Les pyrales du buis sont méchamment repassées à l’attaque en ce début d’année.  N’oubliez pas de nous envoyer vos témoignages, nous les ferons figurer dans notre carte interactive 2017.

L’été 2016 aura été particulièrement éprouvant pour les habitants de la Drôme confrontés à une infestation de pyrale du buis sans précédent. (cf notre article Pyrale du buis, le cauchemar des habitants de Marsanne)

Buis ornementaux et endémiques dévastés, population et pouvoirs publics dépassés, villes plongées dans le noir pour limiter les vols de ces papillons nocturnes qui, une fois n’est pas coutume, pouvaient être observés en plein jour du fait de leur surnombre !

Tous les jardins en sont victimes ! Ceux des particuliers bien sûr et comment ne pas avoir peur pour nos magnifiques jardins historiques où le buis règne en majesté depuis des siècles ?

LA PYRALE EST PARTOUT !

Guy Tournellec, membre de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) fait le point sur les moyens à disposition des particuliers (et des collectivités) pour lutter contre cet insecte invasif et destructeur.

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

4 Réponses

  1. Patrick L.

    La question qui se pose est : Combien de générations par an y-a-t’il chez les pyrales du buis ? L’article ci-dessus parle de la première génération en mars-avril et des moyens à mettre en œuvre, mais qu’en est-il des autres mois de l’année ?

    Répondre
  2. Tournellec

    Comment trouver les produits nécessaires, tous les magasins ne proposent pas encore l’ensemble des solutions:
    – système de piégeage pour être alerté de la présence des pyrales adultes
    – ce qui permet de savoir à quel moment poser les supports contenant les trichogrammes qui vont parasiter les œufs.
    – les produits contre les chenilles à base de bacillus thurengensis eux sont disponibles.
    Le plus important est bien sûr de surveiller son jardin, ses buis, “faire le tour du propriétaire”, s’abonner par mail aux bulletins de santé zones non agricoles de sa région (BSV ZNA ou BSV JEVI).
    Pour reconnaître au mieux les parasites installez l’application: “Vigijardin” qui vous guidera.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial