Quand on le voit pour la première fois, on se dit que ce trillium-là n’entrera pas au jardin. Trop fragile, sans doute ! Renseignements pris : comme ses frères et cousins, il s’épanouit dans l’ouest des États-Unis et même au Canada, c’est donc peu de dire qu’il se fiche du froid.
cliquez sur la flèche dans l’image au-dessus et suivez le conseil vidéo de Thierry Delabroye

Dans la nature, il est souvent blanc, parfois rouge. Le Trillium chloropetalum giganteum offre, lui, de grosses et belles fleurs rouge sombre. On ne le trouve pas souvent en vente et pourtant c’est un rhizome pas si compliqué que cela à faire pousser en pleine terre ou en pot. À condition de cultiver ce trillium géant, dans les conditions qu’il aime : à l’ombre ou mi-ombre dans un sol riche, frais, drainé. À condition d’être patient aussi : pour obtenir une belle touffe, il faut compter plusieurs années puisque cette vivace ne produit qu’une seule tige par an. 

 

Feuillage moucheté

Il apporte dans les scènes de sous-bois une touche d’originalité. Les fleurs s’épanouissent sur un joli feuillage moucheté. Il prend la poudre d’escampette vers le milieu de l’été. Pensez donc à planter à côté de lui d’autres plantes d’ombre (fougère, hosta…) qui feront oublier sa disparition. Si son feuillage moucheté vous manque, plantez un Podophyllum ‘Spotty Dotty’ qui vous le rappellera !

Plantation à l’automne pour une floraison en avril-mai !

D’autres conseils, en vidéo, avec Thierry Delabroye qui cultive ce trillium dans sa pépinière.

 

Retrouvez des accessoires et des outils sur l’Hortus shop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.