Vers la boutique d’Hortus Focus

Tout sur… les agaves rustiques

agaves rustiques
Christina_Morgan

Ces plantes qui aiment la chaleur et les terrains secs ne sont pas réservées au Sud. Nombre d’entre eux sont rustiques à partir du moment où ils ont été bien plantés. Il est également très facile de les cultiver en pot. Jordi Tura, de la pépinière Atelier du Végétal, en Dordogne, développe toute une gamme d’agaves rustiques. 

Des plantes adaptées aux nouveaux besoins des jardins

Il faut avant tout faire la différence entre les agaves rustiques et ceux qui ne le sont pas. Il existe plusieurs centaines d’espèces qui poussent naturellement sur les deux continents américains. Une partie nous vient des milieux plutôt subtropicaux et ne résiste pas au froid et à l’humidité. « Dans notre pépinière, nous avons fait le choix de ne produire que des espèces botaniques avec une rusticité minimum de – 6°C / – 8°C en sol sec. »

« Les agaves correspondent parfaitement à la demande des jardiniers d’aujourd’hui qui recherchent des plantes résistantes au sec et au froid. »

Pour tous les styles de jardins

Pas besoin d’avoir un jardin méditerranéen pour avoir des agaves chez soi. « Pas la peine d’avoir 4 yuccas et 12 cyprès autour ! ». Les rustiques aiment la pleine terre et on peut aussi les cultiver en pot, en toutes régions. Il est tout à fait possible d’en cultiver dans une rocaille même « champêtre ». 

L’impératif pour les agaves : les pieds au sec et du soleil !

Le sol doit être parfaitement drainé pour permettre à l’agave d’être heureuse en été, et surtout en hiver. « Si le sol n’est pas drainé, un bon coup de gelée, même à – 3°C dans un sol humide, peut-être fatal à la plante. » Et même si elle ne disparaît pas, elle risque de vous faire la tête…

Si vous jardinez en terre lourde, installez ces agaves rustiques sur une petite pente. Le drainage sera alors naturel. « Je ne suis pas très favorable aux grosses fosses de plantation qu’on va remplir de cailloux. Ce genre de geste crée une sorte de puisard qui va remplir d’eau en hiver et donc menacer la plante. » Mieux vaut alors planter sur un talus ou former une petite butte pour assurer un bon drainage. 

agave rustique
©Isabelle Morand

Agaves rustiques – Fiche de culture express

  • Exposition : au soleil toute !
  • Sol : très drainé, sec.
  • Arrosage : parcimonieux.
  • Engrais ? Non pas besoin.
  • Culture en pot ? Oui, sans aucun souci. Et partez en vacances tranquilles : elle supporte très bien zéro arrosage pendant au moins 15 jours.

À installer loin des passages

Dans leur très grande majorité, les agaves rustiques ou non, ça pique ! Certains ont une épine terminale dont il faut évidemment se méfier. D’autres ont des épines sur le bord des feuilles, c’est un petit peu moins dangereux. Dans tous les cas, évitez de les installer le long de passages, surtout si vous avez des enfants ou petits-enfants (les aiguilles peuvent être à hauteur d’yeux).

Petites ou grandes plantes ? 

Tout dépend des espèces ! « Certains poussent vite, d’autres non et leur rapidité ou lenteur de croissance sont souvent liées à la taille qu’ils auront adulte. Un agave qui va faire 1,5 m de hauteur pousse plus vite qu’un petit modèle qui, lui, ne dépasse pas au final 30 cm en tout sens. L’avantage, c’est qu’on peut donc en avoir dans un grand jardin et des plus petites, en pot sur une terrasse ou un balcon.”

agave en fleurs
©Chrisdanslanature

Quand l’agave fleurit…

La fleur ressemble un peu à une fleur de yucca : une grande tige florale part du centre de la rosette de la plante. Mais l’inflorescence de l’agave est beaucoup plus impressionnante que celle du yucca puisqu’elle peut monter à plusieurs mètres de hauteur ! Remarquable par sa taille, le fleuron en lui-même n’a rien d’extraordinaire : pas très gros et verdâtre. On ne peut pas tout avoir non plus ! 

Les agaves assurent leur descendance

Ce sont des plantes monocarpiques. La plante fleurit puis meurt. Mais, prévoyante, elle assure sa descendance. 

Graines : l’agave peut produire des graines, mais il faut être très, très patient, car certaines espèces mettent 10, 15 voire 25 ans à fleurir…

Rejets : un morceau de racine part en goguette dans le sol et produit une nouvelle plante.

Œilletons : au pied d’un agave, vous pouvez récupérer des petits bébés. Il s’agit d’une ramification de la souche. Les œilletons sont collés à la plante mère. Il suffit de les séparer et de les replanter. 

Une belle diversité de feuillages

Les espèces botaniques développent pour la plupart un feuillage unicolore, gris, gris bleuté, gris argenté, vert tendre ou foncé. On peut toutefois trouver quelques nuances de pourpre chez les botaniques. Les cultivars, eux, présentent divers types de panachures, du blanc au rouge en passant par le jaune. 

Protéger le collet de la plante

Le collet est sensible à l’humidité et donc à la pourriture. Pour le protéger, disposez tout autour du paillis minéral (petits graviers). Un conseil valable pour la culture en pleine terre comme pour la culture en pot. 

Faut-il protéger les agaves en hiver ?

Pour Jordi, ce n’est pas la peine de les emmitoufler. « Je pars du principe qu’il faut adapter les plantes à son terroir et pas l’inverse. Donc, s’il doit geler fort, je laisse les agaves sans protection, en espérant qu’ils repartiront de la souche en cas de gros dégâts. Elles en sont capables à condition que le gel ne soit pas trop long et les racines trop endommagées. »

Si vous cultivez l’agave en pot, rapprochez-le d’un mur en hiver pour éviter qu’il reçoive trop d’eau. Surtout ne le rentrez pas dans un garage, il y manquera de lumière. 

Spectaculaire (A. americana var. franzosinii)

Ce n’est pas l’agave le plus rustique de cette sélection. « Dans la littérature, elle est donnée comme rustique aux alentours de -5°/ -6°C. Moi, je l’ai depuis 3 ans dans un massif, plantée bien au sec, et elle a supporté – 8°C. ». Cet agave au feuillage gris clair, presque argenté, prend de belles proportions. J’aime beaucoup son côté architectural. »

Jardin du Pellinec
©Didier Hirsch (Jardin du Pellinec)

L’agave pieuvre (A. bracteosa)

Il pousse sur les falaises calcaires du Mexique. Cet agave de petit développement est précieux pour la luminosité de son feuillage. Autre intérêt : il est dépourvu d’épines ! Celui-là, vous pouvez l’installer dans tous les jardins, y compris ceux où naviguent des enfants. 

agaves rustiques
©Stan Shebs - cc by sa

Une plante trapue (A. montana)

C’est un agave assez classique, au feuillage dense et pas très long, et très rustique puisqu’il résiste sans souci jusqu’à – 20°C. Comme son nom latin l’indique, il est originaire des zones montagneuses (mexicaines) et est un habitué du froid. À maturité, il mesure 80 cm en tout sens. 

agave rustique
©Richtr Jan / cc by sa

Façon boule (A. stricta)

Les tiges sont courtes (30 cm de long environ), acérées et d’un beau vert, bien mises en valeur par le soleil. Côté fleurs, c’est du rouge (mais souvent au bout de minimum 10 ans dans le jardin, hélas…)

agaves rustiques
©Kenpei

L’agave chou (Agave parrasana)

On adore ses feuilles d’un joli bleu. Une épine terminale et des piquants tout autour des feuilles. Il mérite son surnom, car on dirait vraiment un chou pommé au bout de quelques années. Dans une terre bien drainée, il résiste à – 14°C. 

agaves rustiques
©Craig Franklin

Du semis à la vente

Jordi Tura propose dans sa pépinière une douzaine d’espèces d’agaves rustiques. À terme, plus d’une vingtaine seront proposés. Les graines sont semées dans un terreau un peu allégé, enrichi en minéraux, avec du sable fin pour assurer un bon drainage. Le semis est repiqué en godet de 8 cm puis dans un pot antichignons qui va permettre aux racines de bien se développer et donc d’installer la plante plus facilement dans le jardin. Il faut compter environ 2 ans entre le semis et la vente.

Amélie et Jordi Tura
Amélie et Jordi Tura ©Dimitri Kalioris
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share