Louis de Funès, un pionnier du jardinage au naturel

Marisa Rastellini - Wikimedia

Il nous a quittés voilà 41 ans. Louis de Funès avait une double vie : comédien et jardinier au naturel. Il aimait faire rire et il aimait ses roses, son potager qu’il bichonnait dans son château de Clermont (Loire-Atlantique). Bien en avance sur de nombreux jardiniers, il refusait l’utilisation des pesticides, préférant parler à ses plantes.

Une passion de toujours

Louis de Funès se souvient avoir découvert le jardin vers l’âge de 5 ou 6 ans, en observant son père, Carlos. Mais il lui faudra attendre l’achat du château de Clermont, sur la commune de Cellier, en Loire-Atlantique, en 1967 pour pouvoir exprimer toute sa passion pour le jardinage.

Un immense terrain de jeu

Clermont est un cadeau pour Jeanne, sa seconde épouse, qui a partagé ses longues années de vache maigre avant son premier succès dans « La Traversée de Paris ». Il y joue l’épicier Jambier face à Jean Gabin et Bourvil. Les films qui suivent (‘Pouic-Pouic’, ‘Le gendarme de Saint-Tropez’, ‘Fantomas’, Le Corniaud’…) en font l’un des acteurs préférés du public. 

©Jibi44
©Jibi44

La gloire tant attendue est là, l’argent aussi ! Et Louis de Funès qui était très près de ses sous, mais fou amoureux de Jeanne décide alors d’acheter le château de Clermont. Jeanne en a hérité par moitié en indivision, mais elle ne parvient pas à convaincre les autres héritiers de lui céder leur part. Résultat : le vaste domaine est vendu aux enchères et Louis de Funès l’acquiert pour 830 000 francs. Il vend alors sa maison de campagne et son appartement à Hyères pour faire réaliser de gros travaux dans le château de 30 pièces bien délabré…

À chacun son domaine !

Jeanne s’occupe du bâtiment et Louis du parc de 25 hectares. Il s’attelle à l’installation d’une roseraie qui, à sa mort, compte 600 espèces et variétés ! Et il cultive amoureusement et passionnément son potager et son verger qui nourrissent toute la famille. Il est capable, entre deux tournages, de passer des journées entières à travailler dans son jardin, à l’inspecter perché sur son petit tracteur. Pendant les tournages, il saisit la moindre occasion de filer en Loire-Atlantique pour s’occuper de ses légumes et de ses roses, surveiller ses semis et faire ses boutures. Il s’occupe aussi de ses abeilles, après avoir suivi des cours à l’école supérieure d’apiculture de Paris. Et quand il prend du temps, c’est pour aller pêcher sur les bords de Loire.

“Je cultive mon jardin. Et dans ma vie professionnelle comme dans mon carré de jardin, j’ai bien l’intention d’exclure les navets !”

Jardinier au naturel avant la tendance

Je vous laisse visionner cette archive vidéo de l’INA dans laquelle il parle en détail de sa passion pour le jardin, de la culture de ses tomates (notamment la ‘Marmande’, de son passage des pesticides à la culture au naturel, de son amour pour la nature, les oiseaux, la petite faune… 

Louis de Funès, jardinier au naturel

La rose Louis de Funès

En 1984, quelques mois après la mort de l’acteur, la société Meilland baptise un rosier à fleurs orange en son honneur.

©Meilland
©Meilland

Au cimetière du Cellier 

Louis de Funès est mort d’une crise cardiaque, en janvier 1983, après une journée passée dans son jardin. Il est enterré au cimetière du Cellier où Jeanne, 101 ans, le rejoint en 2015. Un tapis de buis recouvre leur tombe toute simple. 

©Wilipedia
©Wilipedia

Si c’était à refaire, je serais horticulteur… 

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap