Vers le site Giverny-Fondation Claude Monet

Vers la boutique d’Hortus Focus

L’abeille charpentière, une pollinisatrice inoffensive

abeille charpentière
Oskanov

Elle peut faire peur avec sa grande taille, son gros corps poilu et son bourdonnement bien audible. Mais l’abeille charpentière ou xylocope violet n’est absolument pas dangereuse et ne mange pas le bois, contrairement à ce que son nom peut laisser penser. Elle se contente de butiner, de polliniser et de creuser ses nids dans du bois mort ou des bambous.

Comment reconnaître une abeille charpentière ?

C’est hyper simple ! C’est la plus grosse abeille d’Europe, le genre avion-cargo avec sa longueur entre 20 et 28 mm et 45 à 55 mm d’envergure ! Elle vole rapidement et fait du bruit comme un coléoptère (on l’entend arriver !). Son corps est noir violacé et super poilu. Les ailes au soleil montrent des reflets bleu métallique. Dans le Midi, on peut l’observer dès le mois de février. Partout ailleurs, on peut la croiser entre avril-juin et jusqu’en octobre en région méditerranéenne sur les fleurs, les arbres d’ornement ou au potager. C’est une excellente pollinisatrice.   

Elle n’est pas agressive et ne pique pratiquement jamais (sauf en cas de menace imminente). Mais quand une femelle pique, ça fait très mal ! Elle fait partie des abeilles dites solitaires (80% des abeilles). 

Pourquoi ce nom de charpentière ?

Elle ne s’attaque pas aux boiseries neuves, aux écorces en pleine forme… Le xylocope violet (Xylocopa violacea) n’est pas xylophage ! En revanche, ses mandibules puissantes lui permettent de creuser dans du bois mort, de grosses tiges sèches, des roseaux brisés, des branches de sureau mortes et même des bambous uniquement pour faire son nid. Vous pouvez repérer ces nids grâce aux copeaux que l’abeille évacue en creusant. 

nid abeille charpentière
©Manoranjan Mishra

Un nid bien protégé

L’accouplement a lieu au printemps. Chaque nid est un petit chef-d’œuvre. En fin de printemps, après avoir été fécondée, l’abeille charpentière commence par percer le bois ce qui lui vaut d’ailleurs son autre surnom d’abeille perce-bois. Elle aménage plusieurs galeries parallèles, qui communiquent entre elles. Tout en fond de ces galeries qui peuvent mesurer jusqu’à 30 cm, la femelle, méthodique, dépose un peu de pollen avant de pondre. Et à chacun sa chambre ! Les œufs sont séparés par de minces couches de sciure, et les larves se nourrissent du pollen déposé par Moman. Quand elle a fini de pondre, elle prend soin de reboucher une à une toutes les galeries pour protéger sa progéniture des prédateurs. 

Certaines charpentières sont un peu flemmardes. Au lieu de fabriquer leur nid, elles se contentent de squatter des cavités creusées par des insectes xylophages. C’est pratique ! Elles gagnent du temps… 

Les œufs éclosent en fin d’été. Mâles et femelles hivernent ensuite dans des fentes de murs, des galeries ou bien encore simplement des trous creusés dans la terre. 

abeille charpentière sur lantana
©Ellen de Ridder

Une perceuse ailée

Comme le bourdon, l’abeille charpentière est trop grosse pour entrer à l’intérieur des fleurs à forme tubulaire. Elle a donc dû développer une technique imparable pour pouvoir se soûler de nectar. Elle fore des minitrous dans la base des fleurs et peut ensuite aspirer le nectar avec sa langue. Une technique partagée avec le bourdon. 

Deux solutions pour l’accueillir au jardin

  • Laisser un tas de bois mort dans un coin du jardin. Elle se débrouillera avec.
  • Lui réserver une place dans un hôtel à insectes. Un peu de bois tendre ou mort. Elle apprécie aussi les buchettes de pin. 
  • Dans les deux cas, songez à lui offrir une piste d’atterrissage. C’est un insecte volant qui appréciera de se poser un peu en hauteur. 

Les préférences végétales de l’abeille charpentière

Elle aime butiner les jonquilles, les glycines, les gesses, les fleurs de poirier, les lavandes, les sauges parmi lesquelles la sauge sclarée, les pissenlits, les chardons, les pois de senteur… Mais elle ne crache pas sur le nectar des fleurs de clérodendon (comme le machaon ou le sphinx chez les papillons). C’est enfin une bonne pollinisatrice des aubergines, courges, courgettes, tomates.  

 
 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial