Les arbres du monde - Huelgoat

Les arbres du monde – Huelgoat

À peine trentenaire, Malo Dormont s’est attaqué en 2012 à une tâche aussi enthousiasmante qu’ardue, réouvrir au public les 20 ha d’un parc qui rassemble la plus grande collection d’arbres et arbustes du monde en France.

> aller au  témoignage de Malo 
> aller au  diaporama des Arbres du Monde

Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer ?

Parce que ça aurait été “un vrai gâchis” de le laisser fermé. “J’ai toujours été jardinier et j’ai une vraie passion pour les plantes et la botanique” (il en faut !). Malo a toujours été salarié et l’idée d’être son propre patron et de jardiner comme il aimait, le tentait aussi. 

Et puis, il y a sa compagne et “Les amis des arbres du monde”, une association dont les bénévoles donnent un coup de main sur le terrain, organisent des animations, éditent un calendrier pour faire rentrer des sous et soutenir le parc.

Mais ce n’est pas facile de conserver son enthousiasme sous la pluie et dans le froid hivernal surtout lorsqu’on ne bénéficie d’aucune subvention, qu’on est agriculteur au RSA (600€ par mois). “Je ne le fais pas pour l’argent mais il y a des limites.”

De l’argent pour quoi faire ?

“Maintenir l’ouverture au public, planter, enrichir le parc de nouvelles variétés, travailler le paysage. Nous sommes jardin remarquable, nous développons la collection nationale d’érables botaniques (CCVS), nous aimerions accueillir des formation botaniques, des évènements culturels (cinéma de plein air et concerts) ouvrir un salon de thé,… nous ne manquons pas d’idées ! Nous avons déjà commencé, version système D, quelques concerts avec des copains.”

Une histoire qui commence dans les années 60

À l’origine était une ferme. La propriété fut offerte à la maison de retraite de Huelgoat en 1967. Un objectif : offrir aux pensionnaires de l’établissement la possibilité de produire des légumes et d’élever des animaux pour l’autoconsommation de l’établissement. En 1990, le directeur de la maison de retraite, Jean Merret, décide de transformer le domaine en parc botanique : plantation d’arbres et d’arbustes, ouverture au public et donc l’occasion pour des résidents de rencontrer du monde.C’est aussi une façon de financer l’établissement.

La passion de Jean Merret, pour les treks aux quatre coins du monde lui permet de rassembler des espèces très diverses. Le parc se développe donc jusqu’en 2010 où la décision de le fermer est prise en raison d’une fréquentation insuffisante pour faire face aux charges. La maison de retraite renonce.

Pendant deux ans le parc reste à l’abandon. Pas de projet. Personne ne sait comment poursuivre. Fin 2011, un projet est né et il rouvre ses portes au public. L’aventure peut continuer.

Deux ans à l’abandon, c’est dur ?

“À l’échelle des plantes… oui… et non, répond Malo Dormont, les ronces, la flore sauvage se sont épanouies. C’était un peu la jungle mais pas non plus catastrophique. Un parc, ça vit un peu tout seul. Notre travail, c’est de contenir la nature, de jardiner intelligemment aussi. Le plus gros du boulot, c’est la pépinière : le semis, les boutures, l’arrosage. Bon l’entretien du parc, ce n’est pas rien non plus (sourire)”.

Aujourd’hui, le parc compte 10 000 sujets, 3500 taxons et des collections exceptionnelles rassemblées géographiquement par continent avec l’accent sur quelques pays particulièrement riches ou par type de plantes : chênes, magnolias, érables, saules, viburnum, camélias, bambous, eucalyptus,…

Si vous êtes en vacances en Bretagne, dans la région des Monts d’Arrée, allez visiter “Les arbres du monde”, allez admirer les collections de chênes, de rhododendrons, de bambous, laissez votre regard se perdre vers la cime des eucalyptus…

> Consultez le site internet et découvrez le parc

 

3 Réponses

    • Isabelle Morand

      Bonsoir, le plus simple est de prendre contact directement avec Malo. Vous trouverez les coordonnées à la fin de l’article. Merci beaucoup de votre intérêt. C’est un si beau lieu et Malo s’y investit totalement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.