Vers la boutique d’Hortus Focus

La chouette des clochers

chouette efrraie
Emranashraf

Clouée sur les portes des granges au Moyen-âge pour éloigner le mauvais sort, la dame blanche est une espèce de chouette… très chouette (facile, je sais !). On peut l’observer de nuit… comme de jour. 

Présente dans le monde entier

Tyto alba (ordre des Strigiformes) vit sur tous les continents. Sa présence est attestée partout, sauf sur quelques îles et en Antarctique (elle a raison, il y fait bien trop froid). Elle a l’habitude de vivre et de nicher dans les granges, les clochers, les vieux bâtiments, les anciens pigeonniers, des trous dans de vieux murs.

C’est un rapace essentiellement de plaine. Elle ne supporte pas les conditions climatiques en montagne et n’est donc pas présente au-delà de 600 m d’altitude. 

Mais pourquoi chouette effraie ?

Ce nom lui vient de ses cris stridents qui peuvent… effrayer la nuit. Il ne faut pas le confondre avec le mot orfraie. L’orfraie est un rapace pêcheur diurne qui ne pousse, lui, pas de cris « horribles ».

Chouette effraie
Chouette effraie @Langton-DaviesPhotography

Comment reconnaître une dame blanche ?

C’est un grand rapace avec une envergure de 1,10 m environ à l’âge adulte. Elle mesure entre 34 et 40 cm, la femelle étant un peu plus grande que le mâle.

Sa face la rend très facilement identifiable. On dirait un masque de Pierrot lunaire, en forme de cœur. Son plumage est clair, brun-jaune. On peut y voir une multitude de pointillés et des petites taches blanchâtres bordées de noir. 

Cherchez les pelotes de réjection, vous trouverez la chouette !

Cherchez les pelotes de réjection, vous trouverez la chouette !

Bruno Veyrat, qui jardine dans le Tarn-et-Garonne, a la chance d’héberger un couple de chouettes effraies (et leurs nichées) dans une alcôve d’un des murs de sa maison. Il a repéré leur présence en trouvant une boule compacte tombée dans l’un de ses agaves plantés contre la façade.

“Ces rapaces avalent entièrement leur proie après l’avoir tuée d’un coup de bec à l’arrière du crâne. Ils ne la dépècent pas. La dame blanche avale des campagnols, des musaraignes, des souris, des mulots. En cas de grosse faim ou de disette de mulots, elle peut fondre sur un batracien, une belette, une chauve-souris, des insectes… Elle digère les muscles et rejette le reste, les poils et les os, tête incluse. Ces pelotes de réjection forment des boules très compactes, de couleur sombre. On en retrouve dans les granges ou, comme chez moi, au pied d’une façade. Quand on ouvre la pelote, on trouve un amalgame d’os et de poils.”

Certaines pelotes restent aussi dans le nid. Elles sèchent, ne moisissent pas et forment comme une litière.

Si vous trouvez des pelotes, n’hésitez pas à les ramasser et à les donner à des enseignants. Leur observation en classe fascine les enfants.

pelote de rejection
©Isabelle Morand
Chouette effraie

Des petites maisons bien étudiées

La dame blanche sait évidemment choisir son nid, mais vous pouvez aussi lui en aménager un. L’intérieur doit être très obscur et comporter une chicane qui permet de bloquer la lumière, et sans doute d’empêcher des intrus d’entrer directement.

Chez Bruno, curieusement, la chouette contrairement à ses habitudes, a choisi de s’installer dans un mur plein sud… « Il m’est arrivé en pleine journée de voir sa tête ronde dans le trou tout rond. J’étais scotché… Elle s’est vite effacée. Je l’ai vue aussi un matin en me levant. Elle était perchée dans un arbre et m’a fixé de son regard mystérieux. Génial quand on a une imagination galopante ou qu’on aime se faire peur… Je me suis surtout rendu compte qu’un couple de pigeons avait piqué son nid ! Ils font leurs petits avant les chouettes et s’étaient donc approprié son trou. La chouette a fini par les déloger pour nicher à nouveau… ».

Les chouettes qui ont trouvé leur petite maison et leur nichoir n’aiment pas qu’on vienne fourrer le nez dans leurs affaires. Chez elles, c’est chez elles, un point c’est tout ! Circulez !

 

chouette effraie
Cadifor
chouette effraie
©Milan Krasula

Le boucan des bébés

La femelle pond entre 4 et 13 œufs, deux fois par an (printemps et été). Elle couve, et le mâle la ravitaille. Les petits éclosent au bout d’environ 30 jours, mais ne naissent pas tous en même temps. Comme tous les bébés rapaces, le duvet est épars et ils ne sont pas bien beaux. 

Bruno Veyrat sait exactement quand les bébés sont arrivés : « Ils chuintent ! Je les entends depuis ma chambre. La nuit, quand le papa rapporte de la nourriture, ils chuintent. Et pas tous de la même façon. Je pense qu’ils se collent des peignées, c’est le bazar ! Peut-être se disputent-ils pour savoir qui aura le mulot distribué par maman ».

chouette effraie
©Cathy Withers-Clarke

Le départ du nid 

Le couple nourrit les petits pendant environ un mois. Les jeunes s’éloignent ensuite, sans jamais aller très loin. Ils s’établissent dans un rayon de 20 kilomètres autour de leur lieu de naissance. Leur espérance de vie s’établit aux alentours de 10 ans, mais certaines chouettes peuvent vivre plus longtemps. 

Pendant un an, la dame blanche se nourrit, grandit. Elle atteint la maturité sexuelle dans sa deuxième année de vie. 

Super équipée pour la chasse nocturne

Ses yeux sont très performants, mais ce sont surtout ses oreilles qui lui permettent de mener à bien ses chasses nocturnes. Même des sons très faibles ne lui échappent pas grâce à de grands tympans et à des disques faciaux qui transmettent le son jusqu’à ses conduits auditifs. Elle peut chasser même pendant les nuits où la lune est cachée. C’est le son qui la guide vers sa proie dans les prairies, les vergers, l’herbe le long des champs, les taillis forestiers. 

Elle qui a l’oreille si sensible supporte pourtant bien le bruit assourdissant des cloches dans les clochers où elle élit domicile. Étrange, non ?

 

Les menaces qui pèsent sur la dame blanche

  • La destruction de ses habitats (granges, vieilles maisons…)
  • Les voitures et les camions : la chouette effraie vole assez bas et elle est éblouie par les phares. Entre 10 000 et 20 000 dames blanches seraient victimes de collision en France, chaque année.
  • L’installation de dispositifs anti-pigeons sur les clochers qui l’empêchent de s’installer pour vivre et nicher.
  • Les pesticides encore utilisés un peu partout dans le monde.

Les voir en direct

C’est possible grâce à plusieurs sites qui suivent en webcam la vie des dames blanches.

La chouette : mythes et légendes

Selon les époques, la chouette a été adulée, crainte ou détestée…

  • Chez les Grecs, elle était le symbole de la sagesse et de l’intelligence.
  • Chez les Égyptiens, elle représentait la lettre “M”.
  • Au Moyen-âge, la pauvre a basculé du côté obscur. Son cri à la pleine lune annonçait une agonie. Elle était associée aux sorcières et à la mort. On la clouait sur les portes pour éloigner les mauvais esprits. Actuellement, contentez-vous de jeter du sel dans la cheminée, ça suffit à conjurer le mauvais sort…

 

Chouettes effraie
Chouettes effraie ©Henk-Bogaard
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share