Si l’on connait le nom de l’inventeur du sécateur, Antoine François de Bertrand de Molleville, celui du père ou de la mère de la brouette demeure un mystère. Beroué, civière rouleresque, barot, barotte et vinaigrette (!) sont quelques-uns des autres noms utilisés pour désigner cet outil qui nous facilite la tâche, notamment au jardin. 

Brouette chaise à porteurs

À la fin du XIXe en Chine, la brouette devenue chaise à porteurs. ©Campwillowlake

Qui des Chinois ou des Grecs inventa la brouette ? 

S’il est communément admis que les Chinois sont les inventeurs de la brouette au cours des derniers siècles avant J.-C., rien n’est sûr à 100%. Il semble que Zhuge Liang, surnom taoïste Dragon assoupi (on s’en fout, d’accord), Premier ministre du royaume de Shu (un truc genre dans la province du Shandong), ait demandé à ses troupes de transporter des vivres lors d’une bataille contre Sima Yi, autre stratège de la période des Trois Royaumes. Bref, à l’époque, la brouette est appelée “bœuf de bois”. Mais quant à savoir si elle a une ou deux roues, faut pas pousser non plus… On raconte également que des petits malins de l’époque dotent l’engin d’une espèce de petit mat pour l’aider à aller plus vite en cas de coup de vent. La première brouette à voile, quoi ! 

Quid des Grecs alors ? Eh bien, il est tout à fait possible que la brouette se soit fait voir chez les Grecs avant de guerroyer en Chine. En effet, deux inventaires déchiffrés en 1994 laissent à penser que la brouette est utilisée par les Grecs trois siècles avant d’être mentionnée dans les récits chinois. Et toc !

Les Égyptiens sont totalement passés à côté !

C’est bien la peine d’avoir inventé les premiers tests de grossesse, la circoncision, le calendrier solaire et les crèmes antirides (si, si, tout est vrai là-dedans, promis) et de ne pas avoir été foutus de créer LA brouette. À la décharge des Égyptiens, pour trimballer des mastodontes de pierre et édifier des pyramides,  l’outil n’aurait certes pas été très performant. Le truc, c’est que la brouette n’a pas été utilisée en Égypte avant belle lurette. Quand Napoléon Bonaparte débarque en Égypte en 1798, l’outil et son usage font l’étonnement des populations…

L’historien et théologien égyptien, d’origine somalienne, Abd al-Rahman al-Jabarti écrit dans son journal : “Ils (les Français) recouraient à des instruments faciles à manier et épargnant la peine, ce qui permettait une exécution rapide des travaux (...) Ils utilisaient de petites charrettes qui avaient deux bras allongés par-derrière : on les remplissait de terre, d’argile ou de pierres (…) ensuite on prenait en main les deux bras, on poussait devant soi et la charrette roulait sur sa roue avec la moindre peine jusqu’au chantier ; on les vidait enfin, en la penchant d’une main sans aucune fatigue.”

La brouette chez nous autres… 

L'angélus - Millet - Hortus Focus

“L’Angélus”, de J.-F. Millet

Une certitude : au bas et haut Moyen-âge, la brouette a souvent encore 2 roues en bois cerclées de fer, mais tout le monde ne s’en sert pas partout. Cependant, son utilisation se répand peu à peu. Pour faire creuser le Grand Canal à Versailles, André Le Nôtre en commande une armée (20 000 !) maniée avec dextérité par autant de “brouetteurs”. Puis la brouette est utilisée dans les champs et dans les mines.

Avec le temps, l’outil se glisse dans de nombreux tableaux. Accessoire des laboureurs, des maraîchers, elle est représentée dans d’innombrables œuvres : “Paysan avec sa femme et son enfant en face de la ferme”, de David Teniers, peintre flamand du XVIIe siècle, “Pousser une brouette dans la neige”, de Willem Koekkoek, peintre du XVIIIe, “L’angélus” et “Paysan avec une brouette” de Jean-François Millet en 1857-1859 ; “L’enfant à la brouette”, étude de Pierre Bonnard en 1867; “La brouette, verger”, de Pissarro (vers 1881) ; “Bruyère avec brouette”, de Vincent Van Gogh… 

Bacchus et Ariane - Hortus Focus

Bacchus et Ariane, gravure de Agostino Carracci

La brouette et le Kama sutra

Mode d’emploi.

1-Le premier partenaire prend appui sur les mains ou les avant-bras

2- Le second partenaire est debout, soulève les jambes du premier partenaire pour permettre la pénétration. C’est quand même pas compliqué !

3-Si l’affaire se prolonge, le premier partenaire peut entourer de ses jambes la taille de l’autre pour l’aider à tenir cette position. 

4 – La brouette thaïlandaise est une variante un peu plus acrobatique sur laquelle je vous laisse vous renseigner. 

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial