C’est malin, il suffisait d’y penser pour gagner la médaille d’or du concours Lépine. Comme toutes les bonnes idées, celle-ci semble tomber sous le sens. Mais pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ?

Installer un pot avec des fleurs ou des plantes aromatiques au sommet des potelets, ceux que les pare-chocs des voitures connaissent trop bien, ceux qui nous empêchent de nous garer sans pour autant rendre les rues bien agréables, voilà l’idée ! Et savez-vous qu’en France, on compte 30 millions de ces potelets ?

Pour Stéphane Cachelin, ex-publicitaire, restaurateur à Montmartre, amoureux de la nature de naissance, l’idée a muri 6 longues années avant de passer à l’état de projet. À partir de ce moment et parce que la végétalisation urbaine s’annonçait comme un objectif collectif, c’est tambour battant que Stéphane est entré dans la phase de réalisation.

Mais, dans les grandes villes, le spectre de la dégradation rôde autour des installations. Stéphane semble plutôt optimiste : il a prévu ce risque et la sécurité du chapotelet lui semble assurée.

Stéphane Cachelin et la sécurité du chapotelet

Écouter :

Et comme c’est une invention urbaine du XXIe siècle, il sera connecté et c’est toute une communauté qui parrainera les chapotelets installés au détour de nos rues ; c’est toute une communauté qui en assurera la pérennité et pourra se réjouir de retrouver le végétal au cœur des villes.

Stéphane Cachelin et la communauté du chapotelet

Écouter :

 

Plus d’infos, c’est par ici !

 

Retrouvez des accessoires et des outils sur l’Hortus shop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.