Dans la famille des bourdons, je voudrais…

Bourdon
YES

Afin de compléter notre article sur cet infatigable pollinisateur (À retrouver ICI), qui démarre la saison bien avant ces fainéantes d’abeilles, nous allons vous présenter les différents bourdons que vous pourriez rencontrer dès les premiers rayons du soleil !

Le bourdon est un hyménoptère, comme les guêpes et les abeilles. Son corps trapu et couvert de poils lui permet de résister à la fraîcheur du début de printemps et d’évoluer dans des zones froides ou de montagne.

Pour cela, il possède une faculté absolument unique chez les insectes : il produit sa propre chaleur ! Cette « endothermie » est normalement réservée aux animaux à sang chaud.

Le bourdon est nectarivore, c’est-à-dire qu’il se nourrit du nectar des fleurs et ses larves se nourrissent du pollen rapporté par les bourdons et transformé en une sorte de miel. Tout comme l’abeille, c’est un excellent pollinisateur.

D’ailleurs, aujourd’hui, il est élevé comme pollinisateur, notamment sous serre et pour les tomates, car il est beaucoup moins agressif que les abeilles et sa capacité à travailler très tôt et par temps froid est déterminante. Il se révèle un meilleur pollinisateur que l’abeille.

La plupart des bourdons vivent en colonies qui se reforment tous les ans après un long hivernage. Le bourdon femelle (la Reine et certaines ouvrières) possède un dard, mais ne s’en sert que rarement (sans le perdre, contrairement aux abeilles), le mâle n’en a pas, et est généralement beaucoup plus petit que la femelle.

Pour décoller et prendre son envol, le bourdon commence par battre des ailes à un rythme de 200 battements par seconde, environ. Ensuite, en vitesse de croisière, il bat des ailes une centaine de fois par seconde. Cela crée un minuscule tourbillon d’air qui le porte et dans lequel il va évoluer. Les turbulences vont le porter, un peu comme un hélicoptère, et il va économiser son énergie.

Le bourdon terrestre (Bombus terrestris)

Le bourdon terrestre vit dans des nids souterrains ou des galeries remplies de mousse. C’est le bourdon le plus commun en Europe.

bourdon terrestre

Sa tête est noire. Il possède un collier jaune à l’avant du thorax (appelée collare) et un second au niveau du deuxième article abdominal. L’extrémité de l’abdomen est blanche, légèrement grisée. Sa langue est assez courte.

Il mesure de 11 à 23 mm. L‘ouvrière de 11 à 17 mm, le mâle de 14 à 16 mm et la reine de 20 à 23 mm.

Le bourdon des prés (Bombus pratorum)

Le bourdon des prés creuse des nids sous terre, dans les terrains dégagés, les prairies, les jardins, les parcs et lisières. Certains bourdons des prés peuvent aussi s’installer dans de vieux nids d’oiseaux.

bourdon des prés

 

Il possède un collier jaune foncé, presque orangé (appelée collare) à l’avant du thorax et une bande jaune sur le corps. L’extrémité de l’abdomen est également jaune foncé, presque orangé.

Le bourdon des prés est une espèce à coloration très variable. Ces 3 bandes de couleur sont susceptibles d’être absentes, ou bien réduites à quelques poils épars. Chez le mâle, la tête et le thorax peuvent même être entièrement jaunes.

C’est un bourdon dont la langue est assez courte.

C’est un bourdon de petite taille : la reine mesure entre 15 et 17 mm, les ouvrières entre 9 et 14 mm, et les mâles entre 11 et 13 mm.

Le bourdon des jardins (Bombus hortorum)

Le bourdon des jardins fait partie des gros bourdons qui apparaissent plus tardivement que les bourdons terrestres (à partir du mois d’avril). Il construit son nid dans la terre, dans des terriers abandonnés de campagnol, mulot ou de musaraigne à une profondeur ne dépassant pas 75 cm.

bourdon des jardins

Sa tête est longue et noire. Il possède un collier jaune à l’avant du thorax et 2 bandes, jaune et orange, au niveau du deuxième article abdominal. On le distingue du bourdon terrestre grâce à elles (une seule chez le bourdon terrestre). Enfin, l’extrémité de l’abdomen est blanche, légèrement grisée.

Le bourdon des jardins a une très longue langue (18 mm) ; aucune corolle ne lui résiste (Merci de ne pas commenter. NDLR). Cela lui permet de butiner des fleurs que les abeilles ne peuvent pas atteindre.

La reine mesure de 17 à 20 mmn avec une envergure de 35 à 38 mm ; les ouvrières et les mâles sont légèrement plus petits.

Le bourdon des pierres (Bombus lapidarius)

Un petit bourdon, très commun en France qu’on peut voir dès le mois de mars. Il loge dans un tas de pierres ou dans les interstices d’un muret ou d’un mur en pierres. À défaut de murs, le bourdon des pierres s’installe sous terre, au jardin.

On le reconnaît facilement à sa couleur noire, avec une tache rousse, tirant sur le rouge, au bout de son abdomen.

Le bourdon des pierres est un formidable insecte pollinisateur. Ce bourdon possède une langue plutôt courte.

Les ouvrières mesurent entre 12 et 16 mm ; les mâles entre 14 et 15 mm ; les reines entre 20 et 22 mm.

Le bourdon des pierres (Bombus lapidarius) – Femelle

bourdon des pierres femelle

Le bourdon des pierres (Bombus lapidarius) – Mâle

Le mâle est un peu plus gros que la femelle et possède un collier jaune à l’avant du thorax.

bourdon des pierres mâle

Le bourdon des champs (Bombus pascuorum)

Encore un bourdon de petite taille (9 à 18 mm), très commun des rives de la Méditerranée jusqu’en Sibérie !

bourdon des champs

Le bourdon des champs fait son nid à la surface du sol, mais il lui arrive aussi de coloniser d’anciens nids d’oiseaux. Il n’apparaît qu’en avril dans les jardins, mais il se rencontre jusqu’au mois de novembre.

Sa langue est assez longue, et on le retrouve souvent dans des fleurs profondes.

Souvent très roux et ébouriffé, il a une très large bande orange sur la tête et plusieurs bandes jaunes sur tout le corps. Son nom vernaculaire est le bourdon roux.

bourdon des bois

Le bourdon des bois (Bombus lucorum)

Le bourdon des bois, dit aussi bourdon à queue blanche, est un bourdon de grande taille, la reine ayant une longueur allant de 18 millimètres à 22 millimètres. Les ouvrières et les mâles sont généralement très petits. L’espèce a une langue assez courte.

Le bourdon des bois ressemble terriblement au bourdon terrestre.

La couleur prédominante est le noir, avec un collier jaune pâle, une autre bande jaune sur le deuxième tergite (segment abdominal), et une queue blanche.

Ses autres noms sont bourdon des forêts, bourdon des saussaies, petit bourdon terrestre.

Le saviez-vous ?

Le bourdon bourdonne. On dit aussi qu’il zonzonne. Pour l’écouter, cliquez ci-dessous.

Nikolaï Rimski-Korsakov, célèbre compositeur russe, a composé  un interlude orchestral « Le Vol du bourdon  » écrit en 1899-1900 pour son opéra Le Conte du tsar Saltan.

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Bourdon
Share via
Copy link
Powered by Social Snap