Arbre où arbuste, caduc ou persistant, le magnolia se couvre d’une superbe et généreuse floraison, au sortir de l’hiver où durant l’été, variant du blanc pur au blanc rosé et du rose pale au rose fuchsia.

Lorsqu’en 1711, un « Laurier tulipe » cadeau du gouverneur de Louisiane est débarqué au port de Nantes, son feuillage persistant et luisant ne laisse personne indifférent…

Au nom d’un grand botaniste

L’abbé Charles Plumier, botaniste du XVI ème siècle, donne aux plantes le nom de personnalités diverses : le bégonia pour Michel Bégon, le fuchsia pour l’Allemand Leonhart Fuchs, le lobélia pour le flamand Mathias de l’Obel et, enfin, en 1703  le magnolia pour un autre grand botaniste, le français Pierre Magnol. C’est à ce dernier que l’on doit la notion de « famille botanique », au-dessus du groupe « genre ».

D’autres variétés de Magnolia, de dimensions plus modestes, viendront plus tard de Chine, du Népal ou du Japon.    

Ils ne sont pas tous géants

Magnolia 'Black Tulip'

Magnolia ‘Black Tulip’

Tandis que les espèces à floraison printanière se ramifient à la base, le magnolia d’été développe rapidement un tronc, d’où se dressent les branches pour former un arbre à port conique. Sa hauteur est comprise, entre quinze et dix huit mètres. Des sélections horticoles ont cependant permis d’obtenir des sujets de taille plus modeste…   

Il est généralement recommandé d’installer le magnolia au début de l’automne, pour favoriser son enracinement avant l’hiver, et par conséquent, sa reprise au printemps. Pour ma part, je considère les variétés à feuillage caduc comme très résistantes ; sauf à éviter les périodes de gel, elles peuvent être plantées durant toute la saison hivernale. En revanche, préférez mars où septembre pour les espèces persistantes.  

Mes conseils d’entretien

Plantation et entretien sont autant de petits gestes qui amélioreront la floraison. Choisissez une partie abritée du jardin, pas trop chaude l’été ni trop humide l’hiver. Installez votre plante dans un mélange, un tiers de terre d’origine, un tiers de terre de bruyère et un tiers de fumure. Paillez le pied de l’arbre à l’aide d’écorces de pin.  

magnolia

 

Un parfum de citron                                        

Planté en isolé, dans sa forme naturelle, le Magnolia grandiflora à feuillage persistant devient un arbre majestueux. De juin à septembre, il produit d’énormes bourgeons qui, par la suite, donnent naissance à des fleurs semblables à de grosses tulipes parfumées. Ce fort parfum de citron contribue allègrement au succès de l’arbre. La taille en pyramide n’est à réaliser que sur les sujets encombrants car elle réduit fortement la floraison. Si, malgré tout, une taille doit être faite parce que vous souhaitez faire une haie ou une palissade, mieux vaut la pratiquer après la floraison, en automne par exemple. Le seul vrai ennemi de ce bel arbre est le gel tardif, surtout durant son jeune âge. Attention, dans certaines régions cette variété est davantage adaptée aux jardins abrités, clos de murs par exemple.

Des fleurs en étoiles

Les magnolias à feuillage caduc nous offrent, dès les premiers jours de printemps, de gros boutons colorés riches de promesses. Vient ensuite un jeu subtil et irrésistible entre les rameaux dénudés les feuillages naissants et les myriades de fleurs.                                                                      

Le plus précoce et le plus florifère est le Magnolia stellata (magnolia étoilé). Très élégant, il surprend par sa floraison différente. Ses fleurs en étoiles, très blanches et légèrement parfumées s’épanouissent en profusion et offrent un véritable spectacle immaculé dès le mois de mars. Bien qu’il soit très rustique, je vous conseille de l’installer en situation abritée, les gels tardifs pouvant endommager les boutons floraux. Sa coloration dorée en automne participe de son grand succès.   

©Kroton/commons.wikimedia.org

©Kroton/commons.wikimedia.org

Une floraison remontante                                    

Le Magnolia soulangeana, a croissance lente et à feuillage caduc, fait parti des plus rustiques et des plus romantiques. La majorité de ses cultivars se ramifie dès la base.  Ils apprécient les sols frais, paillés, consistants, voire lourds. Une exposition à mi-ombre et une bonne irrigation, notamment la première année, contribueront efficacement à une bonne croissance. Leur floraison abondante dès leur plus jeune âge est souvent remontante. Les coloris des fleurs vont du rose tendre au pourpre foncé. Les variétés jaunes restent peu connues, en dépit de leur originalité.

 

©gilblog.fr

©gilblog.fr

Pour trouver Marie et son merveilleux jardin, direction le Berry et Neuilly-en-Sancerre. Promenade dans la roseraie (500 variétés ! ), parmi les nombreux massifs de vivaces et, plus tard en saison, balade au royaume des dahlias puis des asters !

Infos sur Le jardin de Marie, les stages et les chambres d’hôtes, c’est par ICI !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.