Cultivé chez nous en plante annuelle, le ricin a vite fait d’embellir le jardin en été. Il pousse en un temps record, produit de grandes feuilles découpées qui apportent un petit air exotique aux massifs. On le trouve dans de nombreux espaces publics malgré sa toxicité. Si vous avez des enfants ou petits-enfants, attention…

©belizar73

L’huile de ricin

Ricinus communis est originaire d’Afrique tropicale, mais on le trouve et le cultive un peu partout dans le monde pour en extraire la fameuse huile de ricin. Utilisée depuis l’Antiquité, elle a servi tout à la fois de combustible dans les lampes à huile, d’hydratant pour les épidermes desséchés, d’ingrédient pour la fabrication d’un émulsifiant destiné à fluidifier le chocolat, en tourteau aux propriétés insecticides dans les jardins… et en laxatif puissant administré aux enfants quand on ignorait encore que le ricin est une plante toxique, potentiellement mortelle.

La plante la plus dangereuse du monde

La ricine, protéine produite par le ricin, est une tueuse. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le cyanure la joue petit bras face à la ricine, 6000 fois plus toxique que lui. Quant au venin de crotale, c’est du pipi du chat (ou tout comme !) puisqu’il faudrait plus de 10 000 morsures de ce serpent pour atteindre le niveau de toxicité de Ricinus communis. Il suffit de 1 mg/kg pour vous faire passer de vie à trépas dans d’affreuses (mais rapides !) souffrances. 

L’extraordinaire pouvoir létal de la ricine fait les beaux jours des séries télé (de “Urgences” aux “Experts” en passant par “Breaking Bad”). Mais le vrai souci avec la ricine, ce n’est pas les scénaristes, mais les bioterroristes. Dans le monde, plusieurs attentats ont été déjoués ces dernières années…

 

Vous avez encore envie d’en semer chez vous ?

Alors, on récapitule… On ne mange pas les graines, on ne fait pas de salades avec les feuilles, on ne fait rien avec les racines (même pas une recette de sorcière inspirée d’un traité moyenâgeux !) et pendant qu’on y est, on n’écoute pas les fariboles : non, l’huile de ricin ne viendra jamais à bout d’une calvitie et elle n’aide pas accoucher. Maintenant que tout est dit, voici comment cultiver cette belle plante annuelle…

©anatchant

  • Semis : faites tremper les graines 24 heures avant de les semer en godet. Faites démarrer au chaud. Repiquez au jardin quand la terre est suffisamment réchauffée et que le plant commence à bien se développer. 
  • Culture : en pleine terre seulement. Trop gros pour un pot. Ou alors, prévoyez un très gros pot.
  • Exposition : soleil exclusivement.  
  • Sol : riche, frais, bien drainé. 
  • Arrosage : un à deux fois par semaine. Paillez le pied pour réduire la fréquence des arrosages. 
  • À l’automne : arrachez aux premières gelées. 
  • Variétés : ‘Carmencita’ à feuillage pourpre ; ricin de Zanzibar (R. zanzibariensis) qui peut atteindre 3 m de haut en une saison !

 

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial