10 chenilles extraordinaires !

10 chenilles extraordinaires
Shchr

On ne se lasse jamais des merveilles du vivant… Voici des chenilles incroyables, insolites, impressionnantes, inoffensives ou dangereuses…

Rigolote, mais pas sympa

La chenille d’Acharia stimulea, un papillon qui vit en Amérique centrale et dans l’est des États-Unis, est surnommée « Saddleback caterpillar », la chenille selle de cheval, car son dos est orné d’une tâche qui rappelle une… selle. Bon. Admettons. 

Quand on est gourmand, on a plutôt tendance à y voir un gâteau chocolat-pistache, mais il faut ajouter à cette « friandise » deux paires de cornes et des boulettes de poils super urticants. Le moindre contact provoque des éruptions cutanées très douloureuses. On ne touche pas, on mange encore moins… 

10 chenilles extraordinaires
©Chrissy Mcclarren
10 chenilles extraordinaires
©Stevebyland

Petit pois 

La zygène des Thérésiens (rien que ça…) appelée aussi zygène de la jarosse est un joli petit papillon noir bleuâtre à points rouges. Zygaena viciae volette un peu partout en Europe. Sa chenille est une mini-saucisse poilue qui se nourrit de gesse (jarosse), vesce, fève et féverolle. Elle mesure 22 mm, arbore une double rangée de taches dorsales noires. 

10 chenilles extraordinaires
©Harald Supfle
10 chenilles extraordinaires
©Lepinet.
10 chenilles extraordinaires
©Ian Redding
10 chenilles extraordinaires
©Henrik-l

L’anneau du diable

C’est le surnom de la chenille du bombyx de la ronde (Macrothylacia rubi) un papillon nocturne couleur caramel au beurre salé. La chenille est super poilue, noire, avec des intersegments jaune d’or. Elle n’est pas urticante. Il suffit de la toucher pour la voir s’enrouler immédiatement, d’où son surnom d’anneau du diable. Ces chenilles sont faciles à observer, car elles aiment prendre le soleil avant d’hiberner et leur nymphose au printemps. Elles adorent se nourrir de framboisiers, fraisiers, mais aussi bruyères, potentilles, prunelliers, rosiers…

Chenilles à cornes ! 

Voici la chenille du papillon royal du noyer (Citheronia regalis). Ces chenilles mangent la nuit et, pour passer inaperçues dans la journée, elles adoptent une forme de « J » et ressemblent à des crottes d’oiseaux. Quand elle grandit, elle se met à se nourrir la journée, adopte une magnifique couleur turquoise. Mais sa particularité vient surtout de ses grosses cornes rouges qui ne piquent pas, mais lui valent le surnom de diable à cornes ! 

10 chenilles extraordinaires
©Diane079f
10 chenilles extraordinaires
©Wikimedia

La plus grosse chenille du monde !

Normal quand on est l’un des plus grands papillons de nuit du monde (jusqu’à 27 cm d’envergure), plus la chenille est balèze et superbe ! La chenille du bombyx Hercule (Coscinocera hercules) est d’abord blanche et cireuse. Puis, elle passe au bleu, arbore des taches brunes sur les deux derniers segments et tout plein d’épines caoutchouteuses jaunes. 

10 chenilles extraordinaires
©Connie Kerr
10 chenilles extraordinaires
©Connie Kerr

L’ébouriffée

Colorées et poilues, les chenilles de la teigne du Cap (Eutricha capensis) vivent en bande. Les poils latéraux orange lui donnent un air de Bozo le clown. Trois grosses touffes cuivrées et deux petites touffes violettes lui ornent la tête. 

10 chenilles extraordinaires
©Tony Rebelo
10 chenilles extraordinaires
©Catherine Withers Clarke

Chenilles fluo !

La pudibonde n’est pas franchement discrète côté chenille. Le papillon à grandes pattes (Calliteara pudibunda) est gris et poilu. La chenille peut mesurer jusqu’à 4 cm, elle est le plus souvent jaune verdâtre et parfois rose-rouge. Les poils sont tout fins. Elle se distingue par un petit pinceau saumon sur le dernier segment abdominal. 

10 chenilles extraordinaires
©Darius Bauzys
10 chenilles extraordinaires
©Wikipedia
10 chenilles extraordinaires
©johnandersonphoto
10 chenilles extraordinaires
©Yogesh More

Oscar de la meilleure actrice

Les chenilles du Papilio glaucus (grand papillon diurne mexicain) sont des malignes. À leurs trois premiers stades, elles sont brunes et ressemblent à des petits cacas d’oiseaux pour se protéger de l’appétit des prédateurs. Au quatrième stade, elles deviennent vertes avec deux tâches qui font vraiment penser à des yeux ! Enfin, elles utilisent la contre-illumination. Il s’agit d’une forme de camouflage (utilisée aussi par certains mollusques). Sa face dorsale est alors plus sombre que son ventre. 

Un vrai tableau ! 

On trouve la teigne à houppes du sapin (Orgya detrita) en Floride, au Texas, en Caroline du Nord. Ce papillon aime les cyprès qui vivent dans les marécages composés de feuillus, de cyprès chauves. La chenille est plutôt marrante : des touffes de poils côtés tête et abdomen, des taches jaune orangé et 4 pinceaux compacts de poils blancs sur la face dorsale. On dirait qu’elle trimballe des minisacs à dos ! 

10 chenilles extraordinaires
©Gailhamphire
©Wendy McCrady
©Wendy McCrady

C’est carnaval…

C’est à leur premier stade que les chenilles de ce papillon australien (Doratifera oxleyi) sont les plus spectaculaires. Elles sont toutes petites, mais très colorées : jaune, rouge, vert, orange, avec des petites cornes rouges. Ces chenilles se nourrissent de feuilles d’eucalyptus. À son dernier stade, la chenille est verte, avec des taches jaunes entourées de noir. Quand la chenille est dérangée, elle laisse sortir des poils jaunes urticants. Quand le calme revient, les poils rentrent dans leurs poches. Dernière caractéristique : elles n’ont pas de pattes et se déplacent comme des limaces. 

10 chenilles extraordinaires
©Alchetron

Un site à consulter

Lepi’Net, les carnets du Lépidoptériste français. Très utile pour identifier des papillons, les larves, les chenilles. Pour les débutants et les experts.

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

10 chenilles extraordinaires
Share via
Copy link
Powered by Social Snap