Bon nombre de plantes se bouturent en été. C’est un moyen facile et hyper économique de (re)peupler son jardin… et celui des copains. Démonstration en vidéo avec Olivier Galéa en pleine session bouturage d’une Boehmaeria sieboldiana, bref d’une espèce d’ortie (mais qui ne pique pas !)

 

On récupère ou on prélève !

Quand vous désherbez, nettoyez vos massifs, conservez des tiges, des rameaux pour faire des boutures. 

On prépare la bouture

Utilisez les extrémités de tiges qui concentrent le plus d’hormones de croissance naturelles. Le but c’est de garder deux nœuds. Le plus bas sera fiché dans le godet à boutures et produira des racines. Réduisez le feuillage au sécateur pour éviter l’évapotranspiration.

Un peu d’hormone ?

Ce n’est pas obligatoire, mais vous pouvez donner à vos boutures un peu d’hormone de bouturage pour les aider à démarrer. Vous pouvez installer vos bébés à plusieurs dans un pot contenant du terreau ou de la perlite ou de la vermiculite (ou un mélange de ces deux dernières). 

Et zou, à l’étouffée !

Les boutures ont besoin d’une atmosphère chaude et humide pour se développer. Faites simple : installez 3 ou 4 baguettes chinoises (ou bâtonnets de la même grandeur) sur le pourtour du pot, posez un sac plastique que vous ferez tenir avec un élastique sur le pot ; posez le pot dans une soucoupe remplie d’eau et installez le tout à l’ombre dans le jardin ou sur le balcon. 

Et après ?

Au bout de 2 à 3 semaines, vos boutures auront pour la plupart produit des racines et vous pourrez les rempoter dans des godets individuels.

Tous les détails dans la vidéo de cet article.

Merci à Olivier Galéa, pépinière Sous un arbre perché

 

 

Retrouvez des accessoires et des outils sur l’Hortus shop.

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.