Les températures, pour le moment particulièrement clémentes, nous donnent déjà à admirer perce-neiges et primevères… Pas de quoi, cependant, faire de l’ombre aux hellébores ! La plus classique, la rose de Noël  (Helleborus niger) offre de fin décembre (théoriquement…) à mars des fleurs en coupe blanche, de belles étamines jaune soufre. Ces dernières années, les obtenteurs ont créé de nombreux hybrides d’hellébores orientales (Helleborus orientalis). Les fleurs sont plus grandes et leurs couleurs varient du blanc piqueté de rose au pourpre foncé, voire presque noir (H. orientalis ‘Black’). Il en existe même une jaune (H. ‘Yellow Lady’). D’autres présentent des fleurs doubles comme H. ‘Red Spotted’. Tous ces hybrides commencent leur floraison plus tard que la rose de Noël. Elles ont en revanche deux points communs : leur bonne tenue en vase et leurs fleurs qui virent au vert en fin de floraison vers avril-mai.

Du côté des espèces type, nous vous recommandons l’hellébore de Corse (Helleborus  argutifolius) qui peut atteindre 1 mètre de haut et se resseme bien, l’hellébore fétide ou pied-de-griffon (Helleborus fœtidus) dont les feuilles dégagent une odeur peu agréable lorsqu’on les froisse ou encore l’hellébore pourpre (Helleborus purpurascens) aux feuilles teintées de bordeaux.

Côté culture, ce sont des plantes faciles et fort rustiques.  Installez-les dans un sol pas trop lourd, humifère à mi-ombre. Un peu de calcaire ne leur fait pas peur. Elles sont parfois un peu longues à s’installer, mais ce sont ensuite des plantes généreuses et fidèles !

Michel Driencourt

Remerciements photos : Xavier Tesse, Eric Lenoir, Guénolé Savina.

Où les trouver ?

Sandrine et Thierry Delabroye

Pépinière Ellebore

Jardin du Pic Vert

Hellebores .fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.