Sylvain Brunet-Manquat et Laurent Vieira jardinent à 4 mains, en Isère. Le jardin, avec vue imprenable sur le massif de la Grande Chartreuse, est planté de plusieurs centaines d’arbres et arbustes. Installés dans des îlots paillés de BRF, ce sont pour la plupart des espèces insolites ou remarquables (voir notre vidéo). Le Mas des Béalières, à Tencin, est ouvert le week-end prochain dans le cadre de la manifestation Rendez-vous aux jardins. 

Hortus Focus : Quels arbres as-tu plantés en premier dans ton jardin ? 

L. Vieira et S. Brunet-Manquat ©I. Morand

Sylvain Brunet-Manquat : Mon métier, c’est paysagiste. Mes premiers arbres, je les ai trouvés dans des pépinières “classiques” où je me fournis pour mes chantiers. J’ai acheté certains frênes comme le frêne à feuilles étroites (Fraxinus angustifolia ‘Raywood’) dont le feuillage passe au pourpre, lie-de-vin à l’automne. J’ai acheté des cèdres, des poiriers à fleurs, des chênes dont des chênes des marais (Quercus palustris) et du chêne rouge d’Amérique (Quercus rubra), des pins de l’Himalaya (Pinus wallichiana) et aussi un tilleul (Tilia) pour faire un peu d’ombre. 

Tes arbres semblent avoir poussé à une vitesse impressionnante…

La terre a été enrichie au fur et à mesure des générations. Elle a été cultivée ou laissée aux vaches. Je remercie tout le temps mes aïeux, leur travail ici sur plusieurs centaines d’années. Et notamment ma grand-mère, Gabrielle, qui a fêté ses 98 ans le 9 avril dernier. Elle vit à quelques mètres de chez moi et continue de cultiver le potager avec mon compagnon, Laurent. 

Betula nigra ‘Black Star’ ©Isabelle Morand

Que recherches-tu en priorité chez un arbre ou un arbuste ?

J’ai un gros faible pour les écorces remarquables, les feuilles gaufrées, dentelées, celles qui portent des stries, des nervures prononcées. J’aime beaucoup aussi les hydrangéas pour leur floraison estivale. Nous n’avons pas beaucoup de fleurs dans le jardin exception faite des rosiers et de la grande plate-bande de vivaces. Les hydrangéas sont précieux pour leur générosité en été et leurs couleurs en automne. Certaines espèces et variétés prennent une couleur lie-de-vin, notamment les hortensias à feuilles de chêne (Hydrangea quercyfolia). Ils sont également très utiles pour créer de jolis liens entre les arbres. Et Laurent est un roi de la bouture !

Quelles sont tes écorces remarquables préférées ?

Oh, il y en a tellement ! Les bouleaux, bien évidemment, font partie des vedettes du jardin, et ce depuis ma première visite au jardin de Christian Peyron, le Bois Marquis, à Vernioz (dans l’Isère). Nous commençons à en  avoir une petite collection : le bouleau de l’Himalaya ‘Jaquemontii’ au tronc blanc pur, des bouleaux noirs (Betula utilis) comme ‘Black Star’, ‘Darkness’, ‘Wakehurst Place Chocolate’, le bouleau rouge chinois ‘Red Panda’ (Betula albosinensis)… Nous avons aussi des cerisiers du Tibet (Prunus serrula) au tronc couleur acajou, des érables à peau de serpent (Acer rufinerve, Acer conspicuum ‘Phoenix’ au sublime bois rouge), des ronces décoratives (Rubus thibetanus), des cornouillers sélectionnés pour leur écorce, des stewartias…

Et des pépites en dehors des écorces ?

Je ne sais pas si on peut parler de pépites, mais ils me plaisent énormément. Il y a ce tulipier de Virginie ‘Snowbird’  (Liriodendron tulipifera) qui a une panachure blanche verte très marquée. Nous l’avons acheté chez le pépiniériste Franck Sadrin et il fait l’admiration de tous les amateurs. Il a feuillage remarquable, dans le jardin, c’est “moi d’abord” et il a poussé très rapidement. J’aime beaucoup aussi le hêtre à feuilles tricolores (Fagus sylvatica ‘Aureomarginata’), le Prunus campanulata ‘Félix Jury’ qui s’orne de petites fleurs un peu rose fuchsia. 

©Isabelle Morand

Pourquoi avoir planté autant de conifères ?

Pour avoir de la couleur en hiver ! Chez nous, dans la vallée du Grésivaudan, le brouillard peut s’installer pendant 15 jours en hiver. Les persistants, les conifères sont donc précieux pour mettre un peu de couleur dans le gris ! J’ai planté nombre de conifères pour leurs couleurs comme le pin sylvestre doré (Pinus sylvestris ‘Aurea’) et des pins au feuillage bleu-gris. 

Quel est l’arbre dont tu attends la floraison ?

L’Emmenopteris de Henry… Je l’ai planté à la suite d’une publication sur FB du pépiniériste Maurice Laurent qui venait après de nombreuses années d’attente, d’avoir la joie de le voir fleurir. Chez nous, cet arbre rare est encore jeune. On ne sait jamais quand il va fleurir pour la première fois. Je m’arme de patience ! L’attente peut durer une vingtaine d’années.

La page FB du jardin, c’est PAR ICI !

©Isabelle Morand

 

 

 

Si vous passez par le jardin, merci de faire de ma part un câlin à Vuitton, le chien qui a adoré ronfler comme une cheminée de locomotive à côté de ma caméra pendant les interviews… 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

2 Réponses

  1. Annie Bonnardd

    Je rêve de cet endroit magique….je suis comme Laurent….les noms latins sortent facilement de ma mémoire….mais je suis fascinée par les couleurs, les odeurs, le chuchotement des arbres et des fleurs…
    Un gros bisou sur la truffe de ce beau loulou ronfleur….
    Annie

    Répondre
    • Isabelle Morand

      Bonjour Annie. Merci beaucoup pour votre message. J’espère que vous aurez l’occasion de visiter le jardin. Bonne journée.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial