Je la contemplais sur les coteaux du bois, offrant ses fleurs couleur chartreuse à l’hiver déclinant. Elle me réjouissait, signant le retour d’un printemps tant attendu. J’ignorais tout d’elle mais je l’aimais déjà.
 
Un jour d’audace, l’ignorante jardinière que j’étais s’est risquée, petite pelle en main, à arracher la belle à sa terre d’élection. J’en ai ramené un plant dans mon jardin que j’ai délicatement disposé avec amour. Las. La belle n’a pas daigné survivre et c’est avec tristesse que je l’ai vu dépérir.
 
Et puis, les années passant et tant d’autres choses à faire dans mon jardin, je me suis contentée de la regarder lors de mes ballades, presque inaccessible sur la pente du sous-bois.
 
Helleborus foetidus
 
JE SUIS VENUE TE DIRE QUE TOUT VA BIEN…
 
Et voilà que presque trente ans plus tard, alors que je désherbais rageusement entre les invasives pousses de cornouillers, que vois-je ? Un bouquet de feuilles vert foncé qui semblait vouloir s’étendre rageusement entre les fines branches orange. Elle était là, la précieuse. Quelle magie l’avait introduite dans mon jardin ? Le vent, un oiseau ? Les jardiniers le savent, nous bénéficions de multiples baguettes magiques dans l’exercice de notre art…
 
Mais peu importe laquelle avait agi, je regardais mon Helleborus foetidus avec le même éclat dans les yeux que certaines devant la devanture d’un grand joaillier. Je lui ai fait de la place, lui ai souhaité la bienvenue dans mon jardin, lui ai fait des révérences. Vous pensez bien, un tel honneur se devait d’être dignement fêté !
 
 
Depuis, elle se ressème où bon lui semble et je l’aime toujours autant. De part et d’autre de la petite barrière, contre le talus de la route, elle offre aux passants sa floraison généreuse quand la nature dort encore. Elle est porteuse d’un message subtil: “Je suis venue te dire que tout va bien, sous la terre dort la promesse du renouveau. Patiente encore quelques semaines. En attendant, je veille et t’émerveille.”
 
Béatrice TouitouBéatrice Touitou jardine dans le nord de l’Isère. Elle est l’auteur d’un ouvrage préface par le regretté Jean-Marie Pelt “Quand le jardin se fait guérisseur” et anime également un site consacré aux liens entre thérapie et jardin

 

 

 

Autres articles à consulter

 

Lien vers l'Hortus Shop

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

7 Réponses

  1. Béatrice

    Je ne suis pas fan des hellébores mais c’est une jolie histoire, tellement bien racontée!

    Répondre
  2. lena sous le figuier

    Une bien jolie déclaration d’amour! Merci Béatrice ! Une plante qui m’a été offerte par une amie, il y a plusieurs décennies et qui m’accompagne dans mes jardins, cohabitant délicieusement avec sa cousine corse….

    Répondre
  3. armelle

    Une belle hellébore que j’ai redécouvert devant la cabane mythique d’André Eve.
    Ton récit Béatrice était très agréable à lire. Merci.

    Répondre
  4. Sylvaine

    Un magnifique texte:)
    C’est vrai qu’elle est belle cette hellébore, dommage qu’elle ne vive pas longtemps.
    Bonne soirée

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.