Vers Helloasso

Des plantes supportant la sécheresse

Pavot de Californie
Wirestock

La mission du jardinier Aurélien Davroux : trouver des espèces capables de supporter une certaine sécheresse estivale tout en étant cultivables en dehors des zones méditerranéennes. Il en a fait un livre (“Toutes les plantes supportant la sécheresse”, éditions Ulmer) pour vous aider à mieux connaître ces plantes, à cultiver même dans les Hauts-de-France, là où il cultive son jardin d’essai. 

Hortus Focus : pourquoi as-tu écrit ce livre ?

Aurélien Davroux : ces dernières années, dans le Pas-de-Calais, nous sommes nous aussi confrontés à la sécheresse. Et je me suis rendu compte que certaines plantes commençaient à faire un peu la tête. Alors, l’idée m’est venue de travailler sur le sujet. Car si de nombreux ouvrages parlent très bien des plantes méditerranéennes, d’origine ou acclimatées, il existe assez peu d’ouvrages sur les plantes supportant la sécheresse passagère, mais aussi le froid et les sols de jardin « normaux ».  Donc des plantes qui vont pouvoir être cultivées un peu partout, et surtout au nord de la Loire.

ouvrage Aurelien Davroux
©dr

Trouve t-on des végétaux résistants chez tous les types de plantes ?

Oui, ce peut-être des bulbes, des vivaces, des arbres. Ce sont des plantes qui ont développé des particularités anatomiques, physiologiques leur permettant de résister au sec.

C’est-à-dire ?

Typiquement, des plantes avec de toutes petites feuilles, des feuilles argentées ou un peu brillantes sont souvent des végétaux capables de repousser les rayons du soleil, donc de mieux résister à de fortes chaleurs. D’autres adoptent des formes de coussinets comme le gazon d’Espagne (Armeria maritima) ou des ports très compacts comme les joubarbes qui résistent plutôt très bien aux aléas climatiques, notamment en hiver.

Armeria maritima
©JPLDesigns

Les plus malins des végétaux ne sont-ils pas les bulbes ?

Oui, les plantes ont trouvé un moyen imparable pour se protéger de la chaleur et de la sécheresse. Pour la plupart, les bulbes dorment en été. Si on prend l’exemple de la jonquille… Elle profite du printemps – la lumière est intense, le soleil pas trop chaud – pour fleurir et produire son feuillage. Elles poussent souvent sous des arbres ou arbustes caducs. Quand les feuilles sur les arbres et arbustes commencent à se développer, le bulbe va s’endormir et rester en dormance jusqu’à l’année suivante.

Est-ce que d’autres plantes vivent au ralenti en été ?

Contrairement à ce que l’on peut souvent penser, c’est le cas des plantes méditerranéennes. Arbustes et aromatiques stoppent leur croissance en été. Elles la reprennent en septembre-octobre, quand les températures baissent et que les pluies reviennent. C’est pourquoi, quand on habite sous climat méditerranéen, il vaut mieux planter en automne, car les plantes seront dans des conditions favorables à leur enracinement. À l’inverse, si vous plantez des méditerranéennes en région fraîche ou froide, faites-le au printemps pour éviter des dégâts dus aux gelées la première année.

Sauge Caradonna
'Caradonna' ©Olga Ionina

Et du côté des vivaces, comment bien choisir ses plantes ?

C’est l’objet du livre : aider les jardiniers à distinguer les plantes qui sont vraiment des plantes de terrain sec comme les panicauts, les érodiums et des plantes qui vont tolérer une sécheresse et une chaleur estivales, y compris dans le nord de la France. C’est le cas par exemple de Salvia nemorosa ‘Caradonna’, cette très belle sauge d’ornement qui va pousser dans une terre de jardin normale, bien drainée.

Comment accompagner ces plantes dans notre jardin ?

Tu as raison de poser la question. Il ne suffit pas simplement de planter des espèces adaptées à la sécheresse. Il faut aussi bien gérer son jardin et, en particulier, d’éviter les zones nues. La nature a horreur du vide et les adventices viennent vite s’installer. Donc il faut couvrir le sol avec un paillage. Sur les zones humifères, utilisez des feuilles mortes ou du bois broyé. Autour des plantes de terrain sec, posez plutôt un paillis minéral (graviers, ardoises, pouzzolane). Les plantes de terrain sec n’ont pas besoin d’être nourries.

4 plantes conseillées par Aurélien Davroux

Les euphorbes

Elles sont largement diffusées maintenant, ce sont même des plantes tendance. J’aime bien l’Euphorbia characias, une très belle vivace, opulente, rustique qui vit vraiment très bien en terrain drainé. Cependant, elle se ressème abondamment… ce qui ne plaît pas à tout le monde.

Euphorbia characias
Euphorbia characias ©Isabelle Morand
pavot de californie
©frank-cornelissen

Le pavot de Californie

Eschscholzia californica se ressème aussi abondamment. J’aime sa floraison orange pétard. C’est une excellente plante pour les terrains drainés. Le feuillage est joli, vert-bleu, assez découpé.

Hesperaloe

C’est pour moi une plante d’avenir, une des excellentes plantes résistant à la sécheresse. On pourrait la prendre pour un yucca, mais non. Son feuillage est effilé, vert bouteille et il produit de magnifiques inflorescences rouge corail. C’est globalement l’aspect d’un aloé, mais l’hesperaloé est beaucoup, beaucoup plus rustique. Il peut supporter – 12°C, dans un sol extrêmement bien drainé. C’est une plante qui peut trouver sa place dans les jardins de toutes les régions.

hesperaloe
©Samuel Howell
sedum et joubarbe
©Isabelle Morand (Le petit jardin de Saint-Fiacre)

Les sédums et les joubarbes

On peut en user et en abuser, ce sont de très bonnes plantes en pleine terre, pot ou jardinière. Elles sont faciles à regrouper dans des compositions. On peut aussi les marier à des agaves. Ce sont des plantes frugales, mais, de temps à autre, un peu d’eau ne peut pas leur faire de mal.

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Pavot de Californie
Share via
Copy link
Powered by Social Snap