Elles s’appellent toutes Yin et Yang. Impossible de les différencier. Autour de mon jardin vivent en permanence 3 couples de pies. Elles jacassent à n’en plus pouvoir, se disputent (enfin, je crois), développent des stratégies pour accéder aux boules de graisse et nichent pour certaines au sommet d’un grand poirier, super prudentes qu’elles sont !  Je vous embarque dans la vie de mes pies. 

MaPie.com

Je regrette de ne pas parler pie couramment. Car les conversations de mes Yin et Yang semblent franchement passionnantes. Elles jacassent, poussent des “tchak-tchak-tchak-tchak” à longueur de journée. Mais que se racontent-elles ? “T’as vu la patronne, elle a encore oublié de recharger en boules graisse, c’est n’importe quoi ce restaurant !”. Ou bien “Mate ces petites saletés de mésanges comme elles sont en train de se pouiller avec Jojo le rouge-gorge. Mais aussi : “Mais t’étais où hier soir ?? Je me suis gelée les plumes en t’attendant”. Bref, je suis sûre et certaine que mes pipelettes ont des discussions passionnantes, et ça m’embête de ne rien capter à leur charabia d’oiseau. 

pie perchée

©RCKeller

La pie est une bignole

Yin et Yang me font souvent penser à l’une de mes voisines, la meilleure ennemie des cambrioleurs, toujours planquée derrière ses rideaux à observer les allers-retours des uns et des autres. Les pies sont de vraies concierges. Elles sont souvent installées sur les râteaux des vieilles antennes de télé ; je les soupçonne de détester les engins modernes puisqu’elles ne se perchent jamais sur les paraboles. De leur mirador hautement sécurisé, mes Pica pica scrutent de leur regard noir et vif tout ce qui crapahute en dessous, volette à côté. Je les vois rarement regarder au-dessus d’elles. Il faut dire que les rapaces sont peu nombreux dans le coin et les Boeing 737 Max interdits de vol …  

Quand la pie roucoule…

C’est toujours plaisant d’assister aux préliminaires d’un crac-crac de pie. Le mâle laisse tomber ses ailes et relève sa queue en l’étalant pendant que l’élue de son cœur le regarde faire le beau. Les pies sont du genre fidèle, mais chaque année, même après des noces d’étain (dix ans de mariage), Monsieur fait ce qu’il faut pour montrer à Madame qu’il est toujours pâle d’amour. Il lui sautille autour. Parfois on peut les voir se faire des caresses avec leur bec. L’affaire se conclut alors rapidement…

Et que la pie naisse ! 

nid de pie

©Ornitolog82

C’est bien beau d’avoir copulé, il faut ensuite préparer le nid. Et chez les Pica pica, le nid n’est pas simple à construire. Il est souvent imposant, il faut des branchages, des radicelles, des brindilles, des poils et un peu de boue pour faire tenir le tout. Les pies sont même capables de construire des petits toits protecteurs sur leur nid (un peu façon couverture du Stade de France, quoi !). Le travail de construction du nid les occupe plusieurs semaines. Pour la seule fois de l’année, Mme Pie dépose alors ses œufs (entre 4 et 9), de couleur pâle, parés de mouchetures brunâtres variables, et elle couve, couve, couve. Le futur papa assure le ravitaillement de la future maman puis, dans les premiers temps, de l’approvisionnement des petits qui naissent au bout de 18 jours environ. Quelques jours après l’éclosion, Mme Pie vient à son secours. Les petits ventres sont très affamés et puis, elle est comme tout le monde, après avoir couvé, elle a besoin de se dégourdir les papattes.  

pie gourmande

©Michel VIARD

Une pique-assiette

C’est un oiseau omnivore comme les corbeaux. Par terre, elle cherche des larves et des insectes. Quand elle trouve un coléoptère, la pie piaffe… de joie avant de se coller la bestiole dans le gosier. Si un mammifère a cassé sa pipe, la pie n’hésite pas à aller se servir une petite entrecôte. Comme c’est un bec sucré, elle mange aussi des fruits ! À voir l’embonpoint de mes Yin et Yang, je ne me fais aucun souci pour les pies. Bon à savoir : si les pies vont piquer des œufs dans les nids d’autres oiseaux (on les appelle des pie-ckpockets évidemment), c’est pour la bonne cause et offrir des protéines à leurs oisillons. Aucune excuse en revanche quand elles font leurs mal élevées et fouillent les sacs poubelles comme les chiens errants. Enfin, si à la campagne, vous les voyez sur le dos du bétail, c’est pour la bonne cause ! Elles ne leur font pas des guiliguili-guilis mais se nourrissent des tiques présentes sur les animaux. 

La pie n’est pas bête…

C’est même l’un des oiseaux les plus intelligents qui soit, grâce à sa cervelle plus grosse que chez la majorité des autres emplumés. Elle est capable d’enfouir de la nourriture avec son bec et d’aller la déterrer pile-poil au bon endroit 2 jours plus tard. C’est aussi un oiseau très altruiste. Des tests ont permis de démontrer qu’une pie était capable d’actionner un levier pour délivrer de la nourriture à des copines, lesquelles lui ont rendu la pareille. Enfin, et je trouve cela très émouvant, des Yin et Yang ont été observées organisant des funérailles autour d’une de leurs congénères décédées. Elles se tenaient autour du cadavre et lui apportaient de l’herbe comme pour lui fabriquer un linceul. 

Une petite fable de Tolstoï pour terminer ?

“La pie, voyant qu’on nourrissait bien les pigeons, se farda et s’introduisit dans le pigeonnier ; les pigeons crurent que c’était un des leurs et l’accueillirent.

Mais la pie s’oublia et se mit à pousser un cri de pie ; alors les pigeons lui donnèrent des coups de bec et la chassèrent.

La pie revint chez les siens, mais ses compagnes s’effrayèrent de la voir toute blanche de farine, et la chassèrent aussi.”

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial