Imaginez que l’on reboise à l’aide de journaux, que l’on transforme les décharges en potagers ou que l’on refasse sa pelouse juste en y oubliant le dernier journal par terre avant la pluie…
 
Utopie ? Eh bien pas forcément… Le Mainichi shimbun, quotidien japonais, a inséré des graines dans son papier. Comme l’encre employée pour l’imprimer est d’origine végétale, on peut directement planter ses pages (de préférence en les coupant en petits morceaux) pour obtenir des potées fleuries. Bref, du recyclage encore plus rapide, plus efficace et presque mieux que mieux.
 
 

Pourquoi c’est mieux que mieux ?

Tout simplement parce que la couverture végétale est l’une des choses les plus importantes pour l’équilibre d’un sol, sa capacité à retenir l’eau et – si les plantes choisies ne sont pas de diaboliques invasives – pour la biodiversité. Le papier recyclé à partir de papier couvert de vilaines encres, c’est bien, mais le papier déjà propre qui est recyclé sous forme de couvert végétal, alors là, c’est le top!
 

Démonstration !

 

 

C’est tout bénef’

 
Et si nos grands quotidiens français se lançaient dans ce type d’aventure, il y a fort à parier qu’ils pourraient en tirer un quelconque bénéfice, en parallèle de celui de la nature. Car, pour le quotidien japonais, cette idée aboutit à un tirage de plus de 4 millions d’exemplaires/jour, pour un revenu de quelques 627 000 €.
 

Quitte à avoir de bonne idées, autant les pousser jusqu’au bout !

 
  • Un numéro-engrais, avec des graines de légumineuses (trèfle, luzerne, lotier) pour enrichir le sol en azote et nourrir les abeilles.
  • Un numéro messicole, avec du bleuet, du coquelicot et de la pensée sauvage.
  • Un numéro alimentaire, avec des graines d’épinard, de tomate ou de coriandre.
  • Un numéro “guerilla gardening” pour le reboisement et le fleurissement des friches. industrielles, qui contiendrait des semences de bouleau, de pavot, de lin, de salicaire et de gueule-de-loup.
  • Un numéro conservatoire, avec des semences de plantes rares disparues des bords de route et des zones commerciales etc.

La presse écrite souffre? La nature aussi. Peut-être que si l’une contribue un peu plus à sauver l’autre la symbiose sera efficace et profitera aux deux !

 

Éric Lenoir, pépiniériste

©Dimitri Kalioris

Eric Lenoir (La Pépinière Aquatique) est l’auteur de “Créer simplement un bassin de jardin” et “Plantes aquatiques & de terrains humides”, parus aux éditions Ulmer.

 

 

 

D’autres articles à consulter…

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.