Du 22 avril au 1er mai 2016, se sont déroulées les Floralies de la ville de Gand. Les meilleurs talents belges et étrangers, qu’ils soient fleuristes, horticulteurs, architectes paysagistes ou encore artistes, exposent leurs plus belles créations dans quatre sites uniques : Bijloke, la caserne Léopold, la Place Saint-Pierre et le parc de la Citadelle.

Bijloke

La rencontre de l’Orient et de l’Occident
Une allée de bambous, réalisée par Tom De Houwer vous amène au site de Bijloke. Le Japon est à l’honneur : des azalées, des camélias et des bonsaïs.

La caserne Léopold

Des arbres dans la ville
Fleurs, plantes et arbres transforment le centre-ville : des jardins verticaux ou mobiles, des façades vertes, etc. 15 artistes présentent leurs œuvres dans la cour intérieure de la caserne.

La place Saint-Pierre

Le passé et l’avenir
La Place accueille une exposition du secteur horticole où les lauriers et les roses se mêlent aux rhododendrons. Un pavillon est dédié à l’innovation. Et la la ville de Gand présente une maquette d’une ville verte utopique.

Au sein de l’église Saint-Pierre, vous pouvez admirer le gigantesque lustre de fleurs intitulé “Delirious with desire” et réalisé par Tomas De Bruyne en collaboration avec Hitomi Gilliam et Natalia Zhizko.

Dans les couloirs de l’abbaye Saint-Pierre, les fleurs se mélangent aux péchés capitaux dans une composition de Moniek Van Den Berghe, Ivan Poelman, Jan De Ridder, Carmen Lucia, Françoise Van Donink et Carl Depuydt.

La cour intérieure du musée ‘De Wereld van Kina’ est quant à elle, divisée en jardinets urbains. Enfin, l’installation de land art “Immigration” de Bob Verschueren décore le jardin de l’abbaye.

Le parc de la Citadelle

Le plaisir des sens
Enfin, après 30 ans, les Floralies reviennent à leurs racines : le hall des Floralies.

Renseignements : sur le site des floralies

L’organisateur des Floralies de Gand, la Société Royale d’Agriculture et de Botanique (SRAB), existe depuis 207 ans. La société doit son titre royal à Guillaume Ier, roi des Pays-Bas, qui accepta en 1815 le titre de roi-protecteur. La première exposition horticole s’est tenue en 1809 dans une auberge gantoise ; depuis, elle n’a cessé de se développer et d’évoluer. En 2016, les Floralies ont quitté les halls de Flanders Expo pour revenir au cœur de la ville.

Le Musée des Beaux-arts de Gand (Cliquez sur les photos pour les agrandir)

©Karin Borghouts, ©hortus-focus – 2016

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.