Ces variétés de vigne sont exceptionnelles. Par leur goût, par leur résistance aux maladies. Et pourtant, vous aurez sans doute encore un peu de mal à les trouver. Ce sont de vieilles variétés qui ont été victimes à la fois des lobbies… et de leur aptitude à rester en bonne santé. L’histoire “maudite” de ‘Isabelle’, ‘Vanessa’, ‘Noah’ et d’autres, avec Sébastien Tan qui les cultive dans sa pépinière de Montauban. 

Hortus Focus : Pourquoi ces vignes ont-elles été interdites dans les années 30 ?

Sébastien Tan et Cécile Troux - Hortus Focus

Sébastien Tan et Cécile Troux, pépiniéristes dans le Tarn-et-Garonne ©I.Morand.

Sébastien Tan (pépinière Sebtan) : C’est une histoire complètement surréaliste ! Le Ministère de l’Agriculture a décidé d’interdire ces vignes à la fin de l’année 1934. Sous le prétexte que ces raisins rendaient fous… Mais c’est totalement faux ! La véritable raison de cette interdiction est liée à la puissance du lobby viticole (NDLR : en son temps, l’absinthe aussi…) et à l’implantation de la France en Algérie. De nombreux Français sont partis cultiver la vigne de l’autre côté de la Méditerranée et le vin est arrivé par milliers d’hectolitres d’Algérie. Une surproduction qu’il a fallu absorber. Or, à cette époque, de nombreux petits producteurs cultivaient ces vignes en Ardèche, en Ariège, en Vendée, dans des endroits un peu reculés. Ils récoltaient leur raisin et ne traitaient jamais les vignes. Ils n’achetaient pas de vin. L’interdiction a eu pour conséquence première une incitation à l’achat et à la consommation des vins venus d’Algérie. 

Mais l’histoire ne s’arrête pas là ?

Non. Pendant la Seconde Guerre mondiale, certains ont continué à produire du vin avec ces vignes jamais malades. Tout le monde avait d’autres chats à fouetter que de surveiller si l’interdiction était respectée ou pas. Mais, à la fin du conflit, l’interdiction n’a pas été levée et on comprend facilement pourquoi. Ces vignes ne sont jamais malades, un vrai souci pour les industriels de la chimie. Comment ? Des vignes jamais malades ? Pas de traitement à vendre ? Impossible ! Donc l’interdiction a été maintenue. 

raisin 'Noah' - Hortus Focus

‘Noah’ ©Sebtan

Et aujourd’hui, où en est-on ?

C’est encore une fois acadabrantesque… Maintenant, on peut les acheter, les vendre, on a le droit de faire chez soi du vin avec… mais il est toujours interdit de vendre ce vin ! En Italie, en Suisse, ces verrous ont sauté, mais, chez nous, non ! On se bat pour casser les verrous et avoir le droit de la vinifier. Les amateurs de raisin bio commencent à les connaître et à beaucoup les apprécier. 

De quelle qualité était ce vin ? 

C’était de la piquette comme on dit. On appelait ces vins des “guinguins” d’où vient, d’ailleurs, le terme guinguette…

 

 

Pourquoi ces vignes étaient-elles dites “maudites” ?

Ce sont des Vitis labrusca, des vignes américaines. ‘Isabelle’ a été le porteur sain du phylloxéra en France. Le phylloxéra, c’est un petit ver dans le sol qui a détruit le vignoble français à la fin du XIX siècle. Ce n’est pas pour cette raison qu’elle a été interdite, mais elle a longtemps porté ces image et étiquette de vigne “maudite”. 

vigne 'Isabelle' - Hortus Focus

‘Isabelle’ ©Sebtan

Quelles sont les saveurs développées par ces raisins ?

Elles sont très étonnantes. ‘Isabelle’ a un goût complètement dingue de fruits rouges, de fraise des bois plus particulièrement, avec un peu de cerise. Avec ce jus-là, un sorbet, c’est une tuerie. Difficile de savoir qu’il s’agit d’un sorbet fait avec du jus de raisin. ‘Noah’ a un goût de fraise des bois, mais on y trouve aussi une touche de passiflore et d’ananas. 

Quand planter ces vignes ?

Si vous les trouvez en conteneur, vous pouvez les planter toute l’année, en évitant tout de même juillet et août s’il fait trop chaud et trop sec comme cette année. Mais vous pouvez aussi les planter à racines nues d’octobre à mai. 

Dans quel type de sol planter ‘Noah’, ‘Isabelle’ ou la ‘Vanessa’ qui produit des raisins roses ?

Ce sont des plantes de terrain sec et de plein soleil et qui, en Amérique, poussent dans des terrains un peu schisteux, c’est-à-dire légèrement acides, comme en Ardèche par exemple. Si ce n’est pas le cas de votre terre, il faut dans ce cas acheter une variété greffée. À la pépinière, nous avons un porte-greffe qui permet de planter ces vignes partout. 

Est-il possible d’installer ces vignes partout ?

Mais oui ! Il n’existe pas de limite climatique. Ces vignes poussent au Canada, en Suisse, et même en Inde où elles supportent les pluies de mousson. Si vous n’avez pas assez de soleil et de chaleur pour avoir de belles grappes, dites-vous que ce sont des vignes particulièrement adaptées aux treilles et aux pergolas. Le feuillage reste toujours très sain. La première année, vous ne verrez pas la différence avec une vigne “classique”, Vitis vinifera, mais dès la deuxième année, vous allez la voir, s’étoffer, prendre du volume. C’est même assez imposant. 

La culture en pot est-elle possible ? 

Tout est possible, mais pas forcément souhaitable. Laissez-la au grand maximum deux ans dans un pot avant de la replanter au jardin. Autrement, vous la perdrez.  

 

 

  

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial