Vers le site Giverny-Fondation Claude Monet

Vers la boutique d’Hortus Focus

Vers le site Vilmorin

Tout sur l’acanthe

Acanthe
©Isabelle Morand

Cette plante vivace est très commune dans nos jardins ou dans les parcs. Rustiques, costaudes, les acanthes, si elles se plaisent, peuvent même devenir envahissantes. Voici comment choisir la ou les acanthes à planter chez vous.

Encore un coup d’Apollon…

Selon la mythologie grecque, Apollon tomba pâle d’amour d’une nymphe nommée Akantha, mais celle-ci n’avait que faire de ses ardeurs. Mal lui en prit… Apollon tenta de l’enlever, Akantha se débattit et le griffa au visage. Super vexé et fort rancunier, le dieu la transforma derechef en plante piquante. 

Apollon, bas relief, Temple de Didyma en Turquie ©Cavan Images
Apollon, bas relief, Temple de Didyma en Turquie ©Cavan Images

De la Méditerranée à l’Asie

Le genre comprend une trentaine d’espèces. On trouve ces plantes vivaces dans le sud de l’Europe (pourtour méditerranéen), en Afrique tropicale et jusqu’en Asie. Mais seules quelques-unes d’entre elles sont disponibles sous nos latitudes.

Des caractéristiques communes

  • Feuillage caduc à semi-persistant.
  • Aiment le soleil ou la mi-ombre, et les sols secs. Plus le feuillage est gros et large, mieux elles pourront s’adapter à l’ombre
  • Excellente rusticité si protégées de l’humidité hivernale.
  • Elles peuvent toutes être un peu longues à bien s’installer (deux ou trois ans si on plante un petit godet) mais une fois bien implantées, on peut parler de plantes increvables. 
acanthe
©Isabelle Morand

Les principales espèces d’acanthe

Acanthus mollis - acanthe à feuille molle
©Goldfinch 4 Ever

Acanthe à feuilles molles, ou branche-ursine (Acanthus mollis) et sous espèces du groupe latifolius : feuillage caduc, très découpé non épineux, tiges charnues, floraison blanche et pourpre entre juin et août suivant les régions. Soleil (du matin), mi-ombre, ombre. Croissance rapide. Hauteur : entre 1 m et 1,50 m. Attention, elle se ressème abondamment. Pour lui éviter de tout envahir, supprimer les hampes défleuries avant la formation des graines.

Acanthe épineuse
©macplants

Acanthe épineuse (A. spinosus) : elle n’est pas si redoutable malgré son nom. Son feuillage est épineux sans être féroce. Mais plus elle sera au soleil, plus elle sera épineuse. Feuillage caduc à semi-persistant. Hampes florales majestueuses, fleurs blanches, sépales pourpres. Croissance rapide. Hauteur : jusqu’à 1 m environ. Attention, cette espèce est sensible à l’oïdium. Pour limiter les risques de maladies, installez-la en situation ensoleillée.

Acanthe : Acanthus hungaricus
©YassminKa

Acanthe de Hongrie ou acanthe des Balkans (A. hungaricus ou balcanicus) : la touffe est plus évasée que chez l’acanthe à feuilles molles. La hampe florale est érigée, les fleurs sont blanc veiné de violine. Feuilles longues, très très découpées, caduques ou semi-persistantes en fonction du climat. Hauteur : 0,80 m

Acanthe, la sélection Hortus Focus

A. mollis ’Morning’s Candle’ : hybride vigoureux de A. mollis et A. spinosus. Floraison de juillet à septembre. Fleurs blanches et violettes. Rusticité : minimum – 17°C

A. mollis ’Summer Beauty’ : très grandes hampes de fleurs blanches et violettes. Très tolérante aux chaleurs estivales. Rusticité : minimum – 12°C. Soleil ou mi-ombre. H. : 1 m 

Acanthe 'Hollard's Gold'
‘Hollard’s Gold’ ©Ranbdal Atkinson

A. mollis ’Hollard’s Gold’ : un magnifique feuillage vert doré au printemps (il repasse au vert plus tard en saison). La hampe peut monter jusqu’à 2 m ! Rusticité : minimum : – 7°C. Se ressème bien. Vieille variété qui a fait toutes ses preuves;

A. spinosus ‘Royal Haughty’ : feuillage épineux marqué de nervures blanches. Inflorescence plus importante que l’espèce type. A priori, peu sensible à l’oïdium. Floraison juillet-septembre. Rusticité : minimum – 12°C. Atout supplémentaire : fleurs parfumées. 

Acanthus spinosus spinosissimus
A. spinosus spinosissmus ©Peganum

A. spinosus spinosissimus : feuillage très découpé, à nervures blanches. Très, très épineuse. Nécessite une implantation très ensoleillée. Elle supporte même le plein soleil, et se plaît donc en rocaille. Hauteur : 60 cm.

A. hungaricus ‘White Lips’ : port compact, fleurs blanc pur et bractées violettes. Floraison juin-juillet. Rusticité : minimum – 12°C. Hauteur : 80 cm. 

Acanthus sennii : acanthe arbustive originaire d’Éthiopie, feuillage découpé et épineux. Expo : au soleil toute. La plante se lignifie. Fleurs rouge orangé très originales. Hauteur : 1,20 m. Rusticité : minimum – 7°C

Une grosse capacité régénérative

Amélie et Jordi Tura cultivent une petite collection d’acanthes dans leur pépinière Atelier du végétal en Dordogne. Pour Jordi, l’un des atouts de cette plante vivace réside dans sa capacité régénératrice : « En été, surtout chaud et sec, une acanthe bien installée se met au repos. Elle jaunit, elle attend tranquillement le retour de la fraîcheur à l’automne pour produire de nouvelles feuilles et se refaire une beauté sur l’arrière-saison. Chez nous, en Dordogne, elle commence sa floraison au milieu du printemps et a fini de produire ses fleurs dès le début de l’été. Elle devient alors très moche. À ce moment-là, je rase tout et la laisse refaire des feuilles en automne. »

Amélie et Jordi Tura
Amélie et Jordi Tura ©Dimitri Kalioris

Les conseils de Jordi Tura

  • Ces plantes ne sont pas pas exigeantes quant à la nature du sol. Elles poussent même en sols un peu calcaires.
  • Le sol doit être drainé, l’acanthe craint essentiellement les excès d’eau hivernaux.
  • À la plantation, ameublissez bien le sol. Apportez un peu de matière organique, ça ne peut leur faire que du bien. Plantez en bonne terre de jardin.
  • Le déplacement d’une acanthe bien installée n’est pas conseillé. Il restera forcément des morceaux de racines à l’endroit du prélèvement… et vous aurez de nouvelles acanthes là où vous n’en voulez pas ou plus.
  • Attention, de nombreuses acanthes adorent se ressemer. Les graines se propagent par explosion de la capsule du fruit. Si vous voulez éviter d’avoir des bébés acanthes partout, il faut couper les hampes florales juste après la floraison ou pendant qu’elles sont en train de faner. C’est le seul moyen d’être tranquille. Car si elle se plaît, l’acanthe peut se mettre à proliférer.
  • Méfiez-vous des nouvelles variétés séduisantes, mais qui n’ont pas encore fait leurs preuves. C’est très beau, ça fait envie, mais souvent, elles ne tiennent pas leurs promesses. J’ai testé une acanthe à feuillage presque blanc, elle était très belle à l’achat, mais depuis, elle ne donne rien du tout, ne se développe pas. C’est très décevant.
  • Les acanthes conviennent dans tous les styles de jardins, des plus classiques aux plus contemporains. Elles donnent du volume à un massif, de la structure aussi.
  • La culture en pot n’est pas conseillée.
  • À surveiller : les limaces et les escargots qui adorent littéralement les jeunes feuilles. À vous de choisir votre stratégie de protection : cendres, granulés ou des pulvérisations de purin (ortie ou prêle).

Comment multiplier l’acanthe

  • Vous pouvez la laisser se ressemer, mais gare à l’envahissement !
  • graines d'acanthe
    graine d’acanthe ©Alison Taylor Photograpy

    Semis : en pleine terre (pensez à éclaircir les semis). Semis en serre : étalez une petite couche de compost, installez les graines dessus, recouvrez légèrement de terreau. Maintenez l’humidité. La levée prend environ un mois. Quand les plants vous semblent assez costauds, prélevez-les et repiquez directement dans le jardin

  • Bouturage : prélevez des morceaux de racines à l’automne, en fin d’hiver ou tout début de printemps. Découpez proprement des tronçons (8 cm maximum) et enfoncez-les complètement dans des godets. Température nécessaire : 15 – 20°C. Les racines sont formés au bout d’environ 1 mois. Repiquez dans des pots plus grands ou directement au jardin.

La boisson des guerriers

Dans l’Antiquité, elle était utilisée en boisson pour ses vertus toniques et stimulantes. On en donnait à boire aux guerriers qui partaient combattre.

L’acanthe dans l’architecture et l’histoire

Dans la Grèce antique. La feuille de l’acanthe à feuilles molles (Acanthus mollis) est l’un des motifs ornementaux les plus utilisés depuis la Grèce antique. Elle orne les chapiteaux des bâtiments et temples de l’époque corinthienne. Un ornement sophistiqué qui prend la suite des volutes des chapiteaux de la période ionique. Elles-mêmes ont  succédé au style dépouillé de la période dorique. 

chapiteaux grèce antique
©3dbobber

À observer sur de très nombreux vestiges parmi lesquels :

  • Temple de Zeus, à Athènes.
  • Acropole, à Athènes.
  • Temple d’Apollon à Bassae, dans le Péloponnèse

 

 

Époque romaine. Les feuilles d’acanthe ont perduré en architecture. Les Romains les ont mariées aux volutes ioniques donnant naissance au style composite. 

Maison Carrée, Nimes
Maison Carrée, Nîmes ©sigurcamp

À voir sur :

  • La Maison carrée à Nîmes
  • Temple romain d’Evora, au Portugal
  • Panthéon à Rome
  • Temple de Minerve, à Assise
  • Temple d’Antonin à Rome
  • Les temples géants de Baalbeck, au Liban

 

 

 

Au fil des siècles. On les retrouve aussi beaucoup plus tard dans l’art roman puis baroque. Même le XIXe siècle et le style néoclassique ou éclectique les introduisent dans l’ornement de divers grands bâtiments.

Pantheon, Paris
Panthéon, à Paris ©kb79

À voir sur :

  • Église de la Madeleine à Paris
  • Panthéon à Paris
  • Palais de la Bourse, à Bruxelles

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial