Vers le site Giverny-Fondation Claude Monet

Vers la boutique d’Hortus Focus

Bien prendre soin de son agrume avec Christophe Reineri

Agrume : Calamondin
Calamondin ©Dimitri Kalioris

Les agrumes sont une très vaste famille, Citrinae, classée en trois genres principaux : Fortunella, Poncirus et Citrus. Le premier a pour avantage de résister aux températures basses. Ce sont des arbustes d’apparence très similaire aux Citrus, de pousse généralement lente, et de dimensions relativement réduites. Le second n’est composé que d’une seule espèce qui ne produit pas de fruits comestibles et sert essentiellement de porte-greffe. Le dernier rassemble les orangers, les mandariniers, les citronniers, les pomelos, les pamplemoussiers…

 

Agrume : citronnier panaché
Citronnier panaché
©Dimitri Kalioris

Comme beaucoup d’arbres fruitiers cultivés sous nos climats tempérés, les agrumes sont originaires d’Asie subtropicale. L’arrivée des premiers agrumes en zone méditerranéenne serait datée du IIIe siècle av. J.-C. et de l’épopée d’Alexandre le Grand en Perse. On y cultivait le cédratier, d’où le nom à cette époque de “pomme de Perse”. Le cédrat s’est alors implanté rapidement tout autour de la Méditerranée où il n’était pas consommé, mais utilisé en cosmétique et pour ses vertus pharmaceutiques.

Plusieurs siècles seraient passés avant que d’autres variétés d’agrumes soient introduites en Occident, les chercheurs ne sont pas tous d’accord. Toutefois, on a retrouvé des représentations d’oranges sur des mosaïques à Pompéi, et des fouilles de sépultures romaines et égyptiennes contenaient des grains de pollen fossilisés appartenant au citronnier.

 

 

Tous ces arbustes ont des points communs

Christophe Reineri, Agrumes de Méditerranée, donne dans la vidéo ci-dessous des indications sur le soin à leur apporter. 

Pour tous les agrumes

 

Comment arroser les agrumes ?

 

Agrume : Lime des Antilles
Lime des Antilles
©Dimitri Kalioris

Des agrumes dans le salon

Toutefois, en fonction de la variété, la résistance au froid peut-être plus ou moins importante et la sécheresse plus ou moins facile à supporter. Certains agrumes, comme le lime de Tahiti ou des Antilles qui donnent tout leur charme au mojito  (avec une bonne menthe bien sûr !) ou au ti’punch, ne vont pas du tout aimer les températures négatives, mais supporter la culture en intérieur. Vous pouvez aussi accueillir chez vous le calamondin, le kumquat, le limequat et la lime douce d’Europe.
Ils peuvent passer la belle saison sur le balcon ou la terrasse, mais il faudra les rentrer lorsque le thermomètre descend au-dessous de 1°C. Toutefois, prenez garde à ne pas installer votre agrume près d’une source de chaleur ni dans une pièce trop chaude. Ils sont bien en deçà de 22 °C, à proximité d’une fenêtre pour bénéficier de lumière naturelle. Et, très important, ont absolument besoin d’être régulièrement brumisés pour lutter contre la sécheresse de l’air en appartement.

Des agrumes au balcon

En revanche, le délicieux Yuzu restera dehors facilement jusqu’à -10°C/ -15°C. Le citron Meyer supportera -10°C sans souffrir, comme le mandarinier ‘Satsuma’.  Ces agrumes vivent facilement en pot, ce qui permet de les hiverner lorsque les températures descendent en dessous de ce qu’ils tolèrent.
Cet hivernage doit toutefois respecter quelques règles : il faut les installer dans une pièce froide comme un garage avec une fenêtre, un appentis ou une serre et choisir son camp ! En effet, pour éviter de stresser votre agrume, pas d’allée retour dedans-dehors. Si vous le rentrez aux premiers frimas, laissez-le à l’intérieur jusqu’au printemps même s’il fait doux quelques jours pendant l’hiver.

 

 

 

 

Mais attention au thermomètre, il ne dit pas tout !

Agrumes de la Méditerranée, hristophe ReineriChristophe Reineri : Les plantes sont comme nous, des êtres vivants. Les agrumes sont sensibles au froid ressenti, c'est-à-dire qu'ils ont plus froid si il y a beaucoup d'humidité dans l'air ou si le vent de nord ou de l'est souffle que si le temps est sec et ensoleillé même si le thermomètre affiche 0°C. 
Il faut donc vous fier à votre propre ressenti, et ne pas vous en tenir uniquement à l'indication du thermomètre !
> en savoir plus sur les zones de rusticité.

Pour un bel agrume qui fructifie, mais réfrène sa croissance

Une question revient régulièrement selon Christophe : “Si j’achète un agrume de 70 cm, dans un pot de 5 L, ne vais-je pas me retrouver avec un arbre de 3 mètres dans deux ans ?

Non, non, non, n’ayez pas de crainte, et ceci pour plusieurs raisons. D’abord, les agrumes vivent heureux en pot et la taille du pot contraignant les racines, si vous l’augmentez lentement, l’arbuste gardera une taille modeste. “Je préconise de rempoter tous les deux ou trois ans. Cela permet de redynamiser la plante, car les agrumes épuisent les nutriments de leur terreau en deux ans environ et malgré les apports d’engrais. Renouveler le substrat est donc une nécessité. Et puis, en le rempotant dans un pot à peine plus grand, vous lui permettez de refaire des racines sans qu’il grandisse trop vite !” précise Christophe. Et puis, il y a la taille qui est une façon de définir et de maîtriser le gabarit de votre agrume.

La taille peut avoir deux objectifs différents : contrôler le gabarit et donner une forme ou lutter contre une attaque de parasites, c’est alors une taille sanitaire.

Les tailler, oui, non, pourquoi ?

 

Nourrir ces voraces !

 

Agrume : Oranger de Crête
Oranger
©Dimitri Kalioris

Les agrumes sont très gourmands

Ça demande beaucoup d’énergie de faire des fleurs et de bons fruits ! Et ça donne faim. Si vous ne nourrissez pas suffisamment votre arbuste, il refusera de fructifier ! Christophe Reineri vous explique comment dans la vidéo ci-dessus.

 

SOS Dr Plant’

Les agrumes ont bien entendu des prédateurs comme la plupart des êtres vivants. Ceux auxquels il faut prêter attention sont les pucerons, les cochenilles, la teigne et les araignées rouges (ou acariens). Le plus sûr moyen de s’en prémunir est d’observer la plante avec attention et régulièrement.

Christophe : “Regardez bien sous les feuilles ! C’est là, sous les jeunes pousses que les insectes viennent sucer la sève et risquent de l’infecter. Dès que vous constatez que les premiers parasites sont là, retirez-les ou éventuellement coupez la feuille. Ainsi, ils ne pourront pas se reproduire, voire contaminer les autres plantes. Si, au retour d’un week-end prolongé, avec de bonnes chaleurs, vous avez une éclosion d’œufs qui vous auraient échappé, n’hésitez pas à faire une taille sanitaire, quitte à renoncer à la récolte de l’année. Sauvez la plante et les fruits de l’année suivante !

La prévention

Pour éviter les araignées rouges, brumisez souvent les feuilles. Les acariens détestent l'eau ! Pour la cochenille et les pucerons, lorsque vous voyez les œufs, mélangez de l'eau et 2 à 5 % de savon noir ou d'huile de colza. Brumisez la plante avec ce mélange afin d'étouffer les œufs et de bloquer la reproduction. C'est simple, mais il faut le faire dès le début.

 

Références : “Les clémentiniers et autres petits agrumes” de Camille Jacquemond, Franck Curk et Marion Heuzet – Éditions Quæ – 2013

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER, DES BOX AGRUMES POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share