Le charme des nouveaux jardins du Palais des Papes

Jardins du Palais des Papes
©Isabelle Vauconsant

À Avignon, après un chantier en trois tranches de 2,4 millions de €, les jardins pontificaux ont été réaménagés et contribuent à valoriser le Palais des Papes, une architecture exceptionnelle, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Des jardins anciens autour du Palais des Papes

À l’aube du XIVe siècle, la papauté rencontre quelques difficultés politiques. Ses ennemis sont nombreux : les Franciscains spirituels l’accusent d’hérésie et lui opposent la pauvreté évangélique, l’empereur Louis de Bavière, en 1328, maître de Rome, fait élire l’antipape Nicolas V., juriste renommé. La guerre civile sévit à Rome entre partisans de l’Empereur – les Gibelins – et soutiens de la papauté – les Guelfes.

Jean XXII ou Jacques Duèse, né en 1244 à Cahors, va tout naturellement venir s’installer à Avignon où Clément V avait séjourné provisoirement.

Jean XXII régularise et centralise l’administration et les finances pontificales. Il déploie également les jardins et en fait des éléments importants de la vie pontificale.

3 espaces distincts

Situés au pied de la façade orientale du Palais des Papes, les jardins ont été sans cesse réaménagés par les neuf papes qui se sont succédés.

Le jardin supérieur ou Jardin du Pape ou Jardin du Griffon a une surface de 662 m2. Il était ceint d’épaisses murailles chargées de protéger l’intimité du souverain pontife. La galerie périphérique actuelle manifeste son rôle cocon. La fontaine du Griffon a été remplacée par une nouvelle fontaine aux formes très actuelles.

Le jardin du Palais ou Jardin Benoit XII, était et reste un lieu de promenade et de détente de 1250 m2. Des légumes, des herbes aromatiques et médicinales, des petits fruits  et des fleurs en faisaient un lieu de recreatio corporis.

Le Verger d’Urbain V accueillait les arbres, surtout des fruitiers et de la vigne sur 1000 m2. C’est, depuis 2018, un espace de quartier ouvert au public organisé avec des jeux pour les enfants sur une prairie centrale longée d’une promenade. Une longue pergola rappelle le bâtiment disparu de la Roma et les végétaux la recouvriront bientôt. Un rosier de Banks accueille le visiteur à l’entrée du cheminement qui débouche sur une place où il est possible de boire un verre à l’abri de la foule qui se presse devant le Palais.

Un réaménagement au carrefour du passé et de l’avenir

La situation de la planète et les désordres climatiques ont été au cœur de la réflexion. Dans une région où l’eau est un sujet central, les eaux pluviales sont récupérées au profit des jardins et le choix des variétés installées mûrement réfléchi.

Verger Urbain V - Jardins du Palais des Papes
Verger Urbain V - Jardins du Palais des Papes ©Isabelle Vauconsant

Des plantes méditerranéennes

Les comptes apostoliques mentionnent l’achat de vignes au XIVe et XVe siècles, mais aussi de très nombreuses variétés d’herbes médicinales et aromatiques comme on en trouve dans la plupart des jardins médiévaux. En revanche, on commandait manifestement moins de fleurs et beaucoup d’arbres. Parmi les arbres, les fruitiers avaient la préférence et certains étaient considérés comme précieux comme les orangers et les bigaradiers venus de lointaines contrées.

Les jardins étaient des jardins nourriciers et de soin qui devaient pourvoir aux besoins des cuisines tout en offrant un espace agréable et de détente.

C’est une grande partie de ces mêmes plantes qui a été réinstallée dans les jardins revus par le XXIe siècle, des plantes peu gourmandes en eau !

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Jardins du Palais des Papes
Share via
Copy link
Powered by Social Snap