C’est l’un des plus beaux et l’un des plus hauts jardins botaniques d’Europe. Depuis plus d’un siècle, on y accueille le public, on y acclimate et étudie des milliers de plantes alpines venues de toute la planète.

Mais c’est également une station de recherche parmi les plus importantes de notre pays. Les scientifiques du monde entier viennent y travailler l’été, collecter des informations et notamment étudier l’impact des changements climatiques sur le jardin situé à 2100 mètres d’altitude, dans les Hautes-Alpes, et son environnement…  

La nouvelle Galerie de l'Alpe dans son magnifique écrin.

La nouvelle Galerie de l’Alpe dans son magnifique écrin.

Le 29 juin dernier, la nouvelle Galerie de l’Alpe a été inaugurée. On y trouve une belle salle d’exposition (première expo consacrée aux dessins du botaniste Dominique Villars, 1745-1814), un nouveau laboratoire de recherches et une salle polyvalente pour accueillir des conférences, des cours et des colloques. 

Jean-Gabriel Valay, directeur de la station Joseph-Fourier, revient sur les missions du jardin.

 

Autres articles à consulter

2 Réponses

  1. Maryse

    J’ai eu l’extrême chance de passer une journée l’an dernier dans ce jardin, reçue par l’un des directeurs chercheurs et professeur à Grenoble, Rolland Douzet. J’étais accompagnée de Julien Joly, actuel président de la Société d’horticulture de Haute Savoie, architecte paysagiste aménageur, issu de l’école du paysage de Versailles. L’accueil a été d’une gentillesse et d’une simplicité extraordinaires, et nous avons déjeuné avec toute l’équipe du jardin, et, bien sûr, Maxime Rome. Ce jardin est exceptionnel, il est vraiment à visiter et il faut s’attarder dans les différents secteurs. Les plantes y sont magnifiques et fort diversifiées. Plus que du bonheur et du plaisir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.