Elle s’est éteinte après 29 ans d’une vie tumultueuse, laissant l’image d’une écorchée vive, rebelle, mais talentueuse. Un rosier est aujourd’hui chargé de transcrire cette personnalité hors-norme dans le monde végétal.

Abîmée par la vie, délinquante, Albertine Sarrazin connaît très jeune la prison. Prostituée puis braqueuse, elle rencontre son grand amour, Julien Sarrazin, durant son évasion de la citadelle de Doullens.

Leur vie commune se déroulera entre écriture et peine de prison. Albertine sera la première femme à raconter la condition des femmes prostituées ainsi que son expérience de la prison pour femmes et connait pour cela un grand succès tant critique que populaire, entretenant un rapport passionné avec ses lecteurs.

“… Cette nuit pendant que je dormirai… un homme me découvrira, me dénudera comme une amante ; il fera l’amour avec mon livre, il aura dans les mains, dans les yeux, dans la tête ma vérité toute nue enfin. Comme c’est bon, comme ça fait battre le cœur, le premier lecteur…”  (La Traversière Chapitre XI)

Jean-Lin Lebrun (Pépinière Mela Rosa) s’est inspiré de ce destin hors du commun pour désigner le rosier qui, désormais, immortalise ce chemin de vie au panthéon de la rose.

Le Rosier ‘Albertine Sarrazin’ a été baptisé le 27 mai 2017 lors de la 30e édition des Journées Doullennaises des Jardins d’Agrément. Ce rosier au feuillage sain et à la généreuse floraison est un hommage de Doullens et à celle qui fut incarcérée à la citadelle de 1956 à 1957.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.