Originaire d’Afrique de l’Est, je suis verte avec trois petits points blanc discrets dans le dos. Je mesure environ de 12 mm et émets une odeur nauséabonde quand je me sens menacée. J’aime les tomates, aubergines et poivrons. Qui suis-je ? La punaise verte ponctuée.

Selon vos témoignages, la bestiole (Nezara viridula) serait très active dans les potagers de la moitié sud de la France. Avec son rostre, la punaise verte ponctuée pique la base des boutons floraux ou les extrémités des pieds de tomates, d’aubergines et de poivrons, ce qui provoque par la suite leur dessèchement. Elle est également attirée par les concombres et les haricots et provoque la déformation des fruits. Bref, elle peut impacter sérieusement le rendement, mais que faire ? 

Des prédateurs ?

En Europe, on ne lui connait pas de prédateurs mais on a en revanche identifié deux parasitoïdes.

  • Trissolcus basalis, parasitoïde des œufs de punaises. Originaire d’Egypte et ayant été introduit en Europe, son efficacité ne s’est pas montrée à la hauteur du problème.
Trichopoda pennipes

Trichopoda pennipes ©JudyGallagher

  • La mouche Trichopoda pennipes qui, attirée par les sécrétions de la punaise, vient pondre ses œufs sur cette dernière. Après éclosion, la larve de la mouche va migrer dans le corps de la punaise pour poursuivre son développement, entraînant ainsi la mort de son hôte ! … Pas très ragoutant, je vous l’accorde mais plutôt efficace !

Trichopoda pennipes est utilisée comme moyen de lutte aux USA, mais les effets sont décalés du fait du temps de développement de la larve et ne constituent pas un bon moyen de lutte à court terme. Toutefois, cela semble intéressant pour réduire le nombre de punaises à long terme.

De toutes façons, pour le moment, ces mouches ne sont pas disponibles dans le commerce en Europe, ce qui règle le problème.

Que faire ?

Il n’existe aucun traitement, même chimique, homologué pour lutter contre ces punaises. Voilà c’est dit !

Seule solution, lutter de manière préventive pour tenter d’en limiter la population.

De manière mécanique :

  • En installant des filets pour protéger les cultures des adultes. Relativement facile à faire dans le cas d’une culture sous serre, pas toujours évident au jardin.
  • En prélevant les punaises adultes pour les écraser. Mieux vaut avoir les narines bouchées, car elles méritent vraiment leur réputation…

En appliquant des répulsifs naturels :

  • Saupoudrez les plantes sensibles avec de la terre de diatomée (algues microscopiques) dont l’action biocide-insecticide est sans effet secondaire.
  • Pulvérisez les plantes avec une solution de souffre mouillable.
  • Pulvérisez les plants avec une macération d’ail : hachez 100 g de gousses d’ail et le faire macérer pendant 24 heures dans 2 cuillerées à soupe d’huile de lin ou d’olive. On peut ensuite y ajouter une cuillerée de savon noir). A utiliser diluée à 10 % (10 centilitres de macération pour un litre d’eau).
  • Pulvérisez de l’infusion d’ail. Infusez 150 g d’ail frais grossièrement broyé dans 5 l d’eau bouillante. Filtrez après 30 minutes. Laissez refroidir et pulvérisez tel quel sur les plantes.

Rangez l’aspirateur…

Certains recommandent d’aspirer les punaises avec un aspirateur ! Je vous le déconseille, leur odeur défensive est tenace et vous embaumerez votre habitation chaque fois que vous ferez le ménage.

 

 

Pensez à commander votre Hortus box enfant ou adulte sur l’Hortus Shop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.