Vers la boutique d’Hortus Focus
roulotte
La fameuse roulotte !

Le jardin de la Roulotte, paradis de Nathalie

Elle cultive son jardin au milieu des vignes, dans un petit village entre Bergerac et Castillon-la-Bataille. Imaginative, bricoleuse, Nathalie Beaucoujareix plante, dispose, compose depuis dix ans un jardin dans lequel végétaux et déco se marient pour le meilleur. Et malgré l’adversité puisque Nathalie souffre de la maladie de Lyme. 

Hortus Focus. D’où tenez-vous votre amour du jardin ?

Nathalie Beaucoujareix. Je suis originaire de Limoges. Petite, j’ai eu la chance de pouvoir jardiner avec  mes grands-parents. J’ai grandi entre graines de fleurs et potager ! J’ai appris aussi dans les pas de mon père, gendarme, qui avait un jardin impeccablement tenu ! Mon mari, lui, n’aime pas le jardin. En revanche, j’ai dû transmettre un peu de ma passion à mes filles. Lily est fleuriste, Marie creuse, elle est archéologue !

Quand vous êtes-vous lancée dans la création de votre jardin ?

En 2007, l’année du décès de mon père, je me suis vraiment mise au jardin. C’est comme un fil qui nous relie même encore aujourd’hui. Il aimait aussi beaucoup décorer son jardin. C’était l’un de nos points communs.

 

Par quoi avez-vous commencé ?

J’avais déjà planté les abords de la maison, mais, en 2007, je suis passée à la vitesse supérieure ! Mon terrain de jeu est grand : 3860 m2.. À mon rythme, j’aménage un coin, puis un autre, je me laisse porter par mes envies. J’ai commencé par créer mon “mini-Versailles”, 4 rectangles de buis plantés de rosiers et au milieu un saule crevette. Puis j’ai créé une bordure fleurie et un petit chemin pour aller à une serre offerte par une tante.

Comment voyez-vous votre jardin ?

Je me fiche de son unité ! Je pique des idées à droite, à gauche, en voyage et je m’en inspire pour aménager des pièces à mon goût ! J’ai creusé à la main le bassin de 3 x 1 m, installé des châssis peints ça et là puis planté pour les dissimuler, planté en quinconce mes haies de Lonicera nitida. Je suis en train de faire un jardin sec et de former une charmille en tunnel, mon “couloir du temps”…

 

Un couloir qui mène jusqu’à la fameuse roulotte !

Ah, cette roulotte ! J’en rêvais… Elle a appartenu à un groupe de théâtre italien qui s’en servait comme cantine. C’est un cadeau de mon mari, Pascal. Mais elle n’est pas en très bon état alors je ne la montre pas, je la laisse deviner derrière la charmille et un sureau ‘Black Lace’.

Votre jardin, vous devez parfois l’abandonner un peu, car vous souffrez de la maladie de Lyme…

Oui, j’ai contracté cette maladie en 2004. Le diagnostic a été correctement posé, mais la prise d’antibiotiques n’a pas été suffisamment longue pour me soigner. Comme tous les malades, je souffre de terribles douleurs, fulgurantes suivies de périodes de répit. C’est une maladie handicapante, invalidante. Il faut savoir que cette maladie est encore trop méconnue, du grand public, des jardiniers, mais également du corps médical. Certaines personnes sont internées, car jugées “malades dans leur tête”. Il faut absolument communiquer autour de cette maladie. Malgré tout, je continue à faire mon jardin, c’est mon meilleur médicament…

Nathalie et Pascal Beaucoujareix
Nathalie et Pascal Beaucoujareix

Quels sont vos projets pour cette nouvelle année ?

Je vais sans doute faire visiter mon jardin pour la première fois, en ouvrir les portes à l’occasion de “Rendez-vous au jardin”. Je suis sensible, je ne suis pas sûre de supporter les critiques, mais je me lance. Je vais travailler sur le thème de “Alice au pays des merveilles”, cela me motive. J’ai commencé mes petits croquis, j’imagine l’histoire que je vais pouvoir raconter… . 

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share