir et dépolluer nos intérieurs. Dans le cas du formaldéhyde, certaines ont le pouvoir de le décomposer à plus 80%. Voici celles à installer en priorité dans vos maisons.

  • Aloès (Aloe helenea), c’est la championne toutes catégories… Agressive si on s’y frotte, mais super efficace puisqu’elle décompose 90 % du formaldéhyde. Succulente originaire d’Afrique et de Madagascar, elle pousse en terrain sec. Elle a donc de faibles besoins en eau, mais besoin de lumière. Par sécurité, évitez de l’installer dans une chambre d’enfant.
  • Plante araignée (Chlorophytum comosum). Originaire des forêts tropicales
    plante araignée

    Chlorophytum ou plante-araignée. ©Fanghong/WikimediaCommons

    d’Afrique du Sud, elle se plaira dans une salle de bain ou une cuisine. Arrosez-la modérément, mais ne la laissez pas se dessécher. Elle fera également son affaire d’autres polluants. Benzène, toluène et monoxyde de carbone ne seront pas à la fête…

 

  • Philodendron arborescent (Philodendron selloum) ou grimpant (Philodendron scandens, Philodendron erubescens). Originaires des sous-bois des forêts tropicales d’Amérique du Sud, ils ont un faible besoin en lumière et ne doivent pas être exposés au soleil direct. Ils peuvent être installés dans presque toutes les pièces de la maison, mais placez-les en hauteur. Ce sont des plantes toxiques à maintenir hors de portée des enfants et des animaux. Arrosez-les régulièrement pour maintenir le substrat légèrement humide.

 

 

 

Retrouvez des accessoires et des outils sur l’Hortus shop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.