Des rosiers lianes à adopter

Rosa 'Wedding Day'
Peganum

Seuls quelques rosiers sont capables de partir à l’assaut des arbres. Extrêmement vigoureux, aucune escalade ne leur fait peur. Ils se comportent comme des ronces, ne sont jamais malades. Voici les rosiers lianes préférés de Jérôme Chéné (Les roses Loubert) et ses conseils pour bien les utiliser. Et nos coups de cœur à nous aussi ! 

Rosiers lianes, laissez-les vivre leur vie…

  • Plantez-les au pied des arbres, là où vous observez un creux entre les racines. Arrosez-les bien à la plantation et oubliez-les.
  • Pas de culture en pot évidemment en raison de leur vigueur. Les racines ont besoin de place. Ces rosiers lianes ne s’expriment qu’en pleine terre.
  • Ils peuvent pousser de 5 m en une année… Ne les installez donc pas sur des petites structures, elles ne font pas le poids ! En revanche, ils seront heureux de grimper sur la façade d’un hangar, d’un grand bâtiment.
  • Pas besoin de les tailler, contentez de vous de supprimer des branches mortes et gênantes. Si vous taillez trop court ils ne fleuriront pas l’année prochaine.
  • Pas la peine de les inspecter à la loupe. Ils ne sont jamais malades.

‘Mermaid’, une très longue floraison

Obtenu en 1917, ce rosier liane est une valeur sûre à installer au soleil toute. Il fleurit tardivement, mais longtemps, de juillet à l’automne. Les fleurs exhalent un léger parfum, ressemblent à de très grosses églantines jaune pâle. Les étamines sont jaune d’or, magnifiques et proéminentes. ‘Mermaid’ est capable d’atteindre 9 m de haut.

rosa 'Mermaid'
©Anna reg / CC-BY-SA
rosa 'Veilchenblau'
©emer1940

‘Veilchenblau’, des cascades violettes

Cet hybride de multiflora est très peu épineux. Les fleurs sont presque violettes, la base des pétales est blanche. En fanant, elles prennent différentes nuances de bleu (gris, acier, mauve).

Si vous mettez le nez dans les fleurs, vous pourrez humer son parfum aux notes légères de pomme verte. Il s’adapte à tous les sols et tous les climats. Il a été obtenu en 1909, d’un croisement entre ‘Crimson Rambler’ et ‘Souvenir de Brod’.

‘New Dawn’, un très grand rosier liane

Un des rosiers parmi les plus célèbres, découvert dans une pépinière du Connecticut . ‘New Dawn’ peut s’élancer jusqu’à 10 m de haut, même s’il reste tout de même plutôt vers 4 à 5 m, d’où son classement soit un grimpant, soit en liane. Les fleurs sont imposantes, rose pâle. Il aime bien la mi-ombre.

rosier new dawn
©blog Mon jardin de roses anciennes

‘Sir Cedric Morris’, des fleurs ET des fruits

Il atteint 6 à 7 mètres, présente un joli feuillage glauque, des fleurs blanches, des étamines jaune d’or au printemps pendant 3 à 4 semaines. Si vous cherchez un rosier liane intéressant à l’automne, ‘Sir Cedric Morris’ est fait pour vous. Il offre en effet une spectaculaire fructification de septembre à janvier. Et vous pourrez en profiter, car ce sont des fruits assez durs qui n’intéressent pas trop les oiseaux.

Rosa 'Sir Cedric Morris'
'Sir Cedric Morris' ©Loubert

Et nos rosiers lianes préférés à nous !

‘Bobbie James’ au parfum de… clou de girofle

Il croule sous ses bouquets de petites fleurs semi-doubles, blanc-crème à cœur jaune. Au printemps, il se dépense sans compter même tout en haut de ses branches (à 8 m de haut, tout de même). ‘Bobbie James’ est capable d’habiller un vieil arbre en deux temps, trois mouvements. Et son feuillage vert clair demeure bien sain !

©megakunstfoto
©megakunstfoto
©Isabelle Morand
©Isabelle Morand

‘Kiftsgate’, pour ses fleurs et ses fruits

Comme dans le jardin Citrouilles et Lutin, de Sophie Arendt, en Belgique, ‘Kiftsgate’ n’en fait qu’à sa tête ! Indomptable, mais c’est une qualité… Pourtant il a bien d’autres atouts : il fleurit longtemps, peut crapahuter jusqu’à 10 m de haut, ses fleurs sont parfumées et sont suivies de fruits rouges. Bonus : le feuillage passe à l’orangé en automne.

Chez ‘François Juranville’, y’a de la pomme !

Les jardiniers devraient plus souvent s’intéresser à ce rosier puissant, aux jolies fleurs roses chiffonnées, échevelées, rose et rose pâle. Il a un petit côté “j’me fous de tout, j’chuis beau…’. Né en 1906 d’un Rosa wichuriana et de ‘Mme Laurette Messimy’, il peut grimper jusqu’à 7 m de haut. Pas facile pour mettre le nez dans ses fleurs au parfum de pomme acidulée.

©Oksana_Kazak
©Oksana_Kazak

‘Maria Lisa’, la cascade rose

Les petites fleurs roses toutes simples, à œil blanc et mini cœur jaune, sont innombrables sur ce rosier costaud qui peut mesurer 4 à 5 m de haut et se fiche totalement des maladies. Vous pouvez le planter en tout sol, et il supporte bien le calcaire. Seul hic : il est super méga hyper épineux, mais on le lui pardonne !

©Elisabeth Schittenhelm
©Elisabeth Schittenhelm

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

387 Shares 3K views
Share via
Copy link