Les 4 Saisons du végétal : Marie-Laure Rauline & Marc-André Selosse

Les 4 saisons du végétal de l'été avec Mar-André Selosse et Marie-Laure Rauline

Le 20 juin dernier, Hortus Focus, dans le cadre des 4 saisons du végétal, accueillait à l’Académie du Climat à Paris, Marie-Laure Rauline pépiniériste Javoy Plantes et présidente d’Horti-Pépi, et Marc-André Selosse, microbiologiste, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle et président de BioGée.

Dialogue entre Marie-Laure Rauline et Marc-André Selosse

Notre thématique se portait sur le choix de végétaux qui prennent en compte les effets du dérèglement climatique. Mais, en y pensant, nous nous interrogions sur la pertinence de ce choix pour soutenir les cycles naturels : l’eau, l’air; la terre. Car ne risque-t-on pas d’accélérer le dérèglement et de nuire à la biodiversité des territoires, en anticipant trop sur ce qui peut arriver ?

Plus simplement, alors que les journaux, les livres, les tutos encouragent à planter des jardins secs et des plantes méditerranéennes pour anticiper le changement de climat, ne faut-il pas s’interroger sur l’opportunité de contribuer à retarder le mouvement plutôt que de l’accélérer ?
clématites - les conseils d'une pro
©Isabelle Morand
Marc-André Selosse, professeur au Muséum National d'histoire naturelle
Marc-André Selosse, professeur au Muséum National d'histoire naturelle

Regardez la vidéo !

Il est temps d’arrêter les conneries !

C’est le coup de gueule de notre chercheur. Car oui, notre sujet était un sujet d’adaptation aux situations actuelle et prévisible. Mais, comme l’écrit Jean-Philippe Pailliez dans “Et si la terre était ronde” “[…] la déflagration actuelle se distingue des précédentes par trois facteurs cruciaux : sa source, sa fulgurance, et enfin son ampleur.” C’est également ce sur quoi Marc-André Selosse, infatigable, essaie de nous alerter.

Nous n’avons plus vraiment de temps devant nous. Et Marie-Laure Rauline de mettre en évidence les difficultés concrètes pour passer à l’acte. En effet, le système dans lequel nous vivons n’a pas été conçu pour respecter la nature. Il faut donc aider tous ceux dont les métiers vont être très bousculés par ce besoin d’envisager le monde autrement. Les systèmes de solidarité vont devoir être renforcés pour que l’action puisse s’organiser.

BIOGÉE

La fédération d’associations, appelée BioGée en hommage à Michel Serres qui a créé ce mot, est née du recul des disciplines scientifiques dans la réforme du Lycée et des universités. La mission que s’est donnée BioGée est de défendre les apports des Sciences du vivant, de la santé, de la Terre et de l’environnement dans la formation des plus jeunes, la vie des citoyens, les prises de décision et la gestion des crises auxquelles se trouve confrontée la société française.

CAP FILIÈRE HORTI-PEPI

Cette organisation s’est bâtie autour de 4 axes stratégiques :

  • Développer le potentiel de production et la compétitivité des entreprises
  • Accompagner le changement et assurer la résilience des entreprises
  • Être en phase avec les marchés et les attentes des consommateurs
  • Développer l’image et l’attractivité de la filière
Nature et préjugés - Convier l'humanité dans l'histoire naturelle
Marc-André Selosse • Éditions Actes Sud • 448 p. • 25€
Et si la terre était ronde
Et si la Terre était ronde ! • Jean-Philippe Pailliez • Éditions du Panthéon • 128 p. • 9,99€

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

48 Shares 340 views
Share via
Copy link