Au premier tête-à-tête, on est tenté de se dire, “pas de ça chez moi, trop délicat”. Et puis, quand on apprend qu’il est capable de résister à des – 20°C minimum, sur deux ou trois semaines, on change d’avis. Forcément…

Et c’est ainsi que ce sabot de Vénus entre petit à petit dans nos jardins. Longtemps réservé aux collectionneurs, le cypripedium de Formose (Cypripedium formosanum) est l’une des orchidées terrestres parmi les plus faciles à cultiver ; nombre d’autres sont beaucoup trop exigeantes, demandent des sols et des conditions particulières. 

Cette belle rustique est multipliée in vitro pour, explique le pépiniériste Thierry Delabroye, “éviter le pillage dans la nature et obtenir des plantes facilement acclimatables”

Sa vie sur un an

  • Fin d’hiver – début de printemps :  apparition des premières pousses
  • Printemps : le feuillage s’épanouit. La floraison intervient aux alentours du mois de mai. La forme de la fleur est étonnante, le labelle est dodu, blanc marqué de violet.
  • Fin d’été : Attention à ne pas abimer les petits rejets qui ont pu se former.
  • Automne – hiver : gros dodo, mais pas les pieds dans l’eau !

Comment cultiver ce sabot de Vénus ?

orchidée terrestre

Cypripedium formosanum. ©Isabelle Morand

  • Expo : ombre ou mi-ombre.
  • Sol : frais, acide, humifère.
  • Arrosage : nécessaire, mais sans excès en période de sécheresse estivale. 
  • Conseils de plantation : soignez le drainage, surtout si votre sol est argileux ou compact. Mélangez de la pierre de lave et une à deux poignées d’écorce de pin (petits morceaux) à la terre de votre jardin. 
  • À surveiller : les limaces qui, au printemps, ont vite fait de boulotter les jeunes pousses. 

 

 

 

 

 

Retrouvez des accessoires et des outils sur l’Hortus shop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.