Vers la boutique d’Hortus Focus

Le lierre, un atout pour la biodiversité

Lierre
Prill

Plante indigène, le lierre est encore trop souvent considéré comme une plante simplement envahissante. C’est dommage ! Le lierre est à la fois ornemental, pratique dans un jardin et indispensable aux petites bêtes de nos jardins. C’est l’une des plantes préférées du pépiniériste Patrick Nicolas.

Un genre très européen

Le lierre (Hedera) est un genre originaire d’Europe. Seules quelques espèces viennent d’ailleurs, du Népal, de Russie, du Japon, d’Algérie et du Maroc

Grimpant et rampant

Le lierre est très particulier : “C’est une plante grimpante qui, adulte, adopte une forme arbustive. Comme toute plante grimpante, il rampe s’il ne trouve aucun endroit où s’accrocher. C’est donc un couvre-sol efficace. Il court très vite sur le sol et il se ressème abondamment. Les petits semis participent eux aussi à la mise en place d’un couvre-sol.”

> Cliquez sur les images pour lire la légende 

Le lierre, c’est bon pour la biodiversité

  • Floraison en décalé : “Il fleurit à l’automne, et ce sont quasiment les dernières fleurs très mellifères. De nombreux insectes et papillons butinent encore à ce moment-là de l’année et le lierre leur permet de faire des réserves avant l’hiver.”
  • Fructification appréciée des oiseaux : en hiver, le resto est ouvert et les oiseaux le savent !
  • Protection hivernale : “Les feuilles sont comme les tuiles d’un toit et constitue un abri génial pour les insectes auxiliaires. Les coccinelles, les chrysopes, la musaraigne adorent y loger.“
  • Nichoir sous couvert : “Le lierre est un lieu de nidification très apprécié, notamment par le troglodyte, mais aussi le rouge-gorge, les mésanges qui peuvent y faire leurs bébés tranquillement.”
Lierre
Fleurs et fruits ©Isabelle Morand

Quand trop, c’est trop !

Quand le lierre est en fruits, les oiseaux se précipitent, car ils adorent ses baies. Ils mangent et leurs fientes qui contiennent les graines tombent dans le jardin. Si les oiseaux ont l’habitude de se percher sur les mêmes branches, vous allez vite vous retrouver avec un beau tapis de lierre sous la ou les branches…

Comment faire pour éviter l’envahissement ? “Il faut garder le lierre à l’œil. Si vous voulez absolument lui interdire de crapahuter à tel ou tel endroit, arrachez les jeunes pousses au fur et à mesure. Quand le lierre est installé, c’est une autre paire de manches. On y arrive, mais il faut beaucoup plus d’huile de coude.” Surtout si on a laissé le lierre cavaler sur un mur où il a pu fixer ses solides crampons…

D’autant que les murs, il les adore, surtout les vieux. “Il aime les terrains drainés, mais son truc, c’est d’aller pomper l’humidité dans les murs. Il va transformer ses crampons en racine pour aller chercher cette humidité. Si vous voulez vous en débarrasser, ne vous contentez pas de le couper au pied. Il faut nettoyer la façade ou le mur, car le lierre est capable de vivre plusieurs années grâce à l’humidité présente surtout dans un vieux mur !”

Ne taillez pas le lierre n’importe quand

Intervenez au bon moment… Pas si facile. En hiver, vous privez les animaux du couvert et du gite. Au printemps, des oiseaux peuvent déjà avoir fait leur nid dedans. Pour Patrick Nicolas, la meilleure période pour tailler, c’est à la fin de l’hiver. Et même si vous n’aimez pas le lierre plus que les orties, préservez au moins un endroit de votre jardin pour l’accueillir. Pensez à la faune !

taille du lierre
©anela

Une grande diversité

Il existe peu d’espèces, mais un grand nombre de cultivars issus de notre Hedera helix. Les formes de feuilles sont très variées à tel point qu’on a créé une classification pour les regrouper : feuilles en forme de cœur, avec 3 ou 5 lobes, en patte d’oiseau… Quant aux couleurs, elles ne sont pas en reste. En dehors du vert classique, on trouve des lierres panachés de crème, blanc, jaune, un peu doré.

Certaines rares variétés changent de couleur en hiver. Les feuilles passent au rouge : “Regardez vers ‘Atropurpurea’, vous verrez, il porte bien son nom. Moi j’en ai sélectionné un que j’ai nommé ‘Rouge hivernal’. L’hiver, la sève descend. Une partie de la chlorophylle disparaît au profit de l’apparition de pigments qui d’habitude ne sont pas visibles, mais le sont sur ces variétés-là.”

Le lierre d’Irlande

H. helix subsp. hibernica : “Voilà quelques années, on pensait qu’il s’agissait d’une variante de notre Hedera helix, le lierre commun. Le nombre de ses chromosomes a été contrôlé et on s’est aperçu qu’il s’agit d’une espèce à part entière poussant en Irlande et, dans une moindre mesure, en Angleterre.”

Lierre d'Irlande
©ffaber53

Une grande adaptabilité

  • Il se cultive en pot sans souci, mais il ne doit pas vivre les pieds dans l’eau. Donc, pensez à bien drainer le fond du pot.
  • Il n’est pas très exigeant sur le sol, même s’il préfère les sols calcaires aux sols acides.
  • Les lierres peuvent se cultiver en pot, en appartement, surtout les espèces d’Afrique du Nord qui aiment la chaleur et la sécheresse de nos intérieurs. Le lierre commun (H. helix) est moins facile à cultiver en intérieur, car il est sensible aux acariens et nos maisons sont bourrées d’acariens. Pour conserver un lierre commun en forme, il faut régulièrement mouiller le feuillage pour empêcher les acariens de faire leur sale boulot d’acariens ! Alors, à la douche le lierre !

Le lierre d’Algérie

H. canariensis var. algeriensis : “Il a de très grosses feuilles, ne supporte pas les hivers très froids, mais pousse très bien chez nous. Le mystère demeure sur son origine précise. Il a été sélectionné par un pépiniériste voilà plus de cent ans, qui l’a proposé dans ses catalogues. Mais il n’a jamais révélé d’où il tenait ce lierre.”

“Quand naissent les feuilles, c’est une surprise, car chacun est énorme ! On se dit alors, chouette, j’ai trouvé une nouvelle variété. Mais non ! En fait, au fur et à mesure de sa croissance, la feuille rétrécit un peu. Même phénomène du côté de la tige. Elle est bien grosse au printemps puis filiforme en fin de saison. En se lignifiant, les tissus se contractent. Un peu comme chez les clématites.”

Lierre d'Algérie
©Skymoon13
Lierre panaché
©Itasun
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share