Tu connais pas Raoul (donc, tu connais pas Les Tontons flingueurs) ? Ce n’est pas grave, ami lecteur, amie lectrice… Mais tu vas connaître Raoulia. Non, ce n’est pas la femme de Raoul, mais un genre de vivaces originaire de Nouvelle-Zélande. Des plantes tapissantes très chouettes dans des rocailles, en auge, en pot, mais de culture un peu délicate il est vrai. 

Mais c’est qui ce Raoul ?

Ce chirurgien, né à Brest en 1815, part en mission sur le bateau L’Aube et débarque en Nouvelle-Zélande le 11 juillet 1840. Pendant trois ans, Étienne Fiacre Louis Raoul parcourt les deux îles et collecte de nombreuses plantes.  De retour en France, il travaille au classement de ses spécimens Muséum national d’histoire naturelle de Paris et fait paraître, en 1846, “Choix de plantes de la Nouvelle-Zélande” (éditions Fertin et Masson). L’ouvrage est publié sous les auspices de M. le baron de Mackau, pair de France et vice-amiral (garde-à-vous !). Pour rendre hommage à son travail, l’explorateur britannique Joseph Dalton Hooker donne son nom à un genre de plantes vivaces. 

Raoulia - Hortus Focus

©PatrikStedrak

Des tapis persistants argentés

On l’appelle aussi le mouton végétal ou la carpette argentée. En Nouvelle-Zélande, les Raoulia finissent en effet par former de grands tapis “à poils courts”, de quelques centimètres de haut dans certaines zones montagneuses. Les rosettes de ces couvre-sol sont serrées les uns contre les autres, l’union fait la force après tout ! Les fleurs sont, elles aussi, minuscules, de blanches à jaune vif et se manifestent en été. En se développant, le mouton végétal est même capable de recouvrir de cailloux et même en partie de gros rochers.

 

 

 

Raoulia hookeri - Hortus Focus

©stan-shebs

Fiche de culture du Raoulia

Autant le dire, ce n’est pas la plante la plus facile à cultiver, mais si vous suivez bien nos conseils, vous mettrez toutes les chances de votre côté !

  • Emplacement : rocaille, auge, jardin alpin, entre les dalles.
  • Plantation : de préférence au printemps.
  • Rusticité : – 10°C minimum, plus si le sol est vraiment bien drainé.
  • Exposition : plutôt mi-ombre.
  • Sol : neutre à légèrement acide (surtout pas calcaire). L’important, c’est le drainage, sinon le Raoulia est mort. Donc, matériel drainant absolument indispensable au pied et au niveau du collet. 
  • Arrosage : le substrat ne doit pas sécher à son pied. Bref, il faut de l’humidité, mais pas trop. Pas d’arrosage non plus par le dessus et pas d’arrosage à l’eau calcaire. Si le printemps est très humide et si cela vous est possible, posez une plaque de verre au-dessus de la plante. 
  • Multiplication : vous pouvez diviser la plante au printemps. Le semis est à réserver aux amateurs éclairés, c’est vraiment galère. 
  • En hiver : protégez le pot, l’auge de la pluie.

 

Raoulia hookeri - Hortus Focus

Raoulia hookeri ‘Makara’ ©brian-stocks

Des espèces de Raoulia faciles à trouver

  • Raoulia eximia : 5 cm de haut, petit buisson. De loin, on dirait des moutons couchés. 
  • Raoulia glabra : 5 cm de haut, fleurs blanches
  • Raoulia hookeri : peut s’étaler jusqu’à 60 cm de large
  • Raoulia australis : 10 à 12 cm de haut, 30 cm d’étalement.

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial