Ne comptez pas trop sur ces 8 races de poules pour vous nourrir en œufs à la coque, mollets, en omelettes, durs à longueur d’année… Ce ne sont pas des pondeuses de compétition pour la plupart, mais des poules dites d’ornement ! On les aime et les élève essentiellement pour leur allure, leur look ou leur caractère…

L’Appenzelloise huppée, la montagnarde de la bande

Poule Appenzelloise huppée

Poule Appenzelloise huppée ©cynoclub

D’origine suisse, du canton d’Appenzell, on la reconnait notamment à sa queue en forme d’éventail et sa crête formée de deux petites cornes surmontée d’une mini huppe (le nom original de la race “Spitzhauben” signifie bonnet pointu). Son poids moyen lui permet de voler et d’aller se percher dans les arbres. C’est une poule très active, toujours en mouvement à la recherche des insectes. Moins sujette aux engelures que bien d’autres poules.

  • Poids : 1,5 kg (poule), 1,8 kg (coq). Version naine : 650 g (poule), 750 g (coq).
  • Tarses : gris clair.
  • Oreillons : blancs. 
  • Plumage : argenté pailleté noir, bleu, doré, noir.
  • Œufs : coquille blanche.

 

 

L’Araucana aux œufs vert-bleu 

Poule araucana – Graciane.emonsite.com

Elle a une tête rigolote avec des toupets d’oreille couverts de plume. Originaire du Chili (elle doit son nom aux Indiens Araucans), elle a été introduite en Europe en 1921. Ses œufs sont d’une couleur étonnante : bleu émeraude à l’extérieur et à l’intérieur. L’araucana se régale d’herbe fraiche. Elle aime couver et s’occupe bien de ses bébés. Pour la féconder, le coq doit posséder un bon sens de l’équilibre, car la poule étant dépourvue de queue, pas facile pour lui de “tenir” la position ! L’araucana anglaise, elle, a une queue, les Sirs ont moins de souci dans leurs ébats !

  • Poids : 1,6 à 2 kg (poule), 2 à 2,5 kg (coq). Version naine : 750 g (poule), 850 g (coq)
  • Tarses : de jaune verdâtre à vert foncé.
  • Plumage : Froment, froment bleu, blanc, bleu doré, gris perle, noir, bleu, saumon argenté, saumon doré, coucou.
  • Œufs : vert-bleu (avec des nuances de bleu gris à turquoise).

 

La Brahma, une grosse poule bien sympa

Poule et poussins Brahma

Poule et poussins Brahma ©cynoclub

Originaire d’Inde, mais développée aux États-Unis, volumineuse, gentille, douce, elle est facile à domestiquer. Son poids la cloue au sol, elle ne risque pas de s’échapper, vous pouvez la laisser baguenauder au jardin où elle ne fera pas beaucoup de dégâts. Elle est emplumée jusqu’aux pattes, c’est d’ailleurs un souci, car il faut régulièrement les inspecter. Si de la boue ou des fientes stagnent sur les pattes, elle peut perdre des ongles. La tête est petite par rapport au corps et ressemble un peu à celle d’un rapace. C’est une très bonne couveuse. Autres qualités : c’est une bonne camarade, pacifique, qui s’entend avec d’autres races et le coq crie moins souvent et moins fort que nombre de ses congénères.

  • Poids : 3 à 4,5 kg (poule), 3,5 à 5 kg (coq). Version naine : 1,3 kg (poule), 1,7 kg (coq).
  • Tarses : orange ou jaune vif.
  • Oreillons : rouges.
  • Plumage : blanc herminé noir, blanc herminé bleu, fauve herminé noir, fauve herminé bleu, perdrix maillé doré, perdrix maillé argenté, perdrix maillé doré bleu, bleu, noir, blanc, coucou, noir à camail argenté, noir à camail doré.
  • Œufs : brun clair.

 

La Chabo, idéale pour un poulailler citadin

poule chabo

Poule Chabo ©cynoclub

Elle porte un gène “courtes pattes” et c’est une caractéristique appréciable pour l’adopter dans un jardin en ville. Elle est quasi incapable de creuser, vous pouvez donc la laisser en liberté de temps à autre sur la pelouse ou le jardin. En revanche, son poids plume lui permet de voler et elle peut s’échapper vers les jardins voisins. Son corps forme un U et le bout de ses plumes balaye le sol, difficile de les garder propres ! Si vous adoptez une Chabo à crête géante, soyez attentif en cas de grand froid, car la crête, chez les coqs surtout, est alors très sensible aux engelures. Bon à savoir : la Chabo était appelée Nagasaki jusqu’en 2009.

  • Poids : 600 g (poule), 700 g (coq)
  • Tarses : jaunes.
  • Oreillons : rouges.
  • Plumage : blanc à queue noire, noir, bigarré, fauve à queue noire, columbian fauve, blanc et gris. 
  • Œufs : coquille blanche.

 

 

La Cochin a bon caractère

Poule Cochin

Poule Cochin ©dzika_mrowka

Originaire du sud de la Chine, elle a été introduite en France par le vice-amiral Cécil qui fit expédier 6 poules et 2 coqs depuis le port de Macao. On sait aussi que la reine Victoria en était gaga. C’est un oiseau imposant, très emplumé jusqu’aux tarses, doté d’un bon caractère. Son poids l’empêche de décoller, mais lui joue aussi des tours quand elle couve. Il lui arrive de faire des omelettes sans le vouloir…

  • Poids : 3 à 4,5 kg (poule), 3,5 à 5,5 kg (coq)
  • Tarses : jaunes.
  • Oreillons : rouges.
  • Plumage : noir, le blanc, le bleu, le perdrix, coucou… 
  • Œufs : coquille brun-jaune.

 

L’Orpington, une mère poule !

Poule Orpington

Poule Orpington ©amykerk

Une des races de poule parmi les plus attentives à sa progéniture. Elle couve formidablement et élève ses poussins avec une attention constante. L’Orpington apprécie qu’on lui offre de l’espace pour pouvoir faire de l’exercice, mais son poids l’interdit de vol. Obtenue en Angleterre, dans le Kent, elle a une forme presque cubique et son volume de plumes est impressionnant. L’Orpington est née noire, mais depuis, l’éventail de couleurs de plumage s’est considérablement élargi. 

  • Poids : 3 à 3,5 kg (poule), 4 à 4,5 kg (coq). Version naine : 1,3 kg (poule). 1,5 kg (coq).
  • Tarses : la couleur dépend des variétés.
  • Oreillons : rouges.
  • Plumage : fauve, noir, blanc, bleu andalou, tricolore, noir caillouté blanc, barrée, rouge acajou, perdrix maillé doré, noir à camail argenté et poitrine lisérée, gris perle, fauve liséré noir, doré à liséré noir, doré à liséré bleu, blanc herminé noir.
  • Œufs : coquille jaune clair.

 

La Poule soie, super Maman ! 

Poule soie

Poule soie et poussins ©mollynz

Celle-là, difficile de ne pas avoir envie de la caresser, de lui faire des câlins… Originaire d’Asie, elle s’est appelée Nègre-Soie jusqu’en 2009 en raison de la couleur noire de sa peau, de sa chair, mais également de ses os. Cette poulette est tellement curieuse qu’à son introduction en Europe on parlait d’elle comme d’un croisement entre un lapin et une poule. Les poules soie se laissent facilement apprivoiser et les gamins les adorent. C’est une maman fantastique, une extraordinaire couveuse, elle couve même les œufs d’autres volailles. 

  • Poids : 1,1 à 1,4 kg (poule), 1,4 à 1,7 kg (coq). Version naine : 500 g (poule), 600 g (coq).
  • Tarses : bleu – violet. 
  • Oreillons : turquoise.
  • Plumage : Noir, bleu, doré, blanc, perdrix, perdrix à triple liseré, perdrix argenté à triple liseré, gris, coucou, rouge et fauve
  • Œuf : coquille jaunâtre chez les grandes, brun clair chez les naines.

 

La Padoue et son pompon chic

Poule Padoue

Poule Padoue ©andrea_mangoni

Contrairement à ce que son nom laisse supposer, cette poule huppée serait originaire d’Europe de l’Est, mais c’est lors du premier salon de la volaille à Londres en 1845 qu’elle a été officiellement répertoriée. Volaille élégante, à plumage lisse ou frisé, elle se distingue surtout par sa huppe qui lui bloque en partie la vue. Il peut lui arriver de se cogner ou de rater un virage ! Madame pond plutôt généreusement, mais quand il s’agit de couver, elle est aux abonnés absents. 

  • Poids : 1,5 à 2 kg (poule), 2 à 2,5 kg (coq). Version naine : 800 g (poule), 900 g (coq).
  • Tarses : la couleur de la variété.
  • Oreillons : blancs, mais invisibles sous le casque de plume.
  • Plumage : argenté liseré noir, doré liseré noir, fauve liseré blanc, noir, blanc, bleu liseré, coucou, gris perle, porcelaine bariolé pour les grandes. argenté liseré noir, dor liseré noir, fauve liseré blanc, noir, blanc, bleu liseré, coucou pour les naines.
  • Œuf : coquille blanche.

 

 

 

Pour en savoir plus

  • “La basse-cour idéale” de Jean-Claude Périquet, illustrations de Yann Le Bris. Delachaux et niestlé, 25 €.
  • “Poules, guide complet de l’éleveur amateur”, de Hervé Husson. Ulmer, 26 €.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.