Essentiellement cultivées pour les salades ou pour agrémenter les apéritifs, les tomates dites «cerises» possèdent bien des atouts. Je les plante chaque année en mai dans des carrés potagers à proximité de la terrasse. Ainsi, mes tomates cocktails paraissent aussi décoratives que les plus belles fleurs du jardin et mes invités peuvent grapiller à leur gré !

Les carrés présentent beaucoup d’avantages : ils se réchauffent tôt au printemps, ils sont drainants et ils demandent moins d’efforts pour l’entretien et les récoltes. 

Tomates cerises. ©Jacques Moreau Pictures.

Tomates cerises. ©Jacques Moreau Pictures.

 

Je vous les recommande !

  • ‘Black Cherry’ : le fruit est bien rond et gros comme une mirabelle, avec un bon goût de tomate légèrement sucré.
  • ‘Indigo Rose’ : la première à se former dès fin juin mais la dernière à maturité. Le fruit est très attractif, brillant et réellement noir ! Il prend ensuite des couleurs rosées, sa chair est rose foncé et parfumée.
  • ‘Orange Fizz’ : très belle grappe, longue et bien garnie de fruits allongés de couleur orange à maturité. J’aime beaucoup cette variété pour son côté graphique. Il y a, en même temps et sur la même grappe, des fruits verts, jaunes et orange. Excellente qualité gustative !
  • ‘Mirabelle Blanche’ : nombreux fruits en grappes de la grosseur d’une petite mirabelle qu’il faut cueillir avant éclatement.
  • ‘Brin de muguet’ : fruit bien brillant, rouge vif, en forme de «téton», très bon goût.
  • ‘Prune noire’ : fruit assez gros de forme allongée, de bonne qualité.
  • ‘Trilly’ : la référence en matière de goût. Fruit rouge brillant allongé.
  • ‘Gold Nugget’ : fruit de la taille d’une cerise, bien rond, jaune vif, très brillant.
  • ‘Yellow Pear’ : variété très classique, en forme de poire, bien jaune, fruit peu juteux. Des fruits à volonté ! Chaque variété est soutenue par un tuteur à tomate qui est rapidement dissimulé par la végétation.     

Mes conseils pour les réussir

Les tomates cocktails peuvent être conduites sur 2 tiges. De forte végétation, elles produisent beaucoup de feuillage. Je supprime régulièrement les gourmands et aussi des feuilles pour laisser passer la lumière et favoriser la coloration des fruits. Ce geste est important si on veut une bonne production précoce.

J’ai pulvérisé préventivement de la bouillie bordelaise fin juin, c’est le seul traitement appliqué !

Jacques Moreau, photographe et vidéaste, Jacques Moreau. Potagercultive avec son épouse un grand potager dans la région d’Angers. Passionné de jardin, de nature, c’est également un amoureux de la Loire qu’il photographie et filme avec talent, sa chienne, Bulle, sur les talons. Rendez-vous sur sa page Facebook !

 

 

 

 

Autres articles à consulter

 

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.