Attention ! Il ne s’agit pas d’aller explorer les haies, les fourrés ou les arbres à la recherche des nids et des œufs des oiseaux ! Mais s’il vous arrivait de trouver un œuf tombé d’un nid, voici comment en reconnaître certains.

nid de merle - Hortus Focus

©vassiliy-vishnevskiy

Merle noir, mais œufs bleus

Turdus merula est un discret quand il s’agit de conquérir une femelle. Il aime bien accomplir sa parade amoureuse en toute discrétion, mais tout y passe : cris aigus ou gloussements, large ouverture de son bec tout jaune, queue étalée ou redressée. L’accouplement est ultra rapide. C’est la merlette qui se charge de la construction du nid, avec ce qui lui tombe sous la patte ou le bec, y compris des matériaux plastiques récoltés çà et là. Le nid peut être installé aussi bien dans un buisson de lierre très dense que sur une enfourchure de branche. La femelle pond entre 3 et 6 œufs, et elle assure la couvaison quasi toute seule pendant 2 semaines. Le couple assure la subsistance pendant 3 semaines. Après, c’est zou, dehors !

Le printemps fait l’hirondelle

nid hirondelle rustique

©yusuke-ide

La plupart des hirondelles rustiques (Hirundo rustica, qu’on appelle aussi l’hirondelle des granges) que nous pouvons observer chez nous sont migratrices. Et c’est au printemps qu’elles reviennent pour se reproduire, souvent au même endroit, et quasiment toujours à l’intérieur d’un bâtiment. Fin avril, le mâle s’approprie ou se réapproprie un nid, avant de faire le beau en se livrant à des acrobaties aériennes.

Quand il a trouvé sa partenaire, tous deux construisent un nid plutôt particulier, fait d’éléments végétaux agglomérés grâce à leur salive, et des végétaux qui ont trempé dans de la boue. C’est du costaud ! Pour rendre le nid plus douillet pour les 3 à 6 oisillons, l’intérieur est garni de plumes.

L’incubation dure 15 ou 16 jours. Pour inciter les bébés à voler de leurs propres ailes, les parents rusent… Ils apportent de la nourriture vivante, mais restent en dehors du nid. La faim justifiant les moyens, l’oisillon prend un premier envol… 

oeuf mésange charbonnière - Hortus Focus

©yvonne-lebens

Des œufs en boite pour la mésange charbonnière

C’est la plus grande de toutes les mésanges à observer dans nos jardins. Mais Parus major sait bien se cacher pour nicher, couver et élever ses petits. Si vous voyez une mésange charbonnière tapoter du bec contre l’ouverture d’un nichoir (d’une boite aux lettres, d’un trou dans un arbre…), c’est un mâle. Il signifie à la femelle qu’il a trouvé le nid d’amour. Et si sa promise accepte les présents qu’il lui offre, l’affaire est conclue. La construction du nid peut commencer avec plein de mousse, des poils, des plumes… La femelle pond entre 4 et 12 œufs, couve entre 13 et 15 jours. Les deux parents s’épuisent ensuite à nourrir les bébés à coup de chenilles, de vers de terre, de la nourriture riche en protéines. En bons éducateurs, ils accompagnent leurs petits pendant environ une semaine. La nouvelle génération vole ensuite de ses propres ailes.

oeuf de coucou gris - Hortus Focus

©vassiliy-vishnevskiy

L’omelette à la façon du coucou gris

Cuculus canorus est un drôle d’oiseau ! Un voleur de nid et même pas fichu d’élever ses oisillons… Quand les coucous se sont accouplés, la femelle part en chasse de nids déjà occupés. Elle guette le départ de l’autre future maman, fond sur le nid, enlève un des œufs et le remplace par l’un des siens. Et elle réitère son forfait parfois dans plus de vingt nids. Ses bébés sont de la même engeance ! Tout juste éclos, le bébé coucou gris rassemble ses faibles forces dans un seul but : éliminer tous les oisillons à venir. Avec son bec, il pousse les œufs jusqu’à les faire passer par-dessus le bord du nid. Les malheureux parents s’échinent alors à nourrir l’assassin de leurs rejetons.

 

nid de pie - Hortus Focus

©ornitolog82

Un nid de pies ne peut en cacher un autre ! 

Impossible de ne pas identifier de suite un nid de pies bavardes (Pica pica). Volumineux, perché souvent très, très haut, sa construction occupe le couple pendant plusieurs semaines. L’architecture est super élaborée, faite de brindilles, de branchettes en grande quantité ; le tout est maintenu avec de la boue. Le nid, construit chaque année à un endroit différent, est équipé d’une espèce de dôme protecteur. La femelle pond entre 4 et 10 œufs qu’elle couve pendant 17 à 18 jours. Puis Papa et Maman, qui forment des couples généralement fidèles, se relaient pour donner la becquée. La pie mâle joue aussi les gros bras si un prédateur s’approche trop de sa progéniture. La petite famille reste unie et soudée tout l’été avant de se séparer.

La grive musicienne et son “nid poterie”

nid de grive musicienne - Hortus Focus

©assiliy-vishnevskiy

On va passer vite sur la période et les moyens de drague car, chez la grive musicienne (Turdus philomelos) c’est l’architecture du nid qui est la partie la plus intéressante au chapitre reproduction. Un sacré boulot d’artisan d’art ! Installé dans un conifère ou un feuillu, il montre un aspect externe comme bien d’autres, un savant meli melo d’herbes, de mousse, de feuilles bien sèches, de lichens. L’intérieur est bien différent avec sa surface toute lisse. Le mâle et la femelle travaillent sans relâche à fabriquer avec de la boue une coupe parfaite. Elle accueillera 2 à 3 pontes (entre 3 et 5 œufs par nichée). Après une incubation de durée variable, de 10 à 17 jours, les petits sont alimentés par leurs parents qui les nourrissent et les initient à la vie aérienne pendant un mois environ.

moineau oeuf - Hortus Focus

©emer1940

Le piaf est un chaud lapin, mais fidèle !

M. Moineau (Passer domesticus) adooooore draguer, se reproduire et le faire savoir à grand renfort de cris stridents. Son couple met généralement du temps à se former (les étapes de la parade sont interminables), mais il est solide dans le temps. Quand sa promise finit par céder à ses avances, tous deux se mettent avec ardeur à la construction du nid. Mais ce ne sont pas des grives musiciennes.

Chez le moineau, on ne s’embarrasse pas à faire beau ! On empile de la mousse, de l’herbe, des bouts de ficelle quelque part à 3 m au-dessus du sol (anfractuosité de mur, dessous de toit, arbre…), et hop ! affaire conclue. Mme Moineau peut y déposer de 4 à 7 œufs, qu’elle couve en relais avec le futur papa. Entre la durée d’incubation et le séjour nourricier au nid, il s’écoule environ un mois. Pendant la semaine où les petits sont éduqués au vol, M. Moineau manifeste clairement à Mme son envie d’une autre nichée. Puis d’une troisième… 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial