Papillons, le vrai du faux

Citron ©Wirestock

Ils volettent dans nos jardins, malheureusement de moins en moins nombreux ! Avec le professeur de Sciences et vie de la terre, Stéphane Witzthum, révisez vos connaissances (ou apprenez) sur les papillons ! 

Papillons de jour, papillons de nuit, quels sont les plus nombreux ?

En France, comme partout dans le monde, les papillons de nuit sont beaucoup, beaucoup plus nombreux. Chez nous, on comptabilise environ 250 espèces de papillons de jour… et 5000 de nuit ! Chaque année, on découvre encore de nouvelles espèces de papillons, essentiellement nocturnes. On estime à 250 000 le nombre d’espèces de papillons dans le monde dont 7%, seulement, de papillons diurnes.

Le papillon est-il un insecte pollinisateur ?

Oui, quand il atterrit sur une fleur, il pompe du nectar avec sa trompe. Quand il quitte la fleur, il emporte sur son corps des grains de pollen et les dépose sur une autre fleur, assurant ainsi la pollinisation. Pour être précis, même s’il s’agit bien sûr d’un insecte, on parle plus souvent de Lépidoptère . Les Lépidoptères sont des insectes à métamorphose plus ou moins rapide selon les espèces (œuf, chenille, nymphe…).

©William Krumpelman
©William Krumpelman

Nos jardins sont-ils le seul refuge des papillons ?

Non, mais nos jardins sont très importants pour les populations des papillons qui sont partout très en déclin. Dans les espaces cultivés avec traitements, vous ne verrez pas l’ombre d’une aile. Dans nos jardins, en revanche, ils vont trouver le couvert et souvent le gite. Et l’interdiction de l’utilisation des produits phytosanitaires renforce l’importance de nos petits ou grands espaces jardinés. 

Qu’est-ce que le dimorphisme sexuel ?

C’est ce qui permet de reconnaître les mâles et les femelles. Chez le Citron (Gonepterix rhamni), par exemple, le mâle est de couleur citron et la femelle toute blanche. Chez l’Argus bleu (Polyommatus icarus), le mâle est bleu et la femelle plutôt dans tous les tons bruns. Mais ce dimorphisme sexuel n’est pas marqué chez toutes les espèces. À l’œil nu, il est par exemple impossible de distinguer une femme d’un mâle paon du jour (Aglais io).

©Peterschwarz
©Peterschwarz

Les papillons peuvent-il passer l’hiver ? Et comment ?

Leur truc, c’est d’hiberner, de dormir en attendant des jours meilleurs. Ils peuvent hiberner sous forme adulte (peu nombreux tout de même), au stade œuf, chenille ou chrysalide. À chaque espèce, sa stratégie. Adultes, ils trouvent des cachettes dans des trous de mur, un grenier, un abri à papillons dans le jardin. Ceux qui ne peuvent pas supporter l’hiver pondent et recouvre leurs œufs d’une doudoune (capsule). Les chenilles sortiront aux beaux jours. 

Les papillons vivent-ils longtemps ?

Leur vie est généralement courte. Selon les espèces, l’espérance de vie peut être de deux, trois ou 4 semaines. Mais tout dépend aussi des conditions météo. Si la métamorphose a lieu quelques heures avant un orage ou une grosse pluie, le papillon ne vivra pas longtemps malheureusement. 

©Lovelypeace
©Lovelypeace

Pourquoi le Citron est-il un cas particulier chez les papillons ? 

Les Citrons sont des papillons remarquables, car ils peuvent vivre une vie d’adulte pendant dix mois environ. La chenille se métamorphose en papillon au mois de juin. Puis arrivent l’été et les grosses chaleurs qu’ils n’apprécient pas. Ils trouvent alors un abri pour se mettre à l’abri et entament ce qu’on appelle l’estivation. Quand les températures descendent, entre septembre et octobre, ils quittent leur abri et reprennent leur vie. Quand survient l’hiver, ils hibernent dans une cave, dans un abri en pleine forêt, dans un tas de bois de jardin, dans un abri conçu pour eux. Et ils ressortent en mars pour se reproduire. 

Quelle est la plus belle chenille à observer chez nous ?

Je vote pour la chenille du machaon. Papilio machaon qu’on appelle aussi le Grand porte-queue est un gros papillon noir, bleu, blanc avec un point rouge sur le dessus des ailes. Il pond sur le fenouil et les carottes sauvages. La chenille est très grosse, magnifique avec ses couleurs jaune, noire, vert. Elle effectue 5 mues avant de se « tricoter » un cocon, une chrysalide où elle va se figer et préparer son passage en stade adulte. Elle peut rester dans ce cocon même en hiver et survivre pour se métamorphoser au printemps.

©Elliott Bignell
©Elliott Bignell

Comment attirer les papillons dans nos jardins ?

Vous avez une pelouse tondue à ras tout le temps et pas de fleurs. Vous n’aurez pas de papillons, c’est impossible. Si vous avez un jardin au naturel, si vous laissez pousser l’herbe à certains endroits, si vous avez des fleurs, vous aurez des papillons. Ils vont butiner et pondre. Et si vous laissez les chenilles en vie, vous aurez des adultes et assurerez le cycle de reproduction.

Lycaena tityrus ©CreativeNature_nl
Lycaena tityrus ©CreativeNature_nl

Les papillons pondent-ils sur toutes les plantes ?

Non, les papillons sont inféodés à une plante ou à une famille de plantes. Le Citron pond sur la bourdaine (Rhamnus frangula) ou le nerprun purgatif (R. carhartica). Le paon du jour, la petite tortue sont inféodés à l’ortie, le flambé aux Rosacées, le damier de la succise… à la succise !

©TT
©TT
©Stephen McCandless
©Stephen McCandless

Quel est votre papillon préféré ?

J’aime beaucoup le cuivré (Lycaena phlaeas), un tout petit papillon. Il est très orangé et attire le regard de loin. Il vole beaucoup, se pose brièvement. Pas facile à photographier ! Pour pouvoir l’observer, il faut partir à se recherche le matin de bonne heure, quand il est posé dans l’herbe pour se réchauffer. 

À lire

Stéphane Witzthum est le photographe et co-auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la faune et la flore lorraines parmi lesquels

  • “Guide complet des papillons de jour de Lorraine”, écrit avec Jean-Yves Nogret. Éditions Serpentine. 
  • “Amphibiens et reptiles de Lorraine et d’Alsace”, écrit avec Michel Renner. Éditions du Quotidien.
  • “À la découverte des orchidées sauvage de Lorraine”, écrit avec Jean-Yves Nogret et André Simon. Éditions du Quotidien. 
9782371640023-200x303-1

Quand les papillons cohabitaient avec les dinosaures ! 

En 2018, dans le nord de l’Allemagne, le prélèvement d’une carotte de sédiments a permis de révéler des fragments d’ailes de papillons. Les écailles ont été datées dans des couches de sédiments datant de 200 millions d’années. Les papillons seraient donc plus vieux que les plantes à fleurs, et étaient déjà présents quand les dinosaures se baladaient sur la planète. 

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

172 Shares 2.9K views
Share via
Copy link