Dans la salle de bains, les plantes retrouvent un peu leur milieu d’origine. Il y fait généralement chaud et plus humide que dans les autres pièces de la maison. Même si votre salle de bain est petite, trouvez de la place pour une ou deux plantes. Les fougères y seront très à l’aise, mais bien d’autres plantes d’intérieur également…

 

La fougère corne de cerf (Platycerium bifurcatum).

©isabelle-morand

Dans la nature, c’est une plante épiphyte qui pousse sur les troncs ou les branches des arbres. En intérieur chez nous, elle peut vivre très longtemps.

  • Expo : pas de lumière directe sauf le matin. 
  • Substrat : un mélange d’écorces de pin, d’aiguilles de sapin, de sphaigne et de feuilles (récupérées au jardin, en forêt…).
  • Température : c’est une frileuse qui manifestera son mécontentement en dessous de 13°C.
  • Arrosage : différent en fonction des saisons. En été, immergez le pot dans un seau d’eau à température ambiante pendant 10 – 15 min et laissez-la ensuite bien égoutter. En hiver, une trempette rapide suffit. Ne brumisez pas le feuillage ; il est pruineux et lui sert à capter l’humidité ambiante. 
  • Fertilisation : rien en hiver. En été, apportez un engrais liquide pour plantes vertes. 
  • Dépolluante ou non ? Ses capacités n’ont pas été prouvées. 
  • Dans quel contenant ? Un pot blanc plus large que haut, un panier en bois ajouré à poser ou à suspendre. 
  • Bon à savoir : le platycérium n’aime pas trop les courants d’air. Si vous aérez, placez-la derrière le battant de la fenêtre. 

 

 

 

Le sabot de Vénus (Paphiopedilum)

©koshy-koshy-flickr

Pour changer du traditionnel phalaenopsis et la culture de cette orchidée n’est guère plus compliquée !

  • Expo : mi-ombre. Jamais de soleil direct, jamais d’ombre totale non plus. Au nord, à l’est ou l’ouest, cela lui va très bien.
  • Substrat : mélange d’écorce de pin et de sphaigne (vous pouvez ajouter au mélange une cuillère à soupe de dolomie qui stabilise naturellement et en continu le pH du substrat aux alentours de 6,5).
  • Température : elle est parfaitement heureuse quand le mercure affiche entre 18°C et 22°C. La nuit, elle peut supporter un petit 13°C (si vous ne chauffez pas la salle de bains…)
  • Arrosage : environ une fois par semaine, au pied.
  • Fertilisation : un engrais spécial orchidées, à mélanger à l’eau d’arrosage faiblement minéralisée.
  • Dépolluant ou non ? Non.
  • Dans quel contenant ? Un petit panier en osier, un cache-pot coloré. 

 

La fougère de Boston (Nephrolepis exaltata)

©aon168

Choisissez une variété adaptée à la taille de votre salle de bains et à vos goûts ! En effet, il en existe des petites et des très grandes (frondes de 1,50 m !), des vertes et des dorées, des plus ou moins frisottées…

  • Expo : lumière vive, mais indirecte.
  • Substrat : 2/3 de terreau pour plantes vertes, 1/3 de terre de bruyère (mais certains préconisent pour ce dernier tiers un mélange de perlite et de sphaigne). 
  • Température : cette fougère est à son aise entre 15°C et 21°C. À 10 degrés, elle commence à faire la tête. 
  • Arrosage : elle aime beaucoup l’humidité. Si vous ne l’arrosez pas régulièrement, elle va se déplumer à coup sûr. Mais pas d’excès d’eau non, ses racines pourriraient. Vaporisez le feuillage, elle adore ça. 
  • Fertilisation : apportez de l’engrais liquide pour plantes vertes une fois par mois, entre avril et mi-octobre.
  • Dépolluante ou non ? Ses qualités dépolluantes ont été prouvées. Elle est capable d’absorber de grosses quantités de formaldéhyde et de xylène. 
  • Dans quel contenant ? Un pot classique (à vous de choisir la couleur, tout lui va). Elle se plait également en suspension. Nous on l’aime beaucoup, plantée dans un pot assez haut qui permet de bien profiter de la beauté de ses frondes retombantes.

 

 

Le pépéromia (Peperomia)

©andrew_mayovskyy

On l’aime pour ses fleurs, vraiment très originales, sans pétales. Elles forment des épis blanc verdâtre, fins, élégants. 

  • Expo : lumineuse, mais pas de soleil direct.
  • Substrat : du terreau ordinaire auquel vous ajoutez une poignée de perlite. 
  • Température : 18°C- 20°C lui vont très bien. En dessous de 15°C, il risque de vous faire la gueule (et vous verrez ses feuilles tomber). 
  • Arrosage : toujours au pied et laissez sécher en surface entre deux arrosages. Ne mouillez JAMAIS le cœur de la plante, elle a une fâcheuse tendance à pourrir quand on l’arrose ainsi. 
  • Fertilisation : donnez-lui de l’engrais pour plantes vertes toutes les deux ou trois semaines, entre les mois d’avril et de septembre. 
  • Dépolluant ou non ? Non.
  • Dans quel contenant ? Tout dépend de la couleur et de la forme du feuillage ; il existe de nombreuses variétés de pépéromia. D’ailleurs, vous pouvez en associer deux ou trois dans un large pot de forme carrée ou ronde

 

 

La capillaire (Adiantum capillus-veneris)

©brunorbs

Elle a l’air toute fragile comme ça, mais Madame est dans le genre costaud à condition qu’on en prenne bien soin. C’est une élégante avec ses feuilles toutes fines et ses tiges sombres.

  • Expo : Lumière vive tamisée, pas de soleil direct.
  • Substrat : du terreau pour plantes vertes.
  • Température : elle est à son aise entre 18°C et 24°C et peut supporter une baisse de température jusqu’à 10°C. Au-dessous, elle risque la pneumonie.
  • Arrosage : veillez à garder le terreau humide. N’hésitez pas à installer le pot dans une soucoupe, sur un lit de billes d’argile maintenues humides. En cas d’oubli d’arrosage, ses feuilles vont sécher. Mais comme elle a bon caractère, il vous suffit de couper les frondes à ras, de l’arroser et vous verrez assez rapidement apparaitre de nouvelles pousses.
  • Fertilisation : une fois toutes les 2 semaines d’avril à septembre.
  • Dépolluante ou non ? Non.
  • Dans quel contenant ? Un pot blanc ou noir, mais les couleurs pétantes (orange, bleu roi) lui vont également bien au teint. Même le doré lui donne bonne mine ! Possible aussi dans un Root Pouch.

L’anthurium (Anthurium andreanum)

©Isabelle Morand

On la voit souvent, un peu partout, mais c’est peut-être la moins facile à vivre de cette sélection. Ce n’est pas pour autant qu’il faut se passer de ses jolies fleurs roses, rouges, blanches, jaunes…

  • Expo : lumière vive. Pas de soleil direct en été. Soleil direct en hiver.
  • Substrat : moitié terre de bruyère, moitié sphaigne. N’oubliez pas d’ajouter quelques morceaux de charbon de bois. 
  • Température : 20°C, c’est parfait. Il n’est pas capable de survivre en dessous de 16°C.
  • Arrosage : il faut savoir bien doser, il n’aime ni les excès d’eau… ni le manque. La meilleure solution consiste à placer le pot sur un lit de billes d’argile à maintenir humide en permanence. Et si votre eau du robinet n’est pas trop calcaire, vous pouvez le passer à la douchette de temps à autre. Entre deux passages à la douche,
  •  régulièrement le feuillage.
  • Fertilisation : toutes les deux à trois semaines en période de croissance. 
  • Dépolluante ou non ? Oui ! Il est friand d’ammoniac, de xylène et de formaldéhyde. 
  • Dans quel contenant ? Un pot assez haut, peu large, gris ou noir pour jouer le graphisme. Ou un Root Pouch.

 

Le tillandsia raquette (Tillandsia cyanea)

tillandsia cyanea ©miraswonderland

Idéale si vous avez une toute petite salle de bains. Une plante très facile à cultiver et à la floraison originale. Des fleurs roses ou violette sortent une par une de l’inflorescence (la fameuse raquette !). Quand la plante a fleuri, elle meurt, mais elle a eu le temps de produire des rejets qui donneront naissance à de nouvelles inflorescences.

  • Expo : lumière vive, mais sans soleil direct.
  • Substrat : un mélange d’écorces de pin et de fibre de coco.
  • Température : entre 20 et 25°C, c’est l’idéal. Elle n’apprécie pas une température inférieure à 16°C.
  • Arrosage : en été, une bonne trempette d’un quart d’heure dans de l’eau à température ambiante. En hiver, arrosage minimum.
  • Fertilisation : en période de croissance de la plante, donnez-lui un peu d’engrais liquide (ajouté à l’eau d’arrosage ou à celle du vaporisateur).
  • Dépolluante ou non ? Non
  • Dans quel contenant ? Un pot rose vif de la même couleur que la raquette. Du blanc ou de vert anis, ce n’est pas mal non plus.

 

L’helxine (Soleirolia soleirolii)

©photohomepage

On a l’habitude de la voir en extérieur utilisée en couvre-sol, mais elle fait également merveille à l’intérieur. Elle est craquante avec ses mini feuilles vertes (il existe une variété à feuillage dorée), son port plutôt bien compact et son look rondouillard. On peut l’installer toute seule dans un pot ou s’en servir pour habiller le pied d’une autre plante d’intérieur.

  • Expo : lumière vive, mais pas de soleil direct.
  • Substrat : un terreau pour plantes vertes (ajoutez une poignée de compost si vous en avez).
  • Température : peu importe, mais pas de chaleur excessive.
  • Arrosage : elle déteste les pulvérisations sur son feuillage. Arrosez donc à son pied tous les deux à trois jours, mais ne la noyez pas non plus. Installez-la sur un lit de billes d’argile maintenues humides.
  • Fertilisation : apportez de l’engrais pour plantes vertes toutes les 2 à 3 semaines au printemps et en été. 
  • Dépolluante ou non ? Non.
  • Dans quel contenant ? Un pot pas haut, rond ou carré, blanc, gris zinc ou transparent.  
  • Bon à savoir : si votre plante perd sa jolie forme ronde, vous pouvez rectifier sa silhouette avec une paire de ciseaux. Comme chez le coiffeur !

La fleur de lune (Spatiphyllum)

©ronstik

C’est un cousin des anthuriums. Les variétés disponibles en jardinerie vont de 30 cm à 1 m. Attention donc quand vous l’achetez pour votre salle de bains ! La floraison a lieu au printemps, mais le spatiphyllum, s’il se plait, peut refleurir dans l’année.  

  • Expo : mi-ombre, pas de lumière directe sauf en hiver pour l’aider à fleurir au printemps.
  • Substrat : mélangez du terreau pour plantes vertes (3/4) et de la perlite (1/4). Rempotage tous les 3 ou 4 ans dans un nouveau mélange et un pot plus gros.
  • Température : minimum 16°C.
  • Arrosage : le substrat doit rester humide, mais pas détrempé. Installez le pot sur un lit de billes d’argile que vous maintiendrez humides. Si vous oubliez de l’arroser, la plante vous fera vite savoir son mécontentement en montrant des feuilles affaissées.
  • Fertilisation : indispensable en période de floraison. Il faut alors lui donner de l’engrais liquide pour plantes vertes toutes les deux semaines. 
  • Dépolluante ou non ? Oui ! Le Spatiphyllum “mange” le formaldéhyde, l’acétone, l’ammoniac, le xylène, le toluène, le benzène, le trichloréthylène, oui tout ça !
  • Dans quel contenant ? C’est une plante graphique à mettre en valeur dans un pot plus haut que large. 

 

Le ptéris de Crète (Pteris cretica)

©flickr

On dirait qu’on lui a aplati le bout des feuilles ! Elle est très décorative, fidèle et vraiment peu exigeante. Une bonne fougère pour les débutants en plantes d’intérieur.

  • Expo : Pas de soleil direct. Elle préfère la lumière vive, mais quelques jours à mi-ombre ne lui font pas peur.
  • Substrat : 50% de terre de bruyère, 50% de perlite.
  • Température : 18°C-20°C lui conviennent, mais elle est capable de supporter 10°C-13°C en hiver. 
  • Arrosage : la motte ne doit jamais sécher complètement. Arrosez donc régulièrement avec de préférence de l’eau non calcaire. En hiver, réduisez la fréquence d’arrosage (sans laisser sécher).
  • Fertilisation : engrais liquide tous les 15 jours, d’avril à septembre. 
  • Dépolluante ou non ? Capacités non prouvées. 
  • Dans quel contenant ? Un pot pas haut de plutôt de couleur claire pour bien mettre son feuillage en valeur. Mais vous pouvez aussi jouer le contraste avec un pot rouge, par exemple.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.