Halte aux bâches plastiques !

Renée Boy-Faget / Le jardin d'Entêoulet

Dans son jardin d’Entêoulet, dans le Gers, Renée Boy-Faget a craqué ! En 2019, pour se faciliter le travail au jardin, elle a étendu deux bâches poreuses sur ses deux massifs situés au centre du potager. Récit signé Renée d’une expérience qu’elle ne renouvellera pas. Et réactions d’autres jardiniers…

Les bâches, un vrai désastre !

Ayant mis une belle épaisseur de broyât dessus pour cacher cette bâche… cela a été super beau et facile durant deux années (avec un peu de nettoyage malgré tout) 😃 on n’a rien sans rien…
Quatre ans après c’est un vrai désastre, le chiendent , la potentille et même les pissenlits ont transpercé la bâche ! Tout ce fatras a profité de l’épaisseur du broyat pour s’en nourrir et former des racines dessous et dessus.
Comme on apprend de ses erreurs, cette journée a été employée (entre de nombreuses averses) à arracher cette fichue toile (bien ancrée par les racines). J’ai dû découper des morceaux pour pouvoir l’arracher (et enlever 3 brouettes de racines de chiendent ). Un côté est fait… Demain sera un autre jour.
Alors, si l’envie vous prend de bâcher pour être tranquille et ne pas avoir à désherber, un conseil : ne faites pas comme moi. Quand on voit l’état du sol avec toutes ces crevasses que je vais devoir boucher en étalant de la terre !
©Renée Boy-Faget
©Renée Boy-Faget
©Renée Boy-Faget
©Renée Boy-Faget

Et les amis Facebook confirment !

Laurence Gillet : “J’avais fait cette erreur moi aussi sur les conseils d’une amie. J’ai retiré la bâche…et pesté. Ma terre vit maintenant.’

Yoann Armando :  “Ce truc est une catastrophe, je ne sais même pas comment ça peut encore servir et être utilisé. Des couvre-sols bien denses sont au final bien plus efficaces que ce truc en plastoc qui sert pas à grand chose au final !”.

Bridget Jones : “Chez ma fille en terrain sableux, j’avais mis du géotextile dans les allées pour empêcher le chiendent (aussi), recouvert de brf (aussi 😅) pour cacher … Résultat : le chiendent n’est pas mort, il a même traversé le géotextile (pourtant bien épais ) et s’est nourri du BRF 🙁🙁. Expérience expérience… Je ne connais pas de solution à ce foutu chiendent , la potentille c’est idem !”

Et en plus, c’est moche !

Éric Lenoir (“Le Grand Traité du jardin punk”): “Ces toiles sont une catastrophe, tant d’un point de vue horticole qu’environnemental. Sans parler de l’esthétique, en particulier sur des talus. Elles se dégradent en micro plastiques très rapidement (y compris les « biodégradables »), pourrissant le sol, ce qui y vit, et filant dans la nature au gré du vent ou des fortes pluies. Autant enterrer directement des déchets plastiques ! Planter des vivaces couvre-sol ou pailler avec un matériau organique sont de très loin les meilleures méthodes, d’autant plus qu’elles permettent de limiter le recours aux arrosages tout en structurant durablement le sol.”

Malorie Hicorne : “Pas toujours facile de convaincre que c’est une fausse bonne idée, mais ton expérience en est une preuve évidente.”

Frédéric Stutz : “Comme disait un confrère récemment : dans quelques années on trouvera du pétrole dans les jardins avec toutes ces bâches en plastique. Cette merde devrait tout simplement être interdite.”

Evelyne H-d : “J’ai eu la même mauvaise expérience il y a une douzaine d’années : l’horreur,surtout le chiendent 🤬. Comme tu dis : on apprend de ses erreurs, mais parfois à quel prix !”
 
 
 
 

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

463 Shares 3.7K views
Share via
Copy link