J’aime les hibiscus autant que je déteste les bergénias, c’est vous dire ! Je les adore. Littéralement. J’en suis fondue depuis mes jeunes années passées en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie (vous savez tout de ma vie maintenant ou presque !).

Là-bas, j’avais un jardin (déjà !). On y trouvait des papayers, des manguiers, des grosses araignées, des frangipaniers, du tiare (ah l’odeur incomparable du tiare…), des tas de fleurs plus exotiques les unes que les autres (et dont j’ignorais alors le nom), des corossols, des cent-pieds, du uru, un jacaranda et des dizaines d’hibiscus. Ils formaient une longue haie, fleurie à longueur d’année.

Hibiscus

Hibiscus. ©Didier Hirsch

Bouture et naissance express

Rouge, orange, jaune, rose pâle, blanc… Dans mon jardin, explosaient chaque matin des centaines de fleurs éphémères. Connaissez-vous plus généreuses ? Moi, non. Quand je suis revenue en métropole, mes hibiscus m’ont manqué. Cruellement. Là-bas, j’avais l’habitude de couper, comme ça, une branche pour la replanter quelques mètres plus loin. Pour le plaisir d’assister à la naissance quasi express d’un nouvel arbuste…

 

 

 

 

Hibiscus moscheutos. ©IsabelleMorand

Aujourd’hui, je me contente de mes hibiscus de jardin (Hibiscus syriacus), aussi généreux l’été venu, mais, il faut l’avouer, nettement moins beaux. Je n’ai pas de véranda, pas assez de place malheureusement pour accueillir un “hibiscus comme en Polynésie”. En revanche, au printemps prochain, j’ai bien l’intention de planter – enfin – un hibiscus des marais (Hibiscus moscheutos) capable de résister à des températures de – 15°C et qui offre des fleurs grosses comme des assiettes ! 

En attendant, j’écoute l’hymne national de la Corée du Sud qui célèbre l’hibiscus… Non, ce n’est pas vrai ! Mais je bois du karkadé à base d’Hibiscus sabadriffa et ça c’est vrai !

 

DÉCOUVRIR LES BOX JARDIN HORTUS FOCUS

JARDINEZ, MÊME SANS JARDIN !
UNE BOX JARDIN CHAQUE MOIS, À LA MAISON POUR PLANTER OU SEMER, JARDINER, MÊME SANS JARDIN.
LA BOX DES P’TITS JARDINIERS POUR VOS ENFANTS, L’HORTUS BOX POUR LES PLUS GRANDS… OU COMMENT PARTAGER VOTRE PASSION AVEC D’AUTRES !

7 Réponses

  1. Hajjar

    Ah les fleurs tropicales qui me rappelle mon enfance au soleil j’ai souvent tenté la culture de l’hibiscus de toute couleur et de toute forme mais au bout de quelques années il y a toujours un méchant coup de froid pour me les occire cette année je vais re tenter j’ai la chance d’avoir dans la maison une “serre” j’aimerais aussi essayer le frangipanier quelqu’un a t il déjà fait la tentative?

    Répondre
  2. armelle

    Les hibiscus en Polynésie doivent être superbes.
    Mon petit frère Manu a vécu dix huit mois en Polynésie
    et le retour fut très difficile.
    Bonne soirée.

    Répondre
  3. CRESCENTINI

    Comme je te comprends Isabelle, je ne connais pas la Polynésie mais ma fille vie en Nouvelle Calédonie depuis pas mal d’années où nous sommes allés pour son mariage et faire connaissance avec notre petit fils. C’est vrai que le climat n’a rien à voir avec la France et la chaleur humide en Septembre, le mois où nous y sommes allés, je ne supportais pas cette chaleur humide. La végétation est très différente aussi : quant aux hibiscus qui ne supportent pas la chaleur j’en mets chez moi et j’arrive à les faire fleurir toute l’année en les mettant dehors l’été. Quant aux Hibiscus moscheutos, j’en ai 3 exemplaires dans le jardin et je les adore avec leurs très grosses fleurs, sans protection l’hiver et sans les mettre dans l’eau naturellement comme c’est péconisé dans les jardineries. Alors pour les moschutos, n’hésites pas à en mettre !!!!!

    Répondre
    • Isabelle Morand

      Merci Ghislaine ! oui, le moscheutos est au programme ! Bonne soirée à vous deux. Bisous

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.