Ses feuilles ressemblent à celles d’un avocatier et son fruit à une mangue. Un look et un goût exotiques pour un arbre fruitier super rustique : l’asiminier qu’on appelle aussi la banane des Indiens, le paw paw ou la mangue du nord ! Un arbre fruitier à cultiver en toutes régions.

©Dimitri Kalioris

Hortus Focus. D’où vient ce fruitier ?

Marc-Henri Doyon, pépinières Végétal 85 : à l’état naturel, il pousse dans les forêts ou au bord des rivières, du nord de la Floride au sud du Canada. C’est donc une plante extrêmement résistante au froid, car elle peut croître dans des régions où le thermomètre peut flirter avec les – 25°C ! L’Asimina triloba appartient à la famille des Annonacées comme le corossol (Annona muricata), la pomme cannelle (A. squamosa), la chérimole (A. cherimola), mais c’est la seule plante de la famille qui résiste au froid. Il existe des variétés autofertiles, sinon il faut en planter deux pour avoir des fruits. Les plants donnent au bout de trois ans, soyez un peu patients. 

Quand se récoltent les fruits et quel goût ont-ils ?

On peut les déguster entre septembre et octobre. Il ne faut pas les arracher de l’arbre. Il faut attendre qu’ils viennent tout seuls dans la main… ou qu’ils tombent, tout simplement. On les ouvre comme on ouvre un avocat. Plus le fruit est mûr, plus sa chair est orangée. Le goût est particulier, on y retrouve de la mangue, de la banane, un peu de melon ou d’ananas. La texture est crémeuse. Dans le fruit, vous trouverez de grosses graines qui ne sont pas comestibles. 

Comment les consommer ?

À la petite cuillère, tout simplement. On peut également, comme aux États-Unis, en faire des glaces, des sorbets, des gâteaux et même du pain. Les Américains adorent ce fruit qui est le plus gros fruit originaire d’Amérique du Nord. 

©Dimitri Kalioris

Comment planter l’asiminier au jardin ? Peut-on le cultiver en pot ?

Je ne conseille vraiment pas la culture en pot, car l’asiminier a un système racinaire pivotant. Il sera bien souvent trop à l’étroit dans un pot. Vous pouvez le planter, au soleil, en toutes régions, au jardin, mais pas dans un sol caillouteux où il ne donnera rien du tout. À la plantation, apportez du compost dans le fond du trou. Et surtout, paillez en surface sur environ 1 m en tout sens pour préserver la fraîcheur au pied. Et laissez-le pousser. À 10 ans, il mesurera environ 2,50 m et produira entre 10 et 15 kg de fruits. Et pas la peine de l’inspecter toutes les 5 minutes… Pas de maladies, pas de ravageurs !

Peut-on le palisser ?

Oui, son port s’y prête. L’asiminier pousse dans son axe et développe des branches latérales donc il est facile à palisser. La forme la plus adaptée, c’est une palmette à la diable, pas une forme très rigide comme une palmette en double U.

©Phyzome / Wikimedia

 

 

 

Ses fleurs sont-elles intéressantes ?

Oui, c’est l’un des autres intérêts de l’asiminier. Au début du mois de mai, il épanouit des fleurs bordeaux, en cloches de 2 à 3 cm de diamètre. Une fleur donne naissance à 5 ou 6 fruits qui sont groupés comme sur des régimes de bananes. Ce qui lui a valu son surnom de banane des Indiens. 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.