Le rosier de Banks, un costaud qui fleurit tôt !

rosier de banks
Didier Hirsch

Rosier à floraison très précoce, le rosier de Banks (Rosa banksiae) n’est pas réservé au seul sud de la France. Moyennant quelques précautions, il peut prospérer jusque dans la région parisienne voire un petit peu plus haut vers le nord. Ne vous privez donc pas de l’essayer mais prévoyez de la place, il est grand et costaud ! 

Des fleurs en avalanche

C’est le premier rosier de l’année à fleurir. Très planté dans le sud de la France, les guirlandes de pompons de R. banksiae caracolent ou dégringolent là où bon leur semble. Elles peuvent habiller un muret ou, dans le cas de R. banksiae ‘Lutea’, partir à la conquête de grands, voire de très grands arbres. 

rosier de banks, un costaud qui fleurit tôt
©Petra Schneider

Ses meilleurs atouts

  • R. banksiae n’est jamais, jamais malade.
  • Cette espèce botanique est dépourvue d’épines, pas courant chez les rosiers.
  • Sa résistance à la sécheresse n’est plus à prouver.
  • Même sans épines, il peut être intégré dans une grande haie. Le fouillis des branches et leur abondance peuvent décourager les intrus.

Ses ‘moins’

  • Il ne remonte pas.
  • Généralement, il ne sent pas grand-chose.

D’où viennent le rosier de Banks ?

En 1804, William Kerr, jardinier et collecteur de plantes écossais, part pour la Chine à l’initiative de Sir Joseph Banks, le célèbre naturaliste devenu directeur des Jardins botaniques royaux de Kew. Kerr herborise, collecte pendant 8 ans. Il découvre notamment le bambou sacré (Nandina domestica), l’andromède du Japon (Pieris japonica) et la forme blanche à fleurs doubles ‘Alba Plena’ du rosier de Banks. 

Rosier de banks, un costaud qui fleurit tôt
©Isabelle Morand

La recherche de la forme jaune du rosier de Banks (et du plus de chrysanthèmes possible !) est confiée à John Damper Parks qui embarque en 1823 pour l’Asie. Deux ans plus tard, il découvre R. banksiae ‘Lutea’, une merveille avec ses innombrables pompons jaune beurre. Damper Parks rapporte que l’écorce du rosier est utilisée sur place pour teinter de brun et améliorer la durabilité des filets des pêcheurs locaux…

©Clos de Chanchore
©Clos de Chanchore

Un champion…

Un seul pied de rosier de Banks ‘Lutea’ (que les Chinois appellent « rose de mai » – mu xiang hua) peut prendre des proportions considérables. Dans son « Livre des roses » (ed. Belin), l’expert ès-roses Daniel Lemonnier écrit : « On a ainsi signalé dans le sud de la France un rosier d’une surface de plus de 100 m2 portant 50 000 fleurs. (…) En Arizona, un exemplaire planté en 1886 couvre environ 800 m2 avec certainement un nombre de fleurs en proportion.» 

Rosier de Banks – Fiche de culture

  • Famille : Rosacées.
  • Type : rosier liane.
  • Exposition : au sud toute, il a besoin de lumière et de chaleur pour bien fleurir.  Au nord de la Loire : plantez-le contre un mur au sud, et surtout à l’abri des coups de vents et des vents les plus froids.
  • Sol : tout type de sol même calcaire, pauvre, bien drainé.
  • Floraison : avril-mai en fonction de votre région.
  • Remontant ? Non.
  • Fructification : petits fruits rouges en automne.
  • Rusticité : – 12 / – 15°C.
  • Entretien : un peu de nettoyage de branches mortes ou moches après la floraison et c’est tout bon !
  • Culture en pot possible ? Non, il est beaucoup trop puissant.

Variétés disponibles

‘Alba Plena’ : pompons blancs doubles.

‘Lutea’ : des milliers de petits pompons doubles jaunes. 

‘Lutea Plena’ : fleurs doubles jaunes, non parfumées

‘Lutescens’ : fleurs simples, jaunes, parfumées

‘Rosea’ : petites fleurs doubles en bouquet, léger parfum de violette.

‘Purezza’ : fleurs blanches semi-doubles (obtention italienne)

rosier de banks, un costaud qui fleurit tôt
©Isabelle Morand
close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

rosier de banks
Share via
Copy link
Powered by Social Snap