Vous me reconnaissez ? … Non ? Je me présente : Anoplophora glabripennis, coléoptère xylophage pour vous desservir, mais on me connait mieux sous le nom de capricorne asiatique. Je suis en train de m’attaquer à vos forêts de feuillus. Je suis leur exterminateur.

Originaires de Chine, depuis quelques années avec mes frères et sœurs, nous sommes partis à la découverte du monde. Rien de mieux pour voyager qu’une cargaison de bois d’emballage, vous savez le bois que vous utilisez pour fabriquer des palettes. A nous les États-Unis, puis l’Autriche, l’Italie, la Suisse et la France … Quel beau pays la France, la Drôme, l’Ain, l’Alsace et La Corse on a-do-re !

LA MORT DES ARBRES, C’EST NOTRE KIFF !

Malheureusement, notre nature nous rend indésirable hors de notre patrie. Sans prédateurs naturels, nous nous attaquons aux feuillus que nous faisons mourir en quelques années !  Jeunes ou vieux, on les aime tous : érables, peupliers, saules, mais aussi marronniers, bouleaux, platanes, hêtres et même les arbres fruitiers.

capricorne_asiatique_anoplophora_glabripennis_larveCe sont nos larves qui occasionnent des dégâts irréversibles aux arbres, elles vivent à l’intérieur du bois vivant. Vous aurez du mal à les repérer, parce qu’elles ressemblent aux larves d’autres grands capricornes … Pas fou le coléoptère ! Quant à nous, les adultes vous nous confondez facilement avec la Grande saperde, l’Aromie musquée ou la Rosalie des Alpes.

 

Nos larves et nos nymphes passent l’hiver au cœur de l’arbre. Les adultes émergent durant l’été en creusant dans l’écorce un trou de sortie circulaire juste au-dessus du site de ponte.

Tiens, je crois qu’on parle de nous  !

onf_logo  Entretien avec Blaise Poudras, Expert Arbre Conseil à l’ONF Alsace

 

Alors, je me résume

Comment nous reconnaître ?

Nous mesurons 25 à 40 mm sans les antennes et nous sommes noirs avec de petites taches beiges claires réparties sur tout le corps … c’est d’un chic ! … Quant à nos antennes … Ah nos antennes, j’en suis très fier : 11 segments, longues de 25 à 80 mm avec des anneaux bleu gris … Elles font tout notre charme !

Comment savoir si nous sommes là ?

Seules les branches et les troncs d’un diamètre supérieur à 5 cm nous intéressent, autrement on se sentirait à l’étroit.

Vous repérerez notre présence en relevant deux indices sur les arbres :

  •  les incisions ovales en forme d’entonnoir pratiquées dans l’écorce par nos femelles pour y pondre.
  •  les orifices de sortie des adultes après métamorphose, trou rond de 1 cm de diamètre situé au-dessus d’une marque de ponte.

Allez puisque c’est vous, je vous donne un indice supplémentaire qui fait toute la différence d’avec les autres coléoptères endémiques : lorsque nos larves creusent les cavités dans l’arbre, elles ne produisent pas de la sciure, mais des copeaux qui ressemblent à des filaments de tabac à rouler.

Si vous pensez m’avoir reconnu, prenez contact rapidement avec l’agence régionale de l’Office National des Forêts.

ZAI JIAN … Au plaisir ! 

 

Autres articles à consulter

 

DÉCOUVRIR LES BOX JARDIN HORTUS FOCUS

JARDINEZ, MÊME SANS JARDIN !
 UNE BOX JARDIN CHAQUE MOIS, À LA MAISON POUR PLANTER OU SEMER, DÉCOUVRIR LES PLAISIRS DU JARDINAGE ET LES PLANTES.
 LA BOX DES P’TITS JARDINIERS POUR VOS ENFANTS, L’HORTUS BOX POUR LES PLUS GRANDS… OU COMMENT PARTAGER VOTRE PASSION AVEC D’AUTRES !

7 Réponses

  1. Sylvaine

    Oh la la ! Ca fait froid dans le dos !
    J’espère vraiment qu’o va trouver une parade pour limiter les nuisances de ce nouvel envahisseur !
    Cela me fait penser que je n’ai pas fait l’article sur la pyrale que je t’avais promis, je vais m’en occuper.
    Bonne soirée

    Répondre
  2. Patrick L.

    Très instructif – il nous reste juste à avoir l’œil (et le bon, tant qu’à faire !) et à surveiller nos arbres avec le mouchoir à la main, car si j’ai bien compris, pas grand chose à faire pour sauver nos arbres ! snif !

    Répondre
    • Fabrice Chollet

      La seule solution actuellement est de repérer les foyers d’infestation, de les circonscrire et de les détruire en croisant les doigts pour qu’aucun capricorne ne passe au travers des mailles !

      Répondre
      • Mary FRUNEAU

        leur destruction n’est pas une mince affaire… En Loire-Atlantique la commune de Sainte-Anne-sur-Brivet en sait quelque chose.

      • Isabelle Morand

        Merci Mary pour votre témoignage. Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.