Une belle image, prétexte à un beau texte. Prenez le temps et bonne journée.

Bruyère

©Didier Hirsch

“La curiosité n’est pas un goût pour ce qui est bon ou ce qui est beau, mais pour ce qui est rare,
unique, pour ce qu’on a, et ce que les autres n’ont point. Ce n’est pas un attachement à ce qui est
parfait, mais à ce qui est couru, à ce qui est à la mode. Ce n’est pas un amusement, mais une passion,
et souvent si violente, qu’elle ne cède à l’amour et à l’ambition que par la petitesse de son
objet. Ce n’est pas une passion qu’on a généralement pour les choses rares et qui ont leur cours ;
mais qu’on a seulement pour une certaine chose qui est rare, et pourtant à la mode.

Le fleuriste a un jardin dans un faubourg, il y court au lever du soleil, et il en revient à son coucher ; vous le voyez planté, et qui a pris racine au milieu de ses tulipes et devant la solitaire, il ouvre de grands yeux, il frotte ses mains, il se baisse, il la voit de plus près, il ne l’a jamais vue si belle, il a le cœur épanoui de joie ; il la quitte pour l’orientale, de là il va à la veuve, il passe au drap d’or, de celle-ci à l’agathe, d’où il revient enfin à la solitaire, où il se fixe, où il se lasse, où il s’assit, où il oublie de dîner ; aussi est-elle nuancée, bordée, huilée, à pièces emportées, elle a un beau vase ou un beau calice ; il la contemple, il l’admire, Dieu et la nature sont en tout cela ce qu’il n’admire point, il ne va pas plus loin que l’oignon de sa tulipe qu’il ne livrerait pas pour mille écus, et qu’il donnera pour rien quand les tulipes seront négligées, et que les œillets auront prévalu.

Cet homme raisonnable, qui a une âme, qui a un culte et une religion, revient chez soi fatigué,
affamé, mais fort content de sa journée ; il a vu des tulipes.

Parlez à cet autre de la richesse des moissons, d’une ample récolte, d’une bonne vendange, il est
curieux de fruits, vous n’articulez pas, vous ne vous faite pas entendre ; parlez-lui de figues et de
melons, dites que les poiriers rompent de fruit cette année, que les pêchers ont donné avec abondance, c’est pour lui un idiome inconnu, il s’attache aux seuls pruniers, il ne vous répond pas ; ne l’entretenez pas même de vos pruniers, il n’a de l’amour que pour une certaine espèce, toute autre
que vous lui nommez le faire sourire et se moquer ; il vous mène à l’arbre, cueille artistement
cette prune exquise, il l’ouvre, vous en donne une moitié, et prend l’autre, quelle chair, dit-il, goû-
tez-vous cela ? cela est-il divin ? voilà ce que vous ne trouverez pas ailleurs ; et là-dessus ses narines
s’enflent, il cache avec peine sa joie et sa vanité par quelques dehors de modestie.

Ô l’homme divin en effet ! homme qu’on ne peut jamais assez louer et admirer ! homme dont il sera
parlé dans plusieurs siècles ; que je voie sa taille et son visage pendant qu’il vit, que j’observe les
traits et la contenance d’un homme qui seul entre tous les mortels possède une telle prune !”

Les caractères
Jean de La Bruyère

©Kevin MacLeod

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.