Cette herbe aromatique est une frileuse. Pas question de lui faire mettre le nez dehors avant le mois de mai. En revanche, c’est le moment de la semer, en intérieur. Voici quelques variétés moins connues, mais tout aussi délicieuses que le classique ‘Grand Vert’, ami de la tomate et de la mozzarelle ! 

 

En infusion ou dans le Mojito…

Des petites feuilles pointues et un goût prononcé de citron… d’où son nom de basilic citron (Ocimum basilicum ‘Citriodorum’).  Quelques feuilles ciselées suffisent à apporter une note acidulée à une salade, une salade de fruits, une compote. Il est également excellent utilisé en infusion et si la menthe vient à vous manquer, sachez que le Mojito au basilic est une variante franchement réussie (Ernest Hemingway ne serait sans doute d’accord, mais mon avis vaut bien le sien après tout…)

 

©Alchetron

 

©La Ferme de Sainte-Marthe

 

Le balèze de la bande !

Il n’a pas volé son nom de variété celui-ci : ‘Géant Monstrueux Mammouth’, rien que ça ! Il faut dire que chacune de ses feuilles peut avoir la taille… d’une main ! Un bouquet passé au pilon et vous aurez du pesto à revendre (ou à congeler). Le pépiniériste Laurent Bourgeois (Arom’Antique) conseille de l’utiliser “comme herbe fraiche, crue avec les salades, crudités, tomates, courgettes, ail, les poissons, coquillage, les œufs, les viandes (poulet, lapin, canard,), le riz et les pâtes.”

 

L’arme fatale anti-insectes

Au Mexique, d’où il est originaire, on l’utilise moins comme plante aromatique que comme repousse-insectes. Le basilic cannelle (Ocimum basilicum ‘Cinnamon’) met en déroute mouches et moustiques. À tester les soirs d’été quand les bzzz-bzzz passent à l’attaque. Cela ne doit pas vous empêcher de prélever ses feuilles dont la saveur de cannelle est appréciable dans une compote, une salade de fruits ou en infusion. 

 

©Pépinière de Lestrade

©Alchetron


 

Spicy

Si vous cherchez un basilic au goût beaucoup plus épicé, semez sans hésiter du basilic thaï (Ocimum basilicum var. thyrsiflora) aux notes de clou de girofle, d’anis et d’estragon (oui, tout ça !). On le reconnait à ses feuilles pointues et ses tiges pourpres. Faites comme les Thaïlandais et les Vietnamiens qui le consomment avec du poisson, du poulet ou des crudités. Pas la peine d’en ajouter beaucoup, quelques feuillent suffisent à parfumer un plat. 

 

 

Annie aime les sucettes…

… les sucettes à l’anis (désolée, rien d’autre ne m’est venu à l’esprit). Elle aurait peut-être aussi aimé des sucettes à cette variété de basilic (Ocimum basilicum ‘Anis’) à feuilles ovales. Leur léger goût anisé est parfait pour accompagner les salades et les poissons. Tentez l’infusion, très agréable également ou un duo avec des framboises.

 

©Dinkum / Wikimedia


 

©Alchetron


 

Juste pour la couleur

Son goût ne vous étonnera pas vraiment, car il ressemble à celui de ‘Grand Vert’ avec une note supplémentaire de gingembre. C’est le pourpre – violet de ses feuilles qui le rend remarquable. Consommez le basilic pourpre (Ocimum basilicum ‘Purpurascens’) avec des salades, des currys, des omelettes… Les sommités florales font de jolies décos d’assiettes et aromatisent huiles et vinaigres. 

 

Réservé aux desserts

 

Difficile d’intégrer le basilic réglisse (Ocimum basilicum ‘Glycyrrhizum’) à des plats salés. Mais usez et abusez-en pour agrémenter une salade de fruits, des confitures… On l’aime aussi pour ses fleurs violettes et son feuillage vert. Un pot de cette sur une table l’été fait toujours son petit effet. 

 

À dévorer des yeux !

 

On l’appelle le basilic africain, le basilic du Kenya ou encore le basilic perpétuel (Ocimum kilimandscharicum). Cette espèce vivace (contrairement aux basilics cités ci-dessus, cultivés en plantes annuelles) se distingue par sa hauteur (jusqu’à 2 m) et par ses qualités plus médicinales que culinaires. On l’utilise notamment pour la production d’huile essentielle. Les feuilles dégagent une odeur prononcée de camphre et les fleurs sont très mellifères. Pas facile de le cultiver en vivace, en pleine terre,  sous nos latitudes, car il a grand besoin de soleil et de chaleur. Vous pouvez tenter la culture en très grand pot à hiverner dès les premiers froids. 

©Ferme de Sainte-Marthe


 

 

Quelques conseils pour les cultiver

Basilic thaï ©Promesses de fleurs

  • Semez les graines en mars ou en avril. Le semis doit se faire au chaud : les graines ont besoin d’une température de 15°C pour germer. 
  • Repiquez au jardin ou en pot à partir du mois de mai (après les saints de Glace).
  • N’oubliez pas de l’arroser, le basilic vous montrera d’ailleurs qu’il a soif (feuilles affaissées, flétries).
  • Pour l’encourager à faire des feuilles, supprimer les fleurs dès leur apparition. 
  • Au potager, plantez-le à côté des tomates et des poivrons. Il repousse certains ravageurs. 
  • Sur une terrasse, un balcon, un rebord de fenêtre, toutes les variétés sont utiles pour tenir les moustiques au loin. 

 

 

 

 

 

DÉCOUVRIR LES BOX JARDIN HORTUS FOCUS

JARDINEZ, MÊME SANS JARDIN !
UNE BOX JARDIN CHAQUE MOIS, À LA MAISON POUR PLANTER OU SEMER, JARDINER, MÊME SANS JARDIN.
LA BOX DES P’TITS JARDINIERS POUR VOS ENFANTS, L’HORTUS BOX POUR LES PLUS GRANDS… OU COMMENT PARTAGER VOTRE PASSION AVEC D’AUTRES !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.