Vers la boutique d’Hortus Focus Vers le site Vilmorin

50 palmiers volés à Chabeuil, dans la Drôme

Cinq ans de travail disparus en une nuit ! Une très mauvaise surprise pour Fabien Desbrosses, victime la semaine dernière du vol d’un lot de palmiers Washingtonia filifera prêts à être proposés à la vente…

Fabien Desbrosses
Fabien Desbrosses, producteur de plantes aquatiques et exotiques rustiques

“Les petits larcins, je connais, comme tous mes confrères. Difficile d’y échapper lorsque les exploitations sont installées en pleine campagne, loin du lieu d’habitation. Comment empêcher le vol de quelques plantes qui trouveront leur place dans un jardin tout proche. Mais là…, on a franchi un cap…”

Le cap, c’est celui d’un vol bien organisé, de la pince coupante pour détruire la clôture à l’usage d’un véhicule utilitaire suffisamment grand pour faire voyager 50 pots de 10 L contenant tous la même espèce de palmier, en passant par une bonne connaissance du lieu de stockage sous tunnel de culture… 

Le voleur est-il un confrère véreux ?
“J’ose espérer que non ! Mais le responsable est quelqu’un qui connaît ma pépinière, il a pu venir repérer les lieux et ma production, je lui ai peut-être servi de guide, l’idée me met en colère”.

palmier rustique
Washingtonia filifera, palmier rustique

Fabien Desbrosses, spécialiste en plantes aquatiques, s’est lancé voici quelques années dans la culture de plantes exotiques rustiques, notamment celle d’une dizaine d’espèces de palmiers (Trachycarpus, Sabal mexicana, Brahea ‘Super Silver’…). Les sujets volés ont cinq ans et devaient être mis en vente au printemps prochain. 
Préjudice : 2 000 euros + 150 euros de réparation pour les 4 m de culture bousillée. Et l’assurance ne joue pas ( ” Les cultures sous tunnel plastique ne sont pas couvertes par les assurances ” ). 

“Le préjudice financier n’est pas négligeable mais ce qui me fait le plus mal, c’est d’avoir perdu 5 ans de travail, du semis à la commercialisation. Depuis la semaine dernière, j’arrive tous les matins sur mon exploitation avec l’angoisse de constater d’autres vols et dégradations. Je vais sans doute adopter un chien et devoir le laisser la nuit sur l’exploitation. Et, même si cela représente un gros coût pour mon entreprise, je n’ai plus d’autre solution que d’installer des caméras.”

 

Vous pouvez suivre Fabien Desbrosses sur sa page Facebook et visiter son SITE

À lire également

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial