C’est un grand jardin niché dans la campagne tarnaise, à Giroussens. Massifs d’arbustes et de vivaces le long d’une rivière de 300 m de long, jardin méditerranéen, serre tropicale, temple et belvédère balinais, bassins de nymphéas et de lotus… Balade et dépaysement au programme !

Hortus Focus. De quand date le jardin ?

©Isabelle Morand

Lionel Dominique (Jardinier et responsable de la communication) : Les propriétaires, les Reynier, ont toujours été passionnés par le jardinage et le jardin. Ils se sont installés ici dans les années 70 pour élever des canards et produire du foie gras, mais, pour eux, pas question de laisser les animaux enfermés. Ils ont creusé une grande mare pour leur permettre aux canards de s’ébrouer et ils ont planté les abords. Mais la création du jardin date véritablement du début des années 90. Leur fils, Frédéric, mon compagnon, a fait des études d’horticulture. Il a ouvert, sur l’exploitation, une pépinière spécialisée dans les plantes vivaces et aménagé un “jardin d’exposition” pour permettre aux clients de trouver des idées de plantations, d’associations et d’observer le développement des végétaux. Un journaliste a parlé du jardin dans un article et, dès le lendemain, des visiteurs se sont présentés. À partir de là, tout est allé très vite. Les travaux ont démarré en 1993 et le jardin a officiellement ouvert ses portes l’année d’après. 

Les Reynier ont tout fait tout seuls ?

Les tractopelles, les pelles mécaniques sont intervenus pour niveler et creuser tous les bassins. Mais les interventions extérieures se sont limitées au gros œuvre. J’ai des photos où on les voit caler les pierres, une par une, sous la cascade en bas du jardin. Je leur dis souvent qu’il faut avoir un grain pour avoir fait tout ce qu’ils ont fait par eux-mêmes !

Votre beau-père a pu assouvir sa passion pour les plantes aquatiques ?

Oui, c’est une vraie passion… jusque dans sa maison ! Dans le jardin, il veille sur les lotus et les nénuphars présents dans de nombreux bassins. Il a noué des relations avec d’autres fous d’aquatiques ce qui nous permet d’avoir des nénuphars victoria, difficiles à se procurer. On peut les voir notamment dans la serre tropicale et dans le bassin des tortues. Nous n’avons pas eu besoin, sauf dans un bassin, d’installer des liners ; la terre argileuse les rend naturellement étanches. 

©Isabelle Morand

Face aux bassins des lotus ont été installés un temple et un belvédère. D’où viennent-ils ?

En 2007, nous sommes partis avec Frédéric à Bali. Cette île, nous en sommes tombés amoureux. Nous avons aussi beaucoup aimé la mise en valeur de l’architecture locale par la végétation. Les Balinais ont d’excellentes idées et de l’or dans les doigts. C’est Frédéric qui a eu envie d’installer ce temple sur un îlot dans le terrain, exposé plein sud, difficile à entretenir en raison du cagnard. Alors, nous sommes repartis à Bali après avoir dessiné le plan du temple et nous avons trouvé des artisans qui l’ont fabriqué à partir de bois recyclé. Ils l’ont monté, démonté, mis dans un conteneur. Nous l’avons remonté, ça a été un peu compliqué, le mode d’emploi n’était pas très explicite ! Nous sommes repartis en expédition pour trouver notre belvédère. On a arpenté toute l’île pendant dix jours ; la veille du départ, nous sommes tombés sur un Balinais qui voulait se débarrasser d’un vieux lit en bois. Nous le lui avons acheté et l’avons transformé en joglo qui est la partie centrale de la maison des Balinais. 

©Isabelle Morand

Comment entretenez-vous le jardin ?

Nous n’utilisons aucun produit ; le désherbage est manuel et on utilise beaucoup de paillages. Si jamais une partie du jardin est victime d’une attaque de pucerons, on attend que ça passe ou on introduit des larves de coccinelles quand ils s’installent sur les lotus. Quant à l’arrosage, finies les nuits passées à ouvrir et fermer les vannes… Nous avons développé un système d’arrosage automatisé en collaboration avec le lycée Louis Rascol à Albi. C’est un système très perfectionné et nous disposons d’une application pour sélectionner les zones à arroser ou pour programmer les arrosages.  

Avez-vous d’autres projets pour le jardin ?

Oui, bien sûr, car il faut refaire régulièrement certaines parties du jardin. Ce n’est pas une mince affaire de savoir ce que l’on va faire car nous sommes une famille de têtus ! Quand l’un d’entre nous a une idée, chacun veut y mettre son grain de sel et on a du mal à tomber d’accord ! D’ailleurs, quand nous créons et recréons un lieu, nous faisons des plans, on commence le boulot et en plein milieu de la réalisation, on se dit : “Oh la la, mais ce n’est pas assez grand !” et on finit généralement par doubler la surface du nouveau jardin…

 

Le jardin des Martels, à Giroussens, à 30 km de Toulouse, est ouvert tous les jours (y compris les jours fériés) de 10 h à 18 h. Toutes les infos sont ICI !

 

Lien vers l'Hortus Shop

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

2 Réponses

  1. Yannick barsi

    Ravi de decouvrir ce bel article
    Le jardin c’est surtout une affaire de passion. La difficulté de la mise en oeuvre deviens souvent accessoire.
    Merci pour ce moment

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.