Vers la boutique d’Hortus Focus

Hôtels à insectes – Qui loge où ?

hôtels à insectes
© Lightboxx

Bernard Cwiek fabrique ses hôtels à insectes en Belgique. Il les réalise en XXL pour des collectivités, mais aussi en modèle réduit pour les balcons, les jardinières. Un hôtel est fait de différents matériaux, car tout ce petit monde a ses préférences (et nécessités) d’habitat. Tiges creuses, tiges pleines, briques… Qui loge où ? 

 

Hôtels à insectes : tiges pleines, tiges creuses

  • Les tiges pleines (à moelle) : framboisier, arbre à papillon, sureau, rosier, ronce, fusain, topinambour, weigelia, hortensia, hydrangea…

  • Les tiges creuses : Bambou, canne de Provence, vieux tuteurs, fenouil, céleri, deutzia, paille de blé, renouée du Japon (une façon de recycler cette plante envahissante…). Elles doivent être bouchées à l’une de leurs extrémités.

 

hotel à insecte
©ian driscoll

Les abeilles sauvages, elles emballent !

Elles pondent dans les tiges creuses. Plus la tige sera longue, plus il y aura d’œufs les uns derrière les autres. Dans une tige creuse de 10 cm, on va trouver 7 ou 8 pontes d’abeilles sauvages. Si la tige est de « gros » diamètre, ça fera le bonheur d’une araignée qui transformera l’hôtel en restaurant… 

On peut observer des débris de feuilles, des minimorceaux d’herbe qui dépassent des trous. Car certaines abeilles sauvages emballent leurs œufs dans des végétaux de différents types. Les mégachiles utilisent des feuilles de rosier. D’autres utilisent des graminées, des brins de foin pour empaqueter les œufs avant de les déposer dans les tiges. 

manger des insectes
©Marc_Goldman

Les syrphes travailleurs 

Ces espèces de mouches déguisées en guêpe, qu’on reconnaît à leur vol stationnaire, trouvent logis dans les tiges pleines. Le syrphe n’est pas un fainéant, il creuse lui-même la tige à moelle tendre et dépose ses œufs. Adulte, le syrphe est un bon pollinisateur. Sa larve est une dévoreuse de pucerons.

gendarme - hotel à insectes
©Stéphane Étienne

 

 

Les gendarmes au sous-sol !

Ces insectes xylophages (Pyrrhocoris apterus) vivent en dessous des hôtels à insectes. Ils dégradent le bois. Sans leur action, on marcherait sur des kilomètres d’épaisseur de chute de bois. 

 

 

Osmie cornue
©DE1967

De brique et de broc 

Les osmies, les abeilles de printemps qu’on connaît bien, pondent dans les briques trouées avant de boucher les trous. Les briques creuses remplies d’un mélange d’un mélange d’argile, de sable et de paille vont plutôt accueillie des abeilles sauvages dites terricoles (elles vivent d’ordinaire dans le sol). Ces abeilles vont creuser un trou dans le mélange, pondre avant de reboucher. Elles aiment trouver ce genre de chambrette, surtout dans un jardin très sablonneux. 

 

 

chrysope
©hekakoskinen

Chrysopator aime le carton

Les chrysopes, dont les adultes et les larves dévorent pucerons, aleurodes, cochenilles à longueur de journée, adorent se blottir dans des empilages de papier gaufré. Ils aiment aussi les lanières de papier journal (attention pas de magazine en couleur), les fibres d’emballage, les pommes de pin.

 

 

abri à perce oreille
©Gabriele Grassl

Le perce-oreille prend de la hauteur

Il n’est pas difficile à satisfaire : mettez un peu de paille dans un petit pot de terre cuite, retournez le pot, calez-le à environ 2 cm du sol. Le perce-oreille adorera y habiter. Vous pouvez aussi accrocher ce type d’abri à une branche d’arbre. Un filet fin empêchera la paille de tomber. 

 

 

 

carabe
©Nikolay Belyakov

Vieilles branches pour les carabes

On les aime ceux-là… Ils mangent des limaces, des escargots et même des pucerons s’il s’en présente. Dans l’abri, réservez un coin pour empiler des petits morceaux de branches. Ou laissez dans le jardin trainer une souche d’arbre. 

 

 

abri à coccinelle
©Isabelle Morand

Une petite maison pour les coccinelles

Elles ont besoin de passer l’hiver bien au chaud. Comme les chrysopes, elles apprécient du papier journal froissé ou coupé en lanières. Elles seront mieux protégées tout de même par de la paille où elles cocooneront tranquillement. Autre possibilité : disposer dans l’hôtel des fagots de brindilles et des feuilles mortes bien sèches où elles feront leur lit. 

 

 

 

Papillon azuré - Hortus Focus
©Jurgen

Et les papillons ?

Certains papillons hivernent au stade adulte, notamment le paon du jour. Si vous n’êtes pas doué(e) pour le bricolage, achetez un abri spécifique avec des fentes verticales. Les papillons y entrent ailes repliées et trouvent à l’intérieur des petits « perchoirs ». Certains vont hiverner là, d’autres papillons y déposent leur chrysalide. Vous pourrez installer cet abri seul dans un coin ou l’inclure dans un hôtel à insectes « maison » plus grand. 

Pense-pas-bête

  • La bonne place pour un abri à insectes : de plein est à plein sud. Dos aux vents dominants et aux pluies battantes.
  • N’utilisez pas de bois traité pour construire votre abri.
  • Choisissez des bois résistants aux aléas de la météo : mélèze, châtaignier… 
  • Soignez la toiture. Optez pour le mélèze, imputrescible, ou des tuiles, ou des ardoises. 
  • Une fois par an, « cassez » les toiles d’araignées, car elles peuvent bloquer l’entrée des insectes. 
  • Un hôtel s’installe à n’importe quel moment de l’année, mais il faudra attendre un an avant qu’il soit bien rempli.
hotel à insectes
©Isabelle Morand (Jardin de Basroger)

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS, EN PARTENARIAT AVEC DES PRODUCTEURS FRANÇAIS, DE BELLES BOX AVEC DES PLANTES VIVANTES BIEN ÉLEVÉES, DE TRÈS BEAUX OUTILS, DES FERTILISANTS NATURELS, FAITES DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS !>

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

hôtels à insectes
Share via
Copy link
Powered by Social Snap